Alexis Corbière, Laurent Maffeïs, Robespierre, reviens !, Paris, Bruno Leprince, collection « Politique à gauche », 2013, 128 pages, 5 €, préface de Claude Mazauric.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ce petit opuscule, signé de deux responsables nationaux du Parti de gauche, présente la défense de Maximilien Robespierre, et par-delà sa personne, de la Révolution française face à ses contempteurs de toutes sortes, bien installés dans les médias dominants. Le propos s’articule en deux temps. Il s’agit d’abord de dissiper l’image persistante de Robespierre comme associé corps et âme à la Terreur. Sur ce plan, les deux auteurs mettent utilement à profit l’historiographie, montrant bien que la violence était d’abord une violence d’en bas, que les Montagnards s’efforcèrent de canaliser. Outre l’invocation traditionnelle du contexte de guerre (mis en parallèle avec l’état d’exception qui régnait pendant la Première Guerre mondiale, plus marqué dans sa suspension de la légalité législative ou judiciaire), on notera en particulier la multiplicité des responsabilités – un Barère apparaissant autrement plus sanglant que Robespierre – et le rôle joué par « l’incorruptible » afin de limiter ponctuellement certaines violences (ainsi du rappel du représentant en mission Carrier après la répression de Nantes).

Là où Alexis Corbière et Laurent Maffeïs se font plus ouvertement militants, c’est lorsqu’ils dressent un portrait de Robespierre en combattant progressiste. S’il est incontestable que Robespierre fut un pionnier de la lutte contre la peine de mort, un défenseur de l’égalité des droits et du suffrage universel, ou l’initiateur de la devise républicaine, il est tout de même un peu osé d’arguer de sa plaidoirie contre l’élection des députés à la Constituante pour l’Assemblée nationale suivante pour le transformer en adversaire du cumul des mandats ! Les enjeux politiques du présent téléscopent ici ceux du passé. De la même manière, la justification du culte de l’être suprême, qui en fait un simple lien civique, oublie fort maladroitement l’absence de libertés qu’il suppose pour les athées. Plus généralement, on peut sans doute repérer dans l’ancrage républicain et légaliste du Parti de gauche le fait que l’action sociale des Montagnards en 1793 est décrite et célébrée sans jamais mentionner le rôle essentiel de la pression populaire (voir en particulier Pierre Kropotkine, La Grande Révolution, chroniqué dans notre revue électronique).

La seconde partie du livre est consacrée à la critique de certains des accusateurs les plus récents de Robespierre. Se succèdent ainsi François Furet et la Révolution comme matrice des totalitarismes1, Jean-François Copé et sa charge contre le 4 août, Lorant Deutsch ou encore Michel Onfray, qualifié de « philosophe ventriloque de l’extrême droite » (p.110), non sans une nette part d’exagération (la dimension souvent binaire de sa pensée s’accompagnant d’un travail relevant pour une large part des thèmes de l’extrême gauche, anticléricalisme ou hédonisme en particulier). L’opuscule se clôt par l’échange entre Alexis Corbière et Bertrand Delanoë, autour du refus du maire de Paris – et de la majorité des élus municipaux – de donner le nom de Robespierre à un lieu de Paris, épisode qui semble avoir été le déclencheur de la rédaction de ce petit ouvrage (un utile rappel sur l’historique de ce combat pour célébrer Robespierre dans l’espace public est d’ailleurs brossé).

 1 A cette occasion, la mention d’un article de René Révol paru dans les Cahiers Léon Trotsky, « François Furet, historien ou idéologue ? », n° 38, juin 1999, rappelle le passé « lambertiste » d’Alexis Corbière. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.