Dominique Kalifa, Les Bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, collection « L’Univers historique », 2013, 416 pages, 25 €.

Dominique Kalifa est un universitaire qui s’est spécialisé dans l’histoire des crimes et de la police. Avec Les Bas-fonds, dédié à Alain Corbin, il se penche sur tout un pan de la culture contemporaine, fort de la maîtrise d’une vaste bibliographie internationale[1] et de l’utilisation de nombreux travaux universitaires, qu’il a sans doute pour la plupart dirigés. Cette notion de bas-fonds sociaux est en effet apparue au XIXe siècle, accompagnée du triptyque vice – misère – crime, tant « (…) les topographies sont toujours aussi morales » (p. 11). Il s’agit donc bien d’une représentation, d’un imaginaire social qui est création propre davantage que reflet d’une réalité concrète, décrypté par l’auteur avec précision et brio.

Dominique Kalifa commence par définir ces bas-fonds tels qu’ils sont alors décrits par les romanciers ou les journalistes, en particulier, à Paris, Londres ou dans bien d’autres métropoles, élément de mondialisation culturelle. Si le lien entre les bas-fonds et l’urbaphobie[2] n’est pas creusé, les caractéristiques à la fois souterraines de cet « antimonde », où l’élément liquide est omniprésent (conduisant à la pourriture et à la mort), et crasseuses, animales, de ces bas-fonds sont bien soulignées. En apparence bigarrée, leur population regroupe pauvres (les mendiants en étant les pires représentants), voleurs, prostituées, enfermés ou bohémiens, et l’organisation qu’on lui prête en fait un ennemi d’autant plus dangereux pour l’ordre social, véritable incarnation de l’élément cosmopolite et révolutionnaire[3].

Dans la généalogie de ces bas-fonds, Dominique Kalifa, s’il invoque l’influence de la Bible (Sodome, Babylone), met surtout l’accent sur la fin du Moyen-Âge. C’est là, en plein essor marchand du capitalisme, que l’image du pauvre mute vers une plus grande culpabilisation, induisant mise au travail et enfermement (voir sur ce sujet les travaux de Michel Foucault). L’époque moderne approfondit cette vision, avec l’apparition de la cour des miracles au XVIIe siècle (reprise par Victor Hugo dans Notre-Dame de Paris, qui la projette justement au XVe) et le développement de la littérature criminelle au XVIIIe (qui nourrit d’ailleurs une image plus ambivalente).

La cristallisation proprement dite des bas-fonds se repère principalement dans les années 1820-1840, époque où l’inquiétude est grandissante vis-à-vis du paupérisme engendré par la révolution industrielle. Les enquêtes sociales se multiplient (celle de Friedrich Engels est postérieure de quelques années seulement), et l’essor des médias, presse ou romans feuilletons, parmi lesquels Les Mystères de Paris (analysés par Karl Marx dans La Sainte famille), diffuse cette vision anxiogène de « nouveaux barbares » et de « mauvais pauvres » nichés au cœur des grandes concentrations urbaines. Une peur qui verra une confirmation de son existence dans l’explosion révolutionnaire de la Commune, les bas-fonds faisant office de repoussoir dans une optique de contrôle social. C’est ensuite dans les dernières décennies du XIXe siècle que cette peur est réactivée, du fait de la crise économique et de l’arrivée de nouveaux migrants.

La seconde partie de l’étude menée par Dominique Kalifa s’articule en éclairages plus ciblés : l’obsession des nomenclatures et des classements visant les occupants des bas-fonds, qui véhiculent clichés et facilités d’écriture, ce dès le Moyen-Âge ; la figure du prince déguisé, sur le modèle d’Haroun al Rachid visitant Bagdad incognito, dont on retiendra surtout les limites de cette expérience d’immersion menée par Jack London, George Orwell et bien d’autres (déformation liée à l’illusion d’un réel rapprochement social et au voyeurisme médiatique) ; le tourisme des bas-fonds, excursions arrangées et spectaculaires que résume alors l’expression de « tournée des grands ducs »[4] ; la vision poétique engendrée par les bas-fonds, valorisant la figure du chiffonnier ou du vagabond, la sentimentalité des voyous et le tragique des conditions[5] (Aristide Bruant, le « fantastique social » de Mac Orlan, le « réalisme poétique » au cinéma, et même le fado et le tango).

Ces développements qui concernent en partie le XXe siècle nous amènent directement à la dernière partie, qui se penche sur le déclin des bas-fonds et leur postérité maintenue dans l’imaginaire. Dans la disparition de la centralité des bas-fonds effective au mitan du XXe siècle, et la diversification des expressions qui lui succèdent (clochards, SDF, quart-monde…), Dominique Kalifa invoque un faisceau de causes : le remplacement de la figure du pauvre par celle de l’exclu et du chômeur, couplée aux progrès de l’investigation sociologique à compter de Charles Booth et à la progressive édification d’un État social ; la destruction des taudis des grandes métropoles et l’ascension de certains délinquants vers le « milieu » de l’échelle sociale, ainsi que l’attraction de la modernité incarnée par l’image des gangsters étatsuniens. Mais des rémanences sont toujours repérables, ainsi du retour des mauvais pauvres orchestré par des penseurs néo-libéraux ou de certaines manifestations de la culture populaire. A cet égard, si l’auteur a raison de citer le Gotham de Batman, il nous semble toutefois élargir à l’excès le spectre, en assimilant les utopies souterraines mises en scène par la science-fiction aux bas-fonds… Dommage également que l’utilisation persistante de l’expression dans les médias ne fasse pas l’objet d’une approche particulière. Reste un ouvrage de référence sur une notion intimement lié dans l’imaginaire à la « tourbe » révolutionnaire…

Jean-Guillaume Lanuque


[1]              Avec comme défaut subséquent l’oubli de mentionner la dernière édition française de certains ouvrages étrangers cités.

[2]              Voir Bernard Marchand, Les Ennemis de Paris. La haine de la grande ville des Lumières à nos jours, chroniqué sur notre ancien site, et curieusement absent des notes de Dominique Kalifa.

[3]              Jusqu’à parler l’argot, « (…) langue de la dissidence, de ceux qui veulent détruire la civilisation » (p. 65).

[4]              Une expression qui tire son origine des visites d’aristocrates russes dans la capitale française dans les années 1890, et qui a connu une nette évolution de son sens originel du fait justement de la dimension en grande partie artificielle de ces visites élitistes en terres crapuleuses.

[5]              Une vision qui n’est pas loin de celle de « (…) la jeune bohème milanaise des années 1880-1890 (…) » (p. 367), qui tend à voir dans ces populations miséreuses le germe d’une nouvelle avant-garde.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.