Lionel Richard (dir.), Avant l’apocalypse. Berlin 1919-1933, Paris, Autrement, 2012, 253 pages, 22 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Lionel Richard est connu pour ses travaux sur l’Allemagne et la culture allemande au XXe siècle (il est notamment l’auteur de Le nazisme et la culture, Complexe, 2006). La réédition de cet ouvrage (publié à l’origine en 1991, soit déjà plus de vingt ans), est entièrement consacré à Berlin, de la fondation de la République à l’accession d’Hitler au pouvoir. En trois grandes parties, de courtes contributions d’auteurs allemands et français permettent de se faire une idée assez précise de la situation de la capitale de l’Allemagne durant ces quelques années. L’ensemble dresse un excellent portrait de la ville et de ses habitants. La première partie s’articule à la période de l’immédiat après-guerre (1919-1924), autour du thème des rapports entre les crises politiques, la misère sociale et l’art d’avant-garde. Un texte d’époque de l’écrivain Joseph Roth permet de visualiser exactement les difficultés de vivre dans la métropole. En effet, un des intérêts des contributions rassemblées ici consiste précisément à faire ressentir aux lecteurs le fossé qui existait entre le mode de vie prolétarien, marqué par la misère, l’étouffement dans des taudis sans nom, une vie dégradée et l’envol créatif que cela a contribué à susciter. Mais les prolétaires n’étaient guère les destinataires de cet art d’avant-garde, ce que rappellent là aussi de manière particulièrement bien argumentée les contributions de la seconde partie : « Modernisation, rationalisation, médias : à l’image de l’Amérique (1914-1929) ». On retiendra l’excellente contribution de Marianne Walle sur les Berlinoises et leurs combats, rappel des conditions des ouvrières, chair à travail pour les bagnes industriels. Le théâtre, la musique, la presse sont réservés à une étroite élite, tandis que les médias que sont la radio et la presse diffusent un message hostile non seulement aux forces progressistes, mais également à l’esprit républicain. Derrière la façade de la stabilisation économique permise par le plan Dawes, les questions de vie quotidienne demeurent irrésolues pour les grandes masses. Dans les universités, les « mandarins » expriment à visage ouvert leur détestation de l’ordre républicain, tandis que des expériences et des pratiques innovatrices se mettent en place autour des questions sexuelles. Mais en ce domaine également, la coupure est radicale entre les besoins des masses prolétariennes (développement des maladies vénériennes, rejet des homosexuels, prostitution, absence d’éducation sexuelle, multiplication des avortements périlleux, etc.) et les pratiques d’avant-garde, développées par Magnus Hirschfeld, bien que Wilhelm Reich et la Sexpol (sous l’égide d’un KPD parfois réticent) aient tenté de combler cet écart, au début des années trente. Bien que Berlin soit une « ville rouge », le KPD (Parti communiste allemand) y obtenant ses meilleurs scores de toute l’Allemagne, faisant jeu égal, voire la devançant, avec la social-démocratie, jamais les partis de gauche ne purent exercer une réelle hégémonie sur cette ville-archipel profondément hiérarchisée (et là, les cartes reproduites prennent tout leur sens). La dernière partie, 1929-1933, est celle qui intéresse le plus directement la question politique, puisqu’elle aborde les conséquences de la crise de 1929 et le développement de la violence politique. Les communistes, avec leurs groupes armés (le Rote Kampfbund) et les sociaux-démocrates également, mais avec moins d’intensité, se livrent à une véritable guerre de rue avec les nazis qui souhaitent s’implanter physiquement dans les quartiers ouvriers (à Moabit, par exemple). Les morts se comptent par dizaines, les arrestations par milliers. Les très belles contributions des meilleures spécialistes, ainsi Jürgen Kuczynski sur les effets de la crise au quotidien. C’est une véritable guerre civile quotidienne qui oppose jour après jour les militants de gauche avec les SA. Jean-Michel Palmier1, autre éminent chercheur de cette période, fournit un portrait saisissant du propagandiste John Heartfield, militant communiste de premier plan connu pour ses photomontages dans la revue AIZ2. On retiendra également le témoignage du surréaliste Philippe Soupault, présent à Berlin en 1932, et qui rend compte d’une réunion hitlérienne à laquelle il a participé et qui fut publiée dans le magazine de Lucien Vogel, Vu, en avril 1932. Il revient à Alain Brossat de conclure cet ensemble par un très émouvant texte « Scènes de la fin du monde », qui écarte quelques clichés sur l’accès final d’Hitler au pouvoir. Selon sa lecture, la période proprement démocratique de la République s’était achevée dès 1930, c’est-à-dire, au moment où les sociaux-démocrates sont écartés du pouvoir. C’est donc par une relecture nettement plus cruelle de cette histoire, rendant au passage un hommage aux capacités prémonitoires de Trotsky, que Alain Brossat conclut ce très stimulant recueil. Lequel propose encore en annexe, non seulement une chronologie, mais également des éléments biographiques (Brecht ou Thomas Mann, bien sûr, mais aussi Flechtheim ou Kirdorf, pour n’évoquer que quelques noms), ainsi qu’un glossaire et une courte, mais précieuse bibliographie permettant d’approfondir le sujet. Le lecteur aurait évidemment apprécié quelques illustrations tant les œuvres citées l’auraient mérités, mais en l’état, c’est un livre plus que recommandable que les éditions Autrement offrent au public. Regrettons quand même qu’il n’ait pas été possible d’y inclure, par exemple, des travaux (ou des traductions) de recherches plus récentes sur cette période cruciale de l’histoire de l’Allemagne.

1Spécialiste de l’histoire culturelle de l’Union soviétique et de la République de Weimar, Jean-Michel Palmier a écrit de nombreux ouvrages qui restent encore aujourd’hui des classiques, comme son Lénine, l’art et la révolution. Essai sur la formation de l’esthétique soviétique, Payot, 2006, chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_communiste_urss.htm#palmier

2Il s’agit d’une revue illustrée du KPD, l’Arbeiter Illustrierte Zeitung (AIZ, Journal illustré des ouvriers), fondée en 1924.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.