Sygmunt Stein, Ma guerre d’Espagne. Brigades Internationales : la fin d’un mythe, Paris, Seuil, 2012, 266 p., 19 €

Un compte rendu de Christian Beuvain, Edouard Sill, Georges Ubbiali (avec la collaboration de Rémi Skoutelsky)

I – Le récit

En 2012, les éditions du Seuil publient un livre de souvenirs (écrit en 1938) de Sygmunt Stein, un ancien combattant juif des Brigades internationales, Ma guerre d’Espagne, avec un sous-titre volontairement provocateur, Brigades internationales : la fin d’un mythe, et une postface rédigée par un spécialiste de l’histoire du communisme et du trotskysme (mais pas des Brigades), Jean-Jacques Marie. L’ouvrage connaît un certain succès médiatique, de par son contenu – anti-stalinisme et anti-communisme mêlés – qui vient renforcer une des tendances actuelles des travaux sur le communisme, mais suscite aussi une controverse dans le milieu des historiens travaillant (ou ayant travaillé) sur les Brigades. Publié en yiddish au début des années soixante, ce livre est demeuré inédit en français jusqu’à cette publication. Néanmoins, le propos de Sygmunt Stein est connu depuis plus d’un demi-siècle, du moins par les auteurs lisant le yiddish, comme Arno Lustiger[1] et David Diamant[2] pour ne citer qu’eux. Sygmunt Stein, militant communiste juif polonais, réfugié en Tchécoslovaquie, travaille dans les services de propagande du GEZERD (OZET en russe), qui est le nom yiddish de la Société pour l’installation agricole des travailleurs juifs, au Birobidjan[3] : il est rédacteur de la revue en allemand  Birobidjan en construction. Ébranlé par les procès de Moscou, il demande à partir en Espagne, afin de raviver son engagement : « la victoire de la République espagnole serait peut-être le début d’une vague révolutionnaire, qui pourrait déferler sur l’Europe et influencer le déroulement de la révolution en Union soviétique » (p. 20). C’est donc avec un grand espoir qu’il est autorisé à rejoindre les Brigades internationales. Mais il va de déconvenue en déconvenue. Selon lui, les Brigades sont gangrenées par la pègre, car nombreux sont parmi eux les individus attirés par les promesses financières tenues par les communistes. Il y règne la corruption et même la terreur à l’égard de toute forme de dissidence potentielle. Les beuveries succèdent aux beuveries, les orgies rassemblent les dirigeants corrompus, et les amours tarifés (avec des prostituées syndiquées à la CNT,  ou avec des militantes étrangères) font des ravages sanitaires dans les rangs des brigadistes. Les Soviétiques règnent en maître sur ce milieu décadent. Ainsi, les médicaments envoyés par l’aide internationale ou achetés par le gouvernement républicain sont renvoyés en Union soviétique. Il en va de même de l’armement russe qui est fourni aux combattants en fonction de critères politiques, ceux de l’allégeance à Moscou. Les dirigeants communistes, André Marty, le commandant communiste français des Brigades à Albacète ou la Pasionaria apparaissent, sous sa plume, comme des brutes (Marty) ou des icônes fabriquées (Dolorès Ibarruri). La compagnie Botwin[4], qui subit une véritable hécatombe (perte de 85% de combattants au premier assaut), est, toujours selon l’auteur, composée de pauvres juifs immigrés (les milieux  juifs parisiens cherchant à se débarrasser des juifs polonais immigrés en les expédiant en Espagne), déboussolés et sans tradition politique. Bref, « Rome et Berlin fournissaient des avions et des chars, tandis que Moscou continuait à envoyer des commissaires de police, des surveillants de prison et des pelotons d’exécution » (p. 238).

