Enzo Traverso (avec Régis Meyran), Où sont passés les intellectuels ?, Paris, Textuel, collection « Conversations pour demain », 2013, 112 pages, 17 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Sous la forme d’un dialogue avec Régis Meyran (chercheur en anthropologie et auteur en particulier de Le Mythe de l’identité nationale), Enzo Traverso livre ses réflexions et analyses sur les intellectuels, depuis l’affaire Dreyfus jusqu’à nos jours, dans ce petit opuscule volontiers vulgarisateur. Partant du lien, consubstantiel à ses yeux, de l’intellectuel contemporain avec l’engagement politique, il insiste sur son appartenance plus marquée à gauche (la droite récusant souvent le terme) et sur le nécessaire contrepoint critique qu’il offre face à l’opinion dominante.

La fin du XIXe siècle voit l’autonomisation du groupe social des intellectuels, grâce en particulier à l’essor de la société de communication, avant que la césure de 1914-1918 ne les contraigne à se polariser entre fascisme et communisme (on reconnaît là une problématique de A Feu et à sang : La Guerre civile européenne, 1914-1945). Le tournant majeur, Enzo Traverso le situe à la charnière des années 70 et 80, se plaçant là dans la lignée des travaux de Michael Scott Christofferson et François Cusset1. C’est le moment où la culture de l’image surpasse celle de l’écrit, où l’idéologie des droits de l’homme permet de se situer dans un entre-deux moralisant2, le moment également où l’intellectuel est remplacé par l’expert au service du pouvoir3. Face au déclassement des intellectuels, à leur surclassement par les médias et au fossé qui existe entre eux et les nouveaux mouvements sociaux, Enzo Traverso conserve toutefois un optimisme marqué, estimant que « L’éclipse des utopies ne sera que passagère » (p. 56). Néanmoins, optimisme et estimation sans ancrages politico-sociaux dans la réalité et sans horizons d’attente ne sont-ils pas pure abstraction idéaliste ?

Parmi les cibles d’Enzo Traverso, Michel Onfray, figure de l’intellectuel médiatique, accusé d’offrir une vision simplificatrice de Jean-Paul Sarte et Albert Camus et de défendre un Nietzsche libertaire4 auquel Enzo Traverso préfère le Nietschze réactionnaire de Domenico Losurdo. De Michel Foucault, Enzo Traverso conserve comme valide la notion de biopouvoir, qu’il avait utilisée dans La Violence nazie, une généalogie européenne5, mais critique l’idée d’un pouvoir dilué et plus souverain, ainsi que l’intellectuel spécifique. Si les réflexions de ce dialogue sont souvent pénétrantes, quoique guère nouvelles, certaines thèses se révèlent discutables (ainsi de l’incompatibilité entre intellectuels et exercice du pouvoir, symbolisé par l’opposition Léon Trotsky / Victor Serge dans la seconde moitié des années 1930) voire bien péremptoires (la page des révolutions communistes perçue comme définitivement tournée6). Certains jugements sont également plutôt flous, ainsi de ce retour rêvé de l’intellectuel universel, dont on ne saisit pas totalement les contours qu’il prendrait7.

 1Sur cette thématique, voir le volume 13 de la collection Dissidences, à paraître.

2« (…) l’humanitarisme est un peu l’idéologie d’une ère qui se voudrait « postidéologique » » (p. 66).

3« (…) cette apparence de neutralité analytique, purement technique et calculatrice, vise en réalité à neutraliser la réflexion critique et à naturaliser l’ordre politique » (p. 80).

4Voir nos compte rendus des tomes 8 et 9 de la « Contre-histoire de la philosophie », L’Invention du surhomme et Les Consciences réfractaires, ainsi que l’essai de Michael Paraire, Michel Onfray, une imposture intellectuelle, dans notre revue électronique et sur notre blog. Enzo Traverso précise que « Dans la vulgate antisartrienne actuelle, je perçois une pulsion conservatrice qui me laisse perplexe, et à laquelle on ne peut pas répondre en faisant l’apologie de Sartre » (p. 35).

5Voir sa recension dans notre revue électronique.

6Une thèse qui apparaissait déjà dans L’Histoire comme champ de bataille, voir la recension sur notre blog.

7La critique qu’il adresse au CVUH (Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire) est fort loin de convaincre : « (…) à partir du moment où un tel organisme devient permanent, il risque d’apparaître comme une instance inquisitoriale [sic] émettant des sentences, non pas au nom du pouvoir mais au nom du savoir » (p. 84).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.