Ephraïm Wuzek, Combattants juifs dans la guerre d’Espagne. La compagnie Botwin, Paris, Syllepse, 2013, 213 p., 22 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec la collaboration de Christian Beuvain)

Ce nouveau témoignage sur la place des combattants juifs dans les brigades internationales vient s’ajouter aux ouvrages anciens déjà de David Diamant (Combattants juifs dans l’armée républicaine espagnole, Renouveau, 1979), d’Arno Lustiger (Shalom Libertad !, Le Cerf, 1991), et celui plus récent, mais sujet à controverses, de Sygmunt Stein (Ma guerre d’Espagne, Seuil, 2012)[1]. Ce livre a été édité en 1964 en yiddish dans la Pologne communiste. C’est grâce à la fille de l’auteur, Larissa Wozek-Gruszow, qui signe une importante présentation (plus de la moitié de l’ouvrage), « Les vies d’Efraïm Wuzek », que cet ouvrage est tiré de l’oubli et offert à la lecture près d’un demi-siècle plus tard. La seconde partie est constituée plus précisément des Souvenirs d’un Botwinnik par Efraïm Wuzek. Larissa Wozek-Gruszow introduit longuement le texte en présentant son auteur, ainsi que les raisons qui l’ont poussé à écrire son témoignage de combattant des Brigades internationales, dans la compagnie yiddishophone Botwin[2], du nom d’un jeune révolutionnaire juif polonais exécuté en 1925. Est donc retracée la biographie d’EphraïmWuzek, né en Pologne en 1904, exilé avec sa famille en France, combattant en Espagne, puis retournant en Pologne après la Seconde Guerre mondiale, pour y construire le socialisme, avant d’émigrer, définitivement cette fois-ci en Israël en 1967, suite à la campagne antisémite qui se développe à cette époque en Pologne. Le récit de Wuzek lui-même compte un peu plus de 50 pages, moins que la présentation biographique de sa fille. Même si l’auteur ne fut pas un combattant direct, puisqu’il exerça la fonction d’intendant, cela ne l’empêcha pas de subir le sort de ses camarades, c’est-à-dire les bombardements et la décimation de la compagnie. Son récit vise clairement à faire vivre la mémoire de ses camarades de lutte beaucoup plus que de constituer une histoire de la compagnie Botwin. Comme d’autres récits portés par des témoins de cette guerre, il est fait part de la violence des combats et de l’inégalité profonde des armes entre le camp républicain et les forces nationalistes. Un chiffre permet de mesurer l’hécatombe : lors de son premier engagement contre l’ennemi sur le front d’Estrémadure, la compagnie Botwin subit des pertes de 50 %. Non seulement l’inégalité des armes est défavorable aux combattants républicains, mais en sus, certaines règles de base de la guerre ne sont guère respectées. C’est ainsi par exemple que les chefs se mettent en avant, au point que tout l’encadrement militaire est bientôt hors de combat, tué ou blessé : pendant les neuf mois de son existence, la compagnie Botwin perd ainsi six de ses commandants ! Son récit permet de suivre pas à pas le recul progressif des forces républicaines et la défaite annoncée. Finalement, les derniers rares survivants de la compagnie Botwin (une trentaine selon le témoignage de Wuzek) sont épargnés par la décision prise sous l’égide de la SDN de retirer les forces « étrangères » des combats en Espagne. Si les brigadistes sont en effet renvoyés dans leurs pays respectifs, les troupes hitlériennes et mussoliniennes poursuivent la guerre, elles. Étant apatride, Efraïm Wuzek doit patienter en Espagne avant de pouvoir être expatrié dans un pays qui veut bien l’accepter. Il est alors envisagé de l’envoyer au Mexique, mais le gouvernement français refuse le visa de transit. Il s’adonne donc à des activités culturelles, dans l’attente d’un départ qui recule de jour en jour. Finalement, début 1939, il s’engage de nouveau, comme la majorité des brigadistes demeurés en Espagne, pour les ultimes combats contre les franquistes qui avancent à grand pas. Au bout de quelques semaines, il parvient à partir pour la France, où il est interné dans un camp. Parmi les nombreux noms d’anciens Botwinnik qui ont poursuivi le combat dans la résistance, Efraïm Wuzek évoque le nom de Andrezj Szmdit, qui fut un des dirigeants de l’insurrection du ghetto de Varsovie, tombé au combat contre un ennemi qu’il avait affronté en terre d’Espagne, quelques années auparavant. Des biographies de combattants Botwinnik complètent cet émouvant témoignage, ainsi qu’une double liste, celle des combattants juifs de la compagnie Botwin et celles des combattants juifs en dehors d’elle. Nos connaissances sur cette compagnie sont minimes, d’où l’intérêt de ce livre, qui doit pourtant être croisé avec The Shattered Dream (Eastern European Monographs, 1989), d’un autre brigadiste juif polonais, Aleksander Szurek, non traduit hélas, qui fait retour sur son passé de communiste stalinien, avec un regard très critique, mais non calomniateur, sur les Brigades. Des photographies de combattants de la compagnie Botwin figurent dans l’ouvrage de Rémi Skoutelsky et Michel Lefebvre, Les Brigades internationales. Images retrouvées[3], et quelques lignes lui sont consacrées dans les mémoires de l’ancien commissaire politique Gustav Regler[4]. Des travaux universitaires à venir sauront sans aucun doute nous offrir une vue d’ensemble de ces militants-soldats, ainsi que les différents enjeux qui sous-tendaient leur engagement antifasciste en Espagne.


[1]             Lire le compte rendu sur ce blog.

[2]             Cette compagnie est fondée le 12 décembre 1937, au sein du Bataillon Palafox de la XIIIe Brigade Dombrowski. Le texte de création de cette compagnie est reproduit dans l’ouvrage de Danielle Rozenberg, L’Espagne contemporaine et la question juive : les fils renoués de la mémoire et de l’histoire, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. « Tempus », 2006, p. 129-130.

[3]             Rémi Skoutelsky, Michel Lefebvre, Les Brigades internationales. Images retrouvées, Paris, Le Seuil, 2003, p. 111, 153, 161.

[4]             Gustav Regler, Le Glaive et le fourreau, Arles, Actes Sud-Babel, coll. « Révolutions », 1999, p. 111.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.