II – Le contexte originel de construction du livre

Ce témoignage, écrit à Paris en 1938, est d’abord donné par Sygmunt Stein à un militant socialiste, Roman Abramovitch. Après la Seconde Guerre mondiale, il sort en feuilleton dans le grand quotidien yiddish de New York, Forverts (The Forward, En Avant) en 1956, avant d’être publié en livre, toujours en yiddish, fin 1961. La parution sous forme d’articles est due à l’initiative du correspondant parisien de Forverts, Avrom Shulman. En 1961, le texte est relu avant publication par un certain Yitskhok Kletshevski, un ex-membre du Bund[5]. C’est du moins ce que nous apprend l’auteur dans l’avant-propos, rédigé à Paris en novembre 1961. Le manuscrit original est donc relu, sans doute corrigé, et (peut-être) retravaillé pour correspondre à la politique éditoriale du Forverts. Ce quotidien, qui est créé en 1897 dans la mouvance socialiste du milieu des émigrés juifs new yorkais, se retrouve assez rapidement, dans les années 1920, en opposition aux communistes. Son orientation devient franchement anti-communiste, surtout à l’époque de la guerre froide, où il est de tous les combats contre les « rouges infiltrés » dans les administrations fédérales ou à Hollywwood, contre les « espions atomiques », soutenant la guerre de Corée puis la guerre du Vietnam, etc. Le mode opératoire (contacts préliminaires avec des socialistes anti-staliniens, réécriture du manuscrit avec l’aide d’un spécialiste, écrivain ou journaliste anti-communiste, publication du texte en articles dans un journal puis ensuite chez un éditeur), une anti-leftist rhetoric issue de la théorie du totalitarisme et le contexte éditorial de l’ouvrage construisent une configuration semblable à celle d’autres écrits célèbres de la guerre froide, parus aux États-Unis une décennie plus tôt. Par exemple, les récits des ex-militants du Komintern Walter Krivitsky, J’étais un agent de Staline[6] et Jan Valtin, Sans patrie, ni frontières[7] sont passés entre les mains d’un groupe comprenant Eugene Lyons, Max Eastman et Isaac Don Levine[8], Krivitsky ayant été mis en relation avec eux par l’ancien socialiste (menchevik) David Dallin. Krivitsky avait également des contacts avec un socialiste juif, ex-menchevik lui aussi, David Shub, rédacteur de 1924 à sa mort (1973) au … Forverts ![9]

III – Distance critique ?

Sygmunt Stein dresse donc, sans l’ombre d’une nuance, et sous la forme d’un pamphlet typique de la période de guerre froide, un portrait à charge de l’action du communisme/stalinisme (écrivant indifféremment « stalinisme » ou « communisme ») en Espagne, au sein des Brigades internationales. Tel quel, ce livre doit légitimement susciter, comme tout document partisan, et nonobstant la stratégie éditoriale du Seuil et la publicité faite autour de sa traduction en français, un vigoureux examen critique et historiographique. Pourtant, le caractère très problématique de la postface de Jean-Jacques Marie n’aide guère à apporter les grandes nuances que l’ouvrage nécessite absolument. Si Jean-Jacques Marie rappelle tout d’abord, à juste titre, que l’histoire des Brigades internationales fut un domaine longtemps et fermement réglé par la mémoire communiste, un grand nombre d’études récentes sont venues corriger en partie cette exclusivité. La postface pose légitimement la question de savoir à quel point Stein exagère, mais c’est fort curieusement par la négative qu’elle y répond. Pour preuve du cynisme soviétique, et donc des Brigades internationales, dans une confusion quelque peu étonnante, Jean-Jacques Marie s’étend longuement sur la duplicité soviétique envers l’Espagne. Or, sur ce point, des études américaines, comme celles de l’historien Daniel Kowalski (dont Stalin and the Spanish Civil War, 2004) à partir des archives soviétiques, nuancent très fortement cette assertion, ainsi que la thèse de Gerald Howson (Arms for Spain : The Untold Story of the Spanish Civil War, 1998) que cite d’ailleurs Jean-Jacques Marie. Cette question est importante, fondamentale même, car elle met en évidence la confusion générale existant dans les distinctions entre les Brigades internationales elles-mêmes, le rôle du Komintern, la diplomatie soviétique, l’aide militaire soviétique à l’Espagne et les intérêts particuliers des partis communistes nationaux. Ces différents curseurs ne furent pas toujours synchronisés et n’obéissaient pas aux mêmes objectifs, avec parfois d’énormes décalages, donc. In fine, il n’y eut pas, en Espagne, un monolithe communiste conquérant incarné par une seule volonté soviétique, donc stalinienne. Le propos de Stein – en fait surtout exceptionnel pour la complication qu’il apporte au travail des historiens – doit être lu avec circonspection et il faut fortement relativiser l’aspect sensationnel des « révélations ». Stein n’apporte aucune précision à son propos, très peu de dates et il n’a pour l’essentiel pas vu ce dont il parle, tout en colportant ragots et rumeurs circulant dans le milieu fermé des cadres des Brigades internationales et pour l’essentiel bien connus des spécialistes. Quant aux « horreurs » dépeintes par Sygmunt Stein (beuveries, corruption, banditisme, prostituées etc.), elles ne sont après tout qu’une variante de ce qui s’écrivait dans la presse d’extrême droite de la fin des années trente. Bien qu’elles réjouissent aujourd’hui l’essayiste conservateur Jean Sévillia[10] dans Le Figaro Histoire[11], les journalistes des grands magazines[12] ou certains syndicalistes d’extrême gauche[13], elles ont pourtant été balayées il y a 15 ans, définitivement croyait-on (sans doute naïvement !) par le livre de Rémi Skoutelski[14] sur les volontaires français des Brigades, et continueront de l’être par les travaux récents en voie d’achèvement d’Edouard Sill[15]. Rien que sur André Marty, le soi-disant « boucher d’Albacete », que de toutes façons Stein n’a pas pu voir à cette époque comme il le prétend, puisque celui-ci se trouvait alors à Moscou, les recherches de Rémi Skoutelski dans les archives des Brigades à Moscou, dans celles de l’Internationale communiste et du fonds André Marty ont fait justice des « légendes noires » attachées à sa personne, mais également de celles sur la présence de truands et de prévaricateurs installés aux postes clés, ou de la participation de brigadistes à la répression contre les libertaires, poumistes[16] ou trotskystes.

