Mario Tronti, Nous opéraïstes. Le « roman de formation » des années soixante en Italie, traduit de l’italien par Michel Valensi, Paris, éditions de l’Eclat/Lausanne, éditions d’En bas, 2013, 206 pages, 14 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Commençons par préciser pour le lecteur qui ne serait familier pas avec le terme, qu’en italien, operaio signifie ouvrier et qu’opéraïste ou opéraïsme renvoie à un courant marxiste d’extrême gauche italien, dont la majorité des membres proviennent non du Parti communiste italien (PCI) mais du Parti socialiste italien (PSI)[1]. L’opéraïsme place l’ouvrier-masse, produit de la grande industrie, au cœur de sa doctrine. Cet ouvrier se caractérise par son rejet du travail taylorisé. Ce courant s’organise autour de deux revues, les Quaderni rossi (1961-966)  tout d’abord, puis certains rédacteurs se séparent des Quaderni et fondent Classe operaia, publiée à partir de 1964[2]. Mario Tronti, qui fit partie de ces deux revues, est reconnu comme le théoricien de l’opéraïsme avec son livre Ouvriers et Capital[3]. En 2008, les éditions DeriveApprodi publient un volumineux ouvrage, L’operaismo degli anni Sessanta. Da Quaderni rossi a classe operaia (894 p.), accompagné d’un DVD d’un fac similé de Classe operaia. C’est l’introduction de Mario Tronti traduite en français qui constitue le cœur de Nous opéraïstes…. S’y ajoutent trois textes, à notre connaissance inédits en français : une conférence tenue à Londres en 2006, « Opéraïsme et politique », une intervention faite à l’Université La Sapienza à Rome en 2006, « Pourquoi l’opéraïsme encore ? » et « Mémoires et histoire des ouvriers », l’introduction à un colloque tenu en 2001. Précisons encore que cet ouvrage s’inscrit dans le droit fil de l’opuscule La politique au crépuscule, publié par les mêmes éditions de l’Eclat en 2000. Pourquoi cette précision ? Tout simplement parce que le style de Mario Tronti, philosophe de formation, n’est pas toujours des plus limpides, voire parfois, parfaitement crypté[4]. Ce que reconnaît d’entrée de jeu l’éditeur en précisant que le présent ouvrage « paraîtra sans doute, sinon obscur, du moins quelque peu crypté » (p. 7). C’est ce qui explique, en fin de volume, la publication d’un important appareil de notes (p. 173-206), évidemment précieux pour comprendre (essayer de comprendre au moins) ce dont Tronti se fait le narrateur. Il faut hélas avouer que la nature de certaines notes ajoutent plus de confusion qu’elles ne permettent d’avancer dans la compréhension. On ne disconviendra pas du fait que Della Volpe « eut une influence déterminante sur la génération des années 60, en prônant un marxiste (sic) rigoureusement « scientifique » opposé au courant dominant gramscien du marxisme italien » (p. 182). Reste au pauvre lecteur à se creuser la cervelle pour essayer de saisir en quoi le gramscisme est opposé à un marxisme rigoureusement scientifique ? De la même manière, il n’est pas sûr qu’après avoir lu la présentation (p. 186-187), de la conricerca, (recherche participative), l’ont ait mieux compris les enjeux de cette méthode d’enquête sociologique. C’est pourquoi, avant de pénétrer dans le cœur du texte, il n’est pas inutile de se familiariser avec la prose de l’auteur en commençant par lire les courts textes additionnels. Dans « Opéraïsme et politique », Tronti explique la nature de la conception politique portée par l’opéraïsme, une détestation du travail : (« Non seulement l’ouvrier n’aimait pas son travail, mais il le détestait », p. 138). De là la rupture opérée par l’opéraïsme, véritable expérience d’une lutte contre le travail. C’est pourquoi, selon lui, l’operaïsme ne se réduit pas à l’ouvriérisme, du fait de la place centrale de la politique, qu’il formule en en éclairant raccourci : « Le capitalisme moderne ne serait jamais né sans la politique moderne. Hobbes et Locke viennent avant Smith et Ricardo » (p. 140). D’où son appel final, proclamatoire