Romain Ducoulombier, Vive les Soviets. Un siècle d’affiches communistes, Paris, Éditions Les Échappés, 2012, 144 pages, 34 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain

I – Introduire

Questionner la production iconographique du Parti communiste français en s’aventurant sur le territoire de ses affiches, tel est l’objectif du dernier ouvrage de cet historien du communisme qu’est Romain Ducoulombier1. Les images, entendues au sens d’icônes – eikôn en grec, picture en anglais – c’est-à-dire de représentations figurées, ne sont plus, fort heureusement, cet objet historique longtemps non identifié : elles sont sorties de l’ostracisme et du mépris dans lesquels elles ont été maintenues si (trop) longtemps. Pourtant, le rapprochement (timide) des historiens avec le secteur propagandiste visuel du mouvement ouvrier (syndicaliste, socialiste, communiste, libertaire, etc.) tarde à produire les travaux qui seraient utiles et nécessaires pour comprendre la construction d’un imaginaire spécifique et la mise en scène d’une dramaturgie politique et sociale en direction des opprimés. Pour n’évoquer que la catégorie des affiches du PCF, le dernier ouvrage auquel se référer, Le couteau entre les dents2, et encore inclut-il affiches communistes et anticommunistes3, remonte à l’année 1989. Quant aux recherches de Lucie Fougeron, après quelques contributions ou articles bienvenus4, elles semblent marquer le pas. La parution de cet ouvrage postule donc un enjeu historiographique : analyser « la tradition graphique la plus prolifique de l’histoire contemporaine » de la France et offrir ainsi « une histoire largement inédite du Parti communiste » (p. 7-8). Voyons le propos.

II – L’affiche comme arme de combat

Le livre se présente en sept chapitres chronologiques, depuis la naissance du Parti communiste à Tours en décembre 1920 jusqu’à ces dernières années, même si, indéniablement, la part belle est réservée aux années trente et cinquante. Chaque chapitre décline ensuite des thématiques particulières. Les affiches choisies proviennent de deux collections privées ainsi que des archives du PCF à Bobigny5. Les raisons qui ont présidé au choix, l’exhaustivité étant d’emblée impossible, ne sont pas clairement explicitées, si ce n’est par la rareté ou la « puissance visuelle » des documents, ainsi que la volonté de « traquer » des graphistes. Nous y reviendrons. Elles sont présentées pleine page pour celles qui sont considérées par l’auteur comme significatives d’un moment particulier de l’histoire graphique communiste, ou en vignettes plus réduites. Chaque reproduction, datée, est accompagnée du titre, avec le nom de l’illustrateur lorsque l’affiche est signée ainsi que d’une brève contextualisation6.