IV – Conclure, enfin

Les différences d’appréciation, sur les Brigades internationales en général, et leurs militants juifs particulièrement, entre ce témoignage de Sygmunt Stein et celui de Ephraïm Wuzek[17] sont patentes. Le travail de l’historien ne consiste pas à admettre l’un ou l’autre, encore moins à en privilégier l’un par rapport à l’autre, mais à soumettre ces témoignages/documents aux feux croisés d’une critique interne et externe. Ainsi, dans le cas de Sygmunt Stein, l’écriture de son récit se déploie sous la tension d’un sentiment de trahison de ses idéaux de jeunesse, auquel succède un violent rejet du communisme. L’ouvrage participe à rendre plus subjectif et caricatural un sujet qui, sur la plupart des aspects, demeure plutôt mal connu que méconnu. L’accumulation de poncifs (y compris ceux qui concernent les femmes étrangères volontaires des Brigades internationales, dont l’histoire invisible n’avait vraiment pas besoin d’une telle série de calomnies), par Sygmunt Stein et ses « agents littéraires » étatsuniens, donne le sentiment d’une volonté de « tuer le père », soit son (leur) propre engagement communiste.

Pour conclure, nous laissons la plume à Rémi Skoutelsky : « Nous avons affaire à un ouvrage intéressant sur les méthodes de propagande utilisées à Moscou dans les années 1930 et sur la guerre froide dans les années 60, donc à un objet d’histoire. Mais – est-il utile de le préciser ? – pas sur l’histoire des Brigades internationales. »[18]


[1]              Arno Lustiger, Shalom Libertad !, Paris, Le Cerf, 1991.

[2]              David Diamant, Combattants juifs dans l’armée républicaine espagnole, 1936-1939, Paris, Éditions Renouveau, 1979.

[3]              En 1928, le pouvoir soviétique décide de créer une région autonome (un oblast) juive dans le Birobidjan. Ce projet se conçoit comme une entité communiste pour le peuple juif, d’URSS ou de la diaspora et donc en opposition au sionisme jugé « nationaliste-bourgeois ». Ce projet est officiel dès 1934.

