Nicolas Lebourg, Mort aux bolchos. Un siècle d’affiches anticommunistes françaises, Paris, éditions Les Échappés, 2012, 143 pages, 34 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Nicolas Lebourg est un historien, qui a déjà publié deux ouvrages sur l’extrême droite, renouvelant les approches et les problématiques sur cette mouvance politique1. Il est donc particulièrement qualifié pour sélectionner un bel ensemble de cent cinquante affiches éditées par les diverses officines d’extrême droite, des années vingt aux années quatre-vingt. Par ailleurs, en parallèle, les éditions Les Échappés2 publient un ouvrage de même style sur les affiches du Parti communiste français de Romain Ducoulombier, Vive les soviets3.

L’intérêt premier du livre de Nicolas Lebourg est d’échapper à la tendance généralement suivie dans ce type d’ouvrages, à savoir que le texte n’est là que pour justifier l’image. De ce point de vue, ici, le texte éclaire réellement les reproductions et ne se limite en aucun cas à un vague faire valoir. C’est d’autant plus nécessaire, qu’en fait, les images sont loin de se limiter à des affiches. Certes, ce mode d’expression constitue la plus grande part des reproductions. Néanmoins, et c’est heureux à souligner, l’ensemble de la gamme des moyens mis en œuvre par les organisations anticommunistes est déployé dans le livre : autocollants, tracts, papillons (p. 34-35), une de journaux ou de brochures, dessins (p. 47), etc. On retiendra un seul exemple de la nécessité du texte. Page 86 est reproduite une affiche officielle du gouvernement du maréchal Pétain, de 1941, à l’occasion du 1er mai, fête du travail. Le commentaire permet de donner un sens beaucoup plus intéressant pour le lecteur que la simple contemplation d’un support historique. En effet, Nicolas Lebourg explique qu’une fausse reproduction de ladite affiche a été diffusée récemment. Le titre original de l’affiche (1er mai-Fête du travail) a été remplacé par 1er mai-Fête du vrai travail, afin de dénoncer l’utilisation de cette expression par l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy, à l’occasion d’un premier mai. Pour cet ouvrage, le choix a été fait d’une présentation, non pas chronologique comme on pouvait spontanément le penser, mais thématique. On retrouve ainsi des ensembles articulés autour de la défense de la République, l’assimilation communisme-nazisme, le parti de l’Allemagne, l’appel aux paysans, la pénurie, la trahison, le temps des colonies, les pantins de Moscou, les brûlures de la guerre froide, etc. On retiendra en particulier les deux parties consacrées à la période de la Seconde Guerre mondiale (« Socialisme national contre bolchevisme » et « La croisade contre le bolchevisme »), offrant un large choix d’affiches allemandes, pétainistes, mais aussi du Parti populaire français (PPF) de Jacques Doriot ou de la Milice ou de la LVF (Légion des volontaires français contre le bolchevisme). Le lecteur découvre d’ailleurs à ce propos la version du gouvernement de Vichy en promouvant la LVF, La légion tricolore, affiche peu connue (p. 24). Deux articles spécifiques sont consacrés aux deux principales organisations anticommunistes, le Centre de propagande des républicains nationaux, actif durant l’entre-deux-guerres à partir du Cartel des gauches et Paix et liberté, du député radical Jean-Paul David, qui reprend le flambeau durant la guerre froide. Mais, et c’est une découverte de cet ouvrage, la hargne anticommuniste ne se limite pas aux courants fascisants et d’extrême-droite, voire à certains moments à la droite républicaine comme le Rassemblement pour la République (RPR). En effet, des affiches anarchistes (p. 128, dénonciation du PCF favorable aux Jeux olympiques, au nucléaire, au pape et se concluant par « Oui à la connerie, oui au capitalisme » ; p. 136, Berlin 36-Moscou 80 (à propos des Jeux olympiques) ; p. 57, Il n’est pas de sauveur suprême, ni Dieu, ni Castro, ni Mao), mais aussi, plus inattendu, un autocollant de feu la Ligue communiste révolutionnaire (LCR, organisation trotskyste), dénonçant la dictature des bureaucrates (p. 54) et où URSS est orthographié UR$$. Ainsi qu’on le constate, le spectre des reproductions offert aux lecteurs est très large, tant dans la diversité politique (même si l’extrême-droite est largement prépondérante) que dans le temps, les thèmes ou les styles retenus. Ajoutons, ce qui ne gâche rien, une excellente sélection bibliographique qui conclut l’ouvrage et permet de prolonger ce travail de grande qualité.

1Nicolas Lebourg, Le monde vu de la plus extrême droite, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2010, 262 p. et, en collaboration avec Joseph Beauregard, François Duprat. L’homme qui inventa le Front national, Denoël, 2012, 382 p.

2Cette maison d’édition, fondée en 2008, est celle du magazine satirique Charlie Hebdo.

3Cet ouvrage est chroniqué sur ce blog cette semaine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.