Marco Monaco, Thierry Müller, Gregory Pascon, Choming out, Liège, éditions d’Une certaine gaieté, 2013, 127 pages, 8 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce livre part d’un paradoxe. Alors qu’il a fallu plus de cinq cent jours de négociations pour mettre en place l’actuel gouvernement belge, il en fallut moins de vingt pour réformer les droits au chômage en limitant drastiquement le temps des allocations. Ce livre entend donc partir de cette réforme et de « l’angoisse et la colère » qu’elle a suscitée.

En proposant un démontage d’une série d’affirmations idéologiques, en opérant également par glissements entre des antagonismes, les auteurs offrent une réflexion aussi originale qu’intéressante, basée tout à la fois sur leurs propres expériences comme sur une analyse fouillée. C’est d’ailleurs l’un des intérêts majeurs de cet essai que d’être écrit au croisement de parcours personnels – relayés par une écriture doublement collective – celle des trois auteurs et les témoignages sur lesquels ils s’appuyent ici – et d’une tentative de théorisation de « ce qui nous arrive ». C’est alors à un voyage – dans l’histoire et dans les rouages d’un système – auquel nous invitent ces pages. Ainsi, le livre se refuse à opposer trop abstraitement chômage et travail, et au sein de celui-ci, le salariat dans les secteurs privés, public et associatif. La réforme du chômage dépasse le cadre d’une minorité, du salariat même, pour embrasser la politique d’attaque systématique des services publics, de la coopération et de « destruction des communautés de travailleurs », mis en œuvre par le néolibéralisme. Ce dernier a fait un usage stratégique de l’emploi comme le démontrent les auteurs : « la réaffirmation obsessionnelle mais inexpliquée de « la valeur Travail » comme seul et unique vecteur de socialisation sert de socle idéologique à toutes les politiques d’allègement de charges sociales et de répression en matière de chômage » (p. 39). Et, plus loin : « ce processus de délitement des acquis sociaux auquel nous assistons depuis trente ans a été mené au nom de l’emploi et de la relance économique » (p. 42).

Si les auteurs émettent comme hypothèses que se sont opérés « une redéfinition de la composition de classe » et de « nouvelles pratiques de lutte » (p. 15), ils n’en inscrivent pas moins leur combat dans une certaine histoire. D’où, comme le souligne Bernard Friot dans sa postface, l’une des forces de ce livre exprimant un « refus de l’humiliation de « demander du travail » […] qui ne s’est pas fait dans la dénégation des conquêtes d’une classe ouvrière dont la défaite a tant pesé » (p. 125). Les premières caisses de chômage en 1846, les grèves de 1936, le mouvement de Mai 68, l’arrivée au pouvoir de Ronald Reagan et Margaret Thatcher sont ainsi brièvement évoqués, remis dans la perspective plus large de mécanismes concrets inventés par la classe ouvrière pour affirmer sa solidarité ; mécanismes qui n’ont cessés d’être combattus – avec plus de force et de succès depuis les années 1980 et la révolution managériale – par les tenants du libéralisme. Cependant, les auteurs participent de cette histoire à partir de ces franges plus marginales, de questionnements éthiques et écologiques, et d’un positionnement particulier : « nous voulons sortir du binôme « travailler moins/travailler plus » pour construire le problème du sens et de l’organisation de la production » (p. 97).

Choming out ne tient pas à se cantonner à un travail d’analyse. Son objectif est de participer de la constitution d’« un front du refus », en faisant du chômage « le levier pour une lutte qui porte ses effets au cœur même du dispositif productif » (p. 101). Ainsi, ce livre au graphisme agréable n’hésite pas à avancer quelques revendications concrètes – redéfinition d’un travail « convenable », redéploiement des services publics, « allocation sociale inconditionnelle » (p. 112)… – autour de ce qu’il nomme « un nouveau welfare ». En ce sens, les raccourcis et affirmations problématiques mis en avant ne sont pas un obstacle à la lecture puisque ce livre entend avant tout servir d’outil à un usage stratégique. L’enjeu est de susciter le débat, dé-cristalliser des positions figées, renverser le rapport de force et ouvrir le champ des possibles. C’est tout le « mal » qu’on lui souhaite.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.