Romain Ducoulombier s’attache à dégager des tendances internes à ce graphisme communiste. Celle des années vingt, incarnée (entre autres, mais pas uniquement) par Jules Grandjouan7, puise à la fois dans l’héritage syndicaliste révolutionnaire, courant du mouvement ouvrier français d’avant 1914 auquel ce dessinateur appartint et dans une « vision idéalisée de la révolution bolchevique » (p. 12). L’introduction, par cet artiste, des outils du travail urbain et rural, le marteau et la faucille, dans l’iconographie du Parti communiste français, rattache ce dernier à l’avant-garde planétaire dont le jeune État ouvrier, né sur les décombres de l’ancienne société, affirme n’être que l’avant-poste. L’influence soviétique est alors patente, particulièrement dans l’affiche « Nous imposerons la paix internationale » (1925), où une main serrant fortement une faucille en gros plan (p. 19) est la reprise parfaite (le fond est modifié, lui) de celle figurant sur une affiche de 1920. L’URSS, magnifiée comme un monde « sans chômage » où la « construction du socialisme » permet l’ « augmentation des salaires », montre à la classe ouvrière le chemin « que (…) trace le prolétariat soviétique ! » (affiche de René Dubosc8, datant sans doute d’après le krach de 1929, p. 30). La période ouverte par le Front populaire et sa dynamique sert à « nationaliser » le PCF et par conséquent sa propagande iconique : les communiste s’affichent alors en bleu, blanc, rouge et bonnets phrygiens, redécouvrent La Marseillaise et défendent la culture française puisqu’ils sont devenus « les vrais fils de notre pays »9. Le style prend ses distances avec la caricature et fait son miel des procédés graphiques, empruntés à l’architecture et la géométrie, des affiches publicitaires. Les conceptions de l’affichiste Cassandre pour rendre visuelle la modernité (lignes pures, utilisation de couleurs éclatantes) se retrouvent dans les compositions communistes utilisant par ailleurs les symboles usuels de l’iconographie politique, tels le lutteur prométhéen (p. 38 et 41). De timides tentatives d’introduction du photomontage initié en Allemagne par John Heartfield10, n’en possédant ni sa puissance évocatrice ni son impact visuel, ne sont guère restées dans les mémoires (p. 41). Par contre, la colombe de la paix de Picasso (avril 1949) pour le Congrès mondial des partisans de la paix (p. 73) ou la pieuvre11 aux yeux « dollarisés » émergeant de l’océan atlantique pour étouffer la France dans ses tentacules (p. 81) sont devenus des classiques du pacifisme communiste et de l’anti-américanisme, étudiés par tous les collégiens et lycéens de France. Les affiches anti-américaines et germanophobes (p. 57-65 et 72-83) des années cinquante (comme les dessins de presse des journaux communistes) permettent de mieux cerner les contours de cette guerre froide culturelle des images à l’œuvre en France comme dans d’autres pays européens, Italie et Allemagne par exemple. Ici, tirages de masse et puissance visuelle vont de pair. Nous sommes bien à l’apogée d’une certaine iconographie communiste, fortement clivée, sûre d’elle-même, sachant pouvoir compter sur une phalange d’illustrateurs de talent (Fougeron, Mitelberg, Antoni, Lingner etc). Les décennies suivantes, par contraste et parce que l’époque de la coexistence pacifique incite moins au lyrisme révolutionnaire, sont plus ternes (si l’on excepte l’affiche antifasciste contre l’OAS, représentée par un serpent, p. 114). Le groupe Grapus, dès 1970, apporte un sang neuf à la propagande graphique du PCF. Pourtant, peut-on éviter de remarquer que ce bouleversement du style et des codes communistes (p. 129), ce « désaveu des marquages symboliques »12 coïncident avec la période où le Parti communiste, délaissé et vilipendé par de nombreux secteurs de la jeunesse scolarisée, est, simultanément obligé de compter (et de lutter) avec des organisations situées sur sa gauche qui reprennent à leur compte la symbolique ancienne des années trente, de la Résistance et des années cinquante ? Il est sans doute possible d’affirmer que le déclin de la « culture des camarades »13 a précédé celui de l’institution partisane.

III – Conclure

Dans cet ouvrage, Romain Ducoulombier souligne un certain nombre de ressorts à l’œuvre dans la constitution d’une iconographie communiste – procédés de déconstruction et logiques de dévalorisation de l’adversaire, ainsi que valorisation de symboles positifs ou héroïques – sur près d’un siècle, grâce au support mural privilégié qu’est l’affiche. Il semble s’inscrire dans ces tendances historiographiques et/ou philosophiques qui se veulent novatrices quant à la définition des lieux du politique : « le sujet politique (…) surgit en des lieux de la politique qui demeurent irréductibles à ceux que l’État définit comme tels »14. L’affiche figurerait donc parmi les lieux où se définissent des pratiques de politisation et de mobilisation partisanes, via un imaginaire symbolique délibérément construit. Le pari initial de l’auteur est donc gagné. Osera-t-on pourtant avancer quelques regrets, nonobstant le fait du caractère grand public de l’ouvrage ? Ceux-ci concernent cette « traque des graphistes » annoncée également en préambule (p. 7). L’approche de ces différentes « générations » de producteurs d’images – par-delà la figure emblématique d’ailleurs bien connue de Jules Grandjouan –, et leur implication plus ou moins prononcée dans le combat militant auraient mérité un traitement plus serré. S’il est exact que la quasi absence de recherches sur les illustrateurs et dessinateurs communistes (ou travaillant pour le Parti communiste)15 ne permet guère de donner chair à des noms restés mystérieux (Antoni, Paul Gilles, Lamy, Rival etc.)16, d’autres ne sont pas totalement inconnus, comme Max Lingner (qui signe Ling, p. 99) ou Brantonne17.

In fine, ce travail de Romain Ducoulombier prolonge ses ouvrages antérieurs sur le communisme, en s’attaquant cette fois à un secteur crucial de la propagande communiste en France. L’angle d’attaque choisi, en interrogeant ses « forces latentes ou manifestes, bref son efficace »18 permet de commencer à dégager des modèles d’intelligibilité et d’identification politique des affiches du PCF sur la longue durée.

1De Romain Ducoulombier, Dissidences a déjà chroniqué De Lénine à Castro. Idées reçues sur un siècle de communisme, Paris, Le Cavalier bleu, 2011, sur http://dissidences.hypotheses.org/2958

2Philippe Buton, Laurent Gervereau, Le couteau entre les dents. 70 ans d’affiches communistes et anticommunistes (préface d’Annie Kriegel), Paris, Editions du Chêne, 1989, 159 p.