[4]              Lire la recension du livre de Efraïm Wuzek et Larissa Wozek-Gruszow, Les combattants juifs dans la guerre d’Espagne. La compagnie Botwin, Paris, Syllepse, 2013, dans les comptes rendus de la semaine de ce blog.

[5]              Le Bund est un parti socialiste juif fondé à Wilno (aujourd’hui Vilnius, capitale de la Lituanie), en octobre 1897, par des militants du cercle marxiste de la ville. Il cherche à unifier tous les travailleurs juifs de l’Empire russe. Une partie des militants du Bund rallie le parti bolchevique après la Révolution d’Octobre 1917, mais le Bund subit la répression stalinienne ensuite.

[6]              Walter Krivitsky, J’étais un agent de Staline, Paris, Champ libre, 1979.

[7]              Jan Valtin, Sans patrie, ni frontières (Out of the Night, 1941), Paris, Éditions Dominique Wapler, 1947, Jean-Claude Lattès, 1975 (postface de Jacques Baynac), Éditions Actes Sud, coll. « Révolutions », 1997 (postface de Jean-François Vilar). Sur ce roman, on lira l’article de Constance Micalef, « Sans patrie, ni frontières. Analyse des réceptions de l’ouvrage de Jan Valtin », Dissidences, n° 14-15, octobre 2003/janvier 2004, p. 15-18.

[8]              Ces trois personnages ont été, à divers moments des années vingt et trente, proches (Don Levine) ou membres du Parti communiste américain  (E. Lyons) ou de l’opposition trotskyste (M. Eastman). Ils deviennent, à des degrés divers, des spécialistes de l’anti-communisme.

[9]              John V. Fleming, The Anticommunist Manifestos : Four Books that Shaped the Cold War, New York, W. W. Norton & Company, Inc., 2009. Cet auteur analyse les écrits de Jan Valtin, Arthur Koestler, Viktor Kravchenko et Whittaker Chambers, un transfuge célèbre du Parti communiste des États-Unis.

[10]             Un ouvrage de cet auteur, Historiquement correct (Perrin, 2003), est chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/schumaines_historiographie.htm#sevillia

[11]                    Jean Sévillia, « La face cachée de la guerre d’Espagne », Le Figaro Histoire, n° 3, 20 septembre 2012, sur http://www.jeansevillia.com/index.php?page=fiche_article&id=227

[12]             Par exemple, Grégoire Kauffmann, « La guerre d’Espagne vue par un brigadiste désabusé », L’Express, 20 juin 2012, sur http://www.lexpress.fr/culture/livre/la-guerre-d-espagne-vue-par-un-brigadiste-desabuse_1128933.html

[13]             Voir par exemple la position du collectif Autre Futur, qui regroupe des militants de différentes organisations syndicales (CGT, SUD, CNT ou CNT Solidarité Ouvrière), sur http://www.autrefutur.net/Revolution-espagnole-un-76eme , qui avalise l’existence d’une « légende dorée » des Brigades, ainsi que les « exécutions arbitraires du boucher d’Albacete », etc.

[14]             Rémi Skoutelski, L’Espoir guidait leurs pas. Les volontaires français dans les Brigades internationales, 1936-1939, Paris, Grasset, 1998. Lire également, Rémi Skoutelsky, « L’Espagne après l’Espagne : La mémoire des Brigades internationales », Matériaux pour l’histoire de notre temps, vol. 70, n° 70, 2003, p. 27-33, aussi sur http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mat_0769-3206_2003_num_70_1_402449#

[15]             Edouard Sill est un doctorant à l’École pratique des hautes études, qui termine sa thèse sur les soldats politiques et les militants combattants de la guerre d’Espagne, sous la co-direction de Gilles Pécout et Serge Wolikow. Il participe à l’écriture de ce compte rendu.

[16]             Le POUM (Parti ouvrier d’unification marxiste), organisation marxiste anti-stalinienne, qualifiée souvent à tort de trotskyste, est créé en 1935, par la fusion de deux groupes issus de scissions de gauche du Parti communiste espagnol.

[17]             Voir la note 4.

[18]             Entretien par courriel entre Christian Beuvain et Rémi Skoutelsky le 19 mai 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.