Capucine Boidin, Guerre et métissage au Paraguay (2001-1767), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, 316 pages, 20 €.

Compte rendu de Jean-Paul Salles

Ces dernières années le Paraguay, pays enclavé de 6 millions d’habitants, a fait parler de lui parce qu’un évêque, Fernando Lugo, y est devenu Président de la République en 2008. Affaibli par des scandales sur sa vie sexuelle – plusieurs femmes ont demandé à la justice que l’ancien évêque assume ses paternités – celui qu’on appelait « l’évêque des pauvres » n’ira pas jusqu’à la fin de son mandat. Onze paysans et six policiers trouvant la mort à la suite d’une opération visant à déloger des paysans sans terre, il est démis de ses fonctions le 22 juin 2012 par un vote du Sénat dominé par l’oligarchie foncière.

Mais l’ouvrage de Capucine Boidin, issu d’une thèse, ne s’intéresse pas à cette actualité récente. Mieux, il permet de l’éclairer ! Utilisant à la fois les méthodes de l’anthropologie et celles de l’histoire, l’auteure réalise l’ethnographie d’un hameau rural, soit « une coupe géologique » en profondeur, écrit-elle. Ce faisant, elle renouvelle les acquis de la recherche, surtout anglo-américaine jusqu’ici1 et élucide quelques-unes des singularités de ce pays.

Ainsi la persistance du guarani, une langue indienne utilisée par tout le peuple, alors qu’il n’y a pratiquement plus d’Indiens – 49% de la population est bilingue, 39% monolingue guarani et seulement à peine 10% monolingue espagnol. En fait le guarani parlé au Paraguay, le « guarani jopara » (mélangé), est la version créole du guarani originel : « De même que maïs et haricots rouges sont plantés et cuits ensemble, de même que les femmes mélangent les hommes entre eux, en ayant d’eux des enfants de toutes les couleurs, de même les Paraguayens entremêlent les deux langues » (p. 112). Depuis 2004, l’auteure enseigne le guarani à l’INALCO.

Autre singularité, la mobilité de la population rurale. La majorité des ruraux vivent dans des « compagnies rurales », hameaux installés dans les interstices du système foncier, souvent liés à de grandes propriétés (estancias). Beaucoup de ces ruraux, sans titre de propriété, déploient des tactiques variées pour s’en procurer – d’où les nombreux conflits violents liés à la terre – ou se déplacent. Cette propension à la fuite est d’autant plus forte que lors de la mort du chef de famille on laisse la maison se délabrer pour inciter le mort à quitter à la fois celle-ci et les siens. Les lieux du passé étant ainsi peu à peu effacés des mémoires, les habitants peuvent se tourner vers l’avenir qu’ils imaginent comme une succession de lieux différents.

Enfin, les entretiens que la chercheuse a menés en guarani lui ont permis de constater la persistance du traumatisme lié à « la grande guerre », dite aussi « Guerre de la Triple Alliance ». Entre 1865 et 1870, le Paraguay a affronté la coalition du Brésil, de l’Argentine et de l’Uruguay. La population est réduite à 150 000 habitants (elle était de 420 000 en 1864) et 80% des hommes adultes ont disparu. Seule l’immigration d’« Espagnols » ou de « Correntinos » (venus de la province argentine de Corrientes) a permis de reconstruire le pays, valorisant ainsi les unions mixtes, le métissage, comme est valorisé le guarani jopara.

Un ouvrage donc indispensable à qui veut comprendre la réalité du Paraguay. En partant du quotidien des hommes et des femmes, « de leurs liens, du sens qu’ils donnent à ce qu’ils sont, font et ont fait », l’auteure éclaire ensuite magistralement « l’histoire de leurs liens sociaux, l’historicité de leurs systèmes symboliques » (p. 280).

1Voir par exemple Elman et Helen Service, Tobatï Paraguayan Town, Chicago, The University of Chicago Press, 1954.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.