3Ce que ne propose pas cet ouvrage, puisque les éditions Les Échappés confient à un second historien Nicolas Lebourg, le soin de traiter des affiches anticommunistes : Mort aux bolchos. Un siècle d’affiches anticommunistes françaises, lire le compte rendu sur ce blog cette semaine.

4Lucie Fougeron, « Propagande et création picturale : L’exemple du PCF dans la guerre froide », Sociétés & Représentations, n° 12, octobre 2001, p. 269-284, « Les affiches du Parti communiste français : Créations d’un fonds d’archives », op. cit., p. 321-325, « Un exemple de mise en images : le « réalisme socialiste » dans les arts plastiques en France (1947-1954) », Sociétés & Représentations, n° 15, 2003/1, p. 195-214.

5Aux archives départementales de la Seine-Saint-Denis.

6Il manque par contre les dimensions.

7Sur cet illustrateur, il existe de nombreux travaux. Citons l’ouvrage magnifiquement illustré, issu d’une exposition, coordonné par Fabienne Dumont, Marie-Hélène Jouzeau, Joël Moris, Jules Grandjouan. Créateur de l’affiche politique illustrée en France, Paris, Somogy éditions d’art, 2001, 187 p.

8René Dubosc, militant communiste, est en 1925 le caricaturiste attitré, avec Cabrol, de L’Humanité. Il devient partisan de la Collaboration (comme un autre dessinateur de la presse communiste, Georges de Champs) à partir de 1940. Voir Christian Delporte, Les crayons de la propagande. Dessinateurs et dessin politique sous l’Occupation, Paris, CNRS Éditions, 1993.

9Rapport de Maurice Thorez, secrétaire générale du PCF, au Comité central, du 17 au 19 octobre 1935, cité in Stéphane Courtois, Marc Lazar, Histoire du Parti communiste français, Paris, PUF, coll. « Thémis-Histoire », 2e édition, 2000, p. 132.

10Sur ce propagandiste génial, lire Carlos Pérez, David Evans, Franck Knoery, Michael Krejsa, John Heartfield. Photomontages politiques 1930-1938, Strasbourg, éditions des Musées de Strasbourg, 2006, 160 p.

11Sur l’utilisation de cet animal, on lira Christian Moncelet, Les « viles » tentaculaires : réquisitions satiriques de la pieuvre », Ridiculosa, n° 10, 2003, p. 43-60 et sur http://www.caricaturesetcaricature.com/article-17261296.html

12Christian-Marc Bosséno, Danielle Tartakowsky, « Présentation », Sociétés & Représentations, n° 12, octobre 2001, « Dramaturgie du politique », p. 8.

13Antoine Spire, La culture des camarades. Que reste-t-il de la culture communiste ?, Paris, Editions Autrement, Série Mutations-Poche n° 2, 1992.

14Dimitra Panopoulos, « Le salaire de la mort », Nessie, revue numérique, n° 1, mai 2009, sur http://www.nessie-philo.com/Files/dimitra_panopoulos___le_salaire_de_la_mort.pdf

15Que l’on nous permette néanmoins de citer nos propres travaux, où apparaissent différents éléments sur ces dessinateurs : Christian Beuvain, « L’Humanité dans la guerre froide : la bataille pour la paix à travers les dessins de presse », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 92, 2003, p. 63-85, sur http://chrhc.revues.org/1415 et « La caricature est une arme de combat ! Les dessins anti-américains dans L’Humanité des années cinquante (1947-1954) », in Christian Delporte, Claude Pennetier, Jean-François Sirinelli et Serge Wolikow (dir.), L’Humanité de Jaurès à nos jours, Paris, Nouveau monde éditions, 2004, p. 325-340.

16Les notices du célèbre Dico Solo , précieux outil de travail néanmoins, sont pour beaucoup de ces illustrateurs communistes très allusives, se contentant souvent de répertorier les titres des organes de presse auxquels ils ont collaboré : Solo, Catherine Saint-Martin, 5000 dessinateurs de presse et quelques supports, en France de Daumier à nos jours, Paris, Groupe Té.Arte/Conseil régional du Limousin, 1997, 704 p., réédition chez Aedis, 1000 p., 2004.

17Ce dernier est l’auteur de l’affiche éditée (en supplément) par L’Avant-Garde (journal des jeunes communistes) pour la libération de Paris (p. 48). Avant de devenir le célèbre illustrateur de la collection « Anticipation » des éditions du Fleuve noir, Brantonne réalise des portraits en carte postale pour le compte d’une association de familles de fusillés de la Résistance ainsi qu’une bande dessinée sur Le colonel Fabien, héros communiste des Francs-tireurs et partisans (FTP), en 1945, aux éditions France d’abord.

18Louis Marin, Des pouvoirs de l’image. Gloses, Paris, Éditions du Seuil, 1993, p. 10.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.