Jean-Jacques Marie, Staline. 1878-1953. Mensonges et mirages, Paris, Autrement, collection « Vies parallèles », 2013, 288 pages, 21 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ce nouvel ouvrage de Jean-Jacques Marie est le tout premier d’une nouvelle collection lancée par les éditions Autrement, visant à étudier les représentations d’un personnage historique et leur évolution, tout en proposant une iconographie soignée. On sait l’auteur familier de son sujet, puisque sa première biographie de Staline fut publiée en 1967 au Seuil, et qu’elle fut suivie d’un « Que sais-je ? » en 1995, d’une étude en 1998 sur la jeunesse de Staline, déjà chez Autrement, dans la collection « Naissance d’un destin »[1], et surtout de l’ouvrage de référence qu’est son Staline chez Fayard en 2003[2].

A tous les lecteurs de ces précédents livres, cette nouvelle parution risque de n’apporter que peu de choses nouvelles. Elle n’en est pas moins une excellente synthèse, qui, sans être réellement centrée sur les représentations, s’intéresse plutôt au phénomène Staline. Se situant ainsi dans la continuité de ses biographies de Khrouchtchev et de Lénine (voir nos recensions sur l’ancien site et le blog de Dissidences), Jean-Jacques Marie décrit avec beaucoup de précisions le cancer bureaucratique qui ne cessa de ronger l’URSS. Le renforcement de la bureaucratie par Staline dès 1922 lui permet progressivement de s’extraire d’elle en éradiquant le Parti bolchevique lors des « Grandes Purges » (Jean-Jacques Marie met l’accent sur cet aspect de la Grande Terreur plutôt que sur les cibles prises dans la population) et en formant une nouvelle caste dirigeante privilégiée, soumise[3], qui, sitôt l’ennemi nazi écrasé, entreprit le dépeçage de la propriété d’État.

A la lecture de ces pages parfois sidérantes, d’où suintent la douleur et le sang, on ne peut que constater un bilan globalement négatif ; la position trotskyste traditionnelle de « défense de l’État ouvrier dégénéré » et des acquis de la révolution d’Octobre n’apparaît d’ailleurs que dans les toutes dernières pages, tout comme la critique de l’usage du concept de « totalitarisme » englobant dans une semblable condamnation l’étude du fascisme nazi et de l’URSS stalinienne… Évoquant également diverses légendes, comme celle sur la paternité de Staline ou son statut mythique d’agent de l’Okhrana, Jean-Jacques Marie s’arrête à plusieurs reprises sur le culte de la personnalité, de sa mise en place à l’extrême fin des années vingt, même si certains chapitres ont des intitulés partiellement trompeurs : « Le culte », « Le plus grand génie de tous les temps et de tous les peuples » et « La dernière flambée du culte » reprennent en fait rapidement le fil biographique du personnage, et on aurait aimé bénéficier de davantage d’éclairages sur les funérailles de Staline ou le sort de sa momie.

Parmi les pages les plus intéressantes, celles qui évoquent l’évolution de l’image de Staline en URSS puis en Russie, jusqu’à son partiel retour en grâce sous l’ère Poutine, qui voit « La transformation de Staline en héros national russe opposé au cosmopolitisme révolutionnaire » (p. 257), en parallèle d’un contrôle effrayant de l’histoire nationale. On regrettera enfin de ne pas avoir d’éléments suffisamment probants sur la perception de Staline à l’étranger au fil du temps, et sur l’évolution de l’historiographie sur Staline autrement que par de brèves allusions (si Simon Sebag Montefiore est accusé d’être trop complaisant avec Staline, rien n’est dit par exemple de la récente biographie de Domenico Losurdo).


[1]              Elle fut chroniquée dans le tout premier numéro du BLEMR, décembre 1998, consultable sur l’ancien site de Dissidences : http://www.dissidences.net/documents/blemr1.pdf

[2]              Voir la recension de Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles dans Dissidences-BLEMR n°10, février 2002.

[3]              Devant la catastrophe de la collectivisation et l’arrivée d’Hitler au pouvoir, « La bureaucratie affolée serre les rangs autour d’un sauveur suprême, une situation que ses collaborateurs approuveront jusqu’à sa mort » (p.142).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.