Olivier Cotte (scénario), Jules Stromboni (dessin), Le Futuriste, Paris, Casterman, 2008, 58 pages, 14,95 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le Futuriste est une bande dessinée qui prend place à la veille de la Première Guerre mondiale. Privilégiant un dessin crayonné, volontairement terne, majoritairement sépia, à l’image des sentiments de son principal protagoniste, elle se fait occasionnellement plus audacieuse, adoptant une démarche plus constructiviste et futuriste, justement, ainsi avec l’escalier de la page 9 qui s’enfonce dans les affres de l’éthylisme, ou sur cette planche de la page 26 qui met en parallèle coït et (petite) mort par artillerie moderne ; on aurait aimé voir cette démarche plus systématisée.

Luciano Salvatori, le héros, est un jeune peintre d’origine italienne, installé à Paris, qui côtoie Guillaume Apollinaire, Giorgio de Chirico et Pablo Picasso. Végétant dans une vie de bohème proche de la misère, il ne parvient pas à percer dans le milieu, malgré la confiance sans faille de sa compagne, la jeune et accorte Marie. Il est toutefois séduit par les vélléités proclamatoires des futuristes, et rencontre un généreux mécène, Kleki Channar, prêt à lui payer généreusement un travail de commande, visant à imaginer les guerres de l’avenir. Il se lance corps et âme dans cette sinécure, abandonnant au passage Marie, tombée enceinte, pour finalement découvrir, alors qu’il s’est exilé en Suisse, que ses créations sont les moules des nouveaux armements déployés pendant le conflit…

Outre cette déclinaison du pacte de Faust, avec une nouvelle incarnation de Lilith, et le tableau social du Paris de la « Belle époque », Le Futuriste se veut également hommage à la première science-fiction française, en l’occurrence celle d’Albert Robida (1848-1926), à la fois dessinateur et écrivain, auteur justement de La Guerre au vingtième siècle. Le pessimisme est en tout cas presque étouffant, illustration à la fois des potentialités autodestructrices de la modernité triomphante, d’une absence de confiance dans la nature humaine (« Il n’y a pas plus diabolique que l’activité de l’homme », p. 52) qui débouche sur un jugement légèrement moralisateur, et des cauchemars qu’allait engendrer ce court XXe siècle (« Dans peu de temps, de véritables usines à exterminer vont prendre le relais, conçues et construites par les hommes », p. 53), sans laisser le moindre espace à un réel espoir révolutionnaire.

Le désir de changement évoqué tout au long de l’histoire, qui s’incarne en particulier dans la fameuse représentation rejetée par le public du Sacre du printemps de Stravinsky par les ballets russes de Diaghilev, ne semble en effet se résoudre que dans la violence autosuffisante et entropique : « La jeune femme venait d’être mise à mort par la tribu pour célébrer et encourager le retour du printemps. (…) La destruction pour créer un nouvel âge… Ce dont nous rêvions, nous autres les futuristes » (p. 31). Sa phrase de conclusion sonne comme un pessimisme crépusculaire, mais hélas ! lucide : « Un peu partout dans le monde, des murs se dressèrent, des camps s’érigèrent » (p. 58).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.