en diable : « C’est maintenant qu’un autre spectre commence à hanter non seulement l’Europe, mais le monde. L’esprit, ressuscité, rédimé du communisme » (p. 143). Dans « Pourquoi l’opéraïsme encore ? », il revient sur cette primauté de la politique sur l’économique : « les classes sont potentiellement des puissances politiques » (p. 145). De ce point de vue, l’opéraïsme n’est pas seulement une expérience du passé, mais bien un ferment pour une alternative actuelle, en ce sens qu’il propose un point de vue (le point de vue, partial, de l’ouvrier), un lien entre théorie et pratique et, de surcroît, que l’opéraïsme est irréductiblement un anti-réformisme. Enfin, « Mémoire et histoire des ouvriers », en appelle à un renouveau des travaux sur les ouvriers. Ce petit texte peut se lire comme un programme de recherches pour renouer la compréhension de ce que fut la classe ouvrière, pour mieux appréhender son possible avenir : « Nous devrions constituer une sorte de lieu de rassemblement de la mémoire ouvrière, qui est mémoire future, parce que c’est une classe qui a servi d’intermédiaire » (p. 158). Pour sortir d’un « présent pauvre » (un présent où les ouvriers « ne sont pas parvenus à se faire État. Le passage ouvrier de classe subalterne à classe hégémonique fut un échec », p. 171), il est urgent, selon lui, de mettre sur pied un Atlas de la Mémoire Ouvrière, « une Mnémosyne prolétaire, qui raconte, à travers des figures et des formes, les lieux et les temps d’une présence qui a produit une histoire, même si l’histoire, à la fin, par négation l’a supprimée » (p. 172). Une fois familiarisé avec le propos et le style de Tronti, il devient alors loisible de lire le roman de formation, annoncé. Tronti revient sur les principales étapes de formation du collectif opéraïste, évoquant avec chaleur les multiples collaborations et enrichissements mutuels que furent les rencontres avec des noyaux ouvriers radicaux et des multiples discussions-dissensions qui nourrirent cette culture, les rapports au PCI et à ses intellectuels, les influences intellectuelles (assez iconoclastes pour certaines, ainsi Ernst Jünger), etc. S’il n’est pas toujours facile de suivre le récit, du fait de la multiplication des allusions, bien qu’éclairées par les notes, à la situation politique, sociale et intellectuelle de l’Italie durant une décennie, nul doute que le lecteur devrait en apprendre beaucoup sur cette entreprise politico-intellectuelle qui a nourri les organisations extra-parlementaires (Lotta Continua et Potere Operaio)  qui constitueront l’Autonomie ouvrière après l’automne chaud de 1969. Si la contribution publiée ici de Mario Tronti risque fort de ne pouvoir être saisie dans son plein potentiel analytique que par des militants idéologiquement formés, il n’en reste pas moins que l’on dispose d’un document de première main pour approfondir notre connaissance de ce courant révolutionnaire marxiste si singulier.


[1]     Pour une histoire intellectuelle de la formation du noyau opéraïste, la plus complète en français, lire Steve Wright, A l’assaut du ciel, Paris, éditions  Senonevero, 2007. On trouve également de nombreuses informations dans le livre de Jacques Guigou et Jacques Wajnsztjen, Mai 68 et le mai rampant italien, Paris, L’Harmattan, 2008.

[2]     Une anthologie de textes des Quaderni rossi a été publiée en français en 1968 chez François Maspero sous le titre, Luttes ouvrières et capitalisme d’aujourd’hui, coll. « Cahiers libres », n° 118-119.

[3]     Chez Christian Bourgois, 1977. Une nouvelle édition, chez Entremonde, est annoncée  dans le courant de 2013.

[4]     Cet aspect avait déjà été souligné dans l’édition de Ouvriers et capital : « La traduction de Tronti présente une difficulté particulière. La langue utilisée, langue étrange dans l’italien même, offre l’illustration d’un retournement de la « rhéthorique » (p. 11).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.