Gabriel Tarde, Fragment d’histoire future, Biarritz, Séguier, 1998 (édition originale 1896), 152 pages, préface de René Schérer, postface de H.G. Wells.

Compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

A l’instar de la réédition de l’Histoire de quatre ans signée Daniel Halévy (chroniquée sur notre blog), les éditions Séguier, placées dans le giron d’Atlantica, ont décidé à la même époque de ressortir une autre vision utopique de l’avenir passée au filtre de la fin de siècle, celle de Gabriel Tarde, un des pères de la sociologie contemporaine. Ce texte, publié pour la première fois en 1896, a cependant été élaboré entre 1879 et 1884. Dans la lignée de la croyance au progrès, celui-ci décrit d’abord un apogée civilisationnel, non sans touches marquées d’humour (les décolletés féminins comme gage d’endurcissement face au froid, ou les « (…) troubles continuels causés par la tribu des sociologues, les plus insociables des hommes », p. 95). Le monde, après des guerres modernes et meurtrières – décrites aussi brièvement que pertinemment dans leur armement élaboré –, a finalement réussi à s’unifier sous un mode d’organisation socialiste. Les heures de travail n’excèdent pas les trois heures quotidiennes, les sources d’énergie sont toutes durables (vent, marées, cours d’eau), la beauté physique est désormais généralisée, et toutes les maladies ont disparu, à l’exception de la myopie, générée par la multiplication des supports de lecture. Gabriel Tarde dévoile d’ailleurs au détour d’un passage sa méfiance à l’égard des médias (l’absence de papier « (…) empêche les journaux quotidiens de reparaître, au grand profit des globes et des lobes cérébraux (…) », p. 86). Plus amusant, c’est le grec ancien qui est devenu la langue universelle, ce qui nous vaut de savoureuses anecdotes, comme une pique à destination des thuriféraires de l’enseignement des classiques…

Ce stade supérieur de l’évolution présente toutefois une face sombre, Gabriel Tarde estimant que le désir de pouvoir, partie prenante d’une nature humaine supposée, s’est déplacé de la sphère économique et sociale vers la sphère politique : les enjeux de délégation politicienne conduisant peu à peu vers la restauration d’un pouvoir impérial, dévolu d’abord aux scientifiques, puis aux artistes… Au passage, l’auteur témoigne de solides préjugés sexistes, puisqu’il envisage une réforme électorale accordant le droit de vote aux femmes et aux enfants… cette souveraineté étant déléguée aux pères et aux maris ! Mais comme pour insister sur l’idée de finitude des civilisations, au X XVe siècle, la menace provient de l’épuisement du soleil, qui provoque la diminution radicale des températures à la surface du globe. Gabriel Tarde se rapproche même du Blanqui de L’éternité par les astres, lorsqu’il évoque les autres mondes ayant déjà probablement vécu semblable évolution. Ce qui reste de l’humanité choisit en effet de trouver refuge à l’intérieur de l’écorce terrestre, un choix qui vaut contraction de la vitalité humaine, totalement opposé à une éventuelle dilatation dans l’espace (même si une philosophie évoquée prévoit un enfoncement toujours plus profond de l’humanité, jusqu’à une explosion de la Terre et une dispersion des gènes humains, vision précoce de la panspermie). Cela nous vaut de belles descriptions empreintes de poésie, ainsi des cavernes sculptées au cœur des mers gelées…

Un choix qui ressemble surtout à une volonté d’observation cliniquement pure de l’humaine société, les animaux et les végétaux ayant totalement disparu. Les comportements sociaux objectifs que Gabriel Tarde met alors en valeur sont éminemment positifs, puisque « Ce n’est plus, dès lors, sur l’échange des services encore une fois, c’est sur l’échange des admirations ou des critiques, des jugements favorables ou sévères, que la société repose » (p. 93), une société qui, débarrassée de l’essentiel des contingences matérielles, peut laisser libre cours à ses potentialités artistiques, les nouvelles cités rassemblant les individus par école et les nations par discipline, peinture, littérature, etc… A l’inverse de Daniel Halévy, Gabriel Tarde ne postule pas une langueur et une dégénérescence inévitables, pariant sur une créativité libérée de toute tutelle ; il se situe également en opposition aux socialistes, qui présentent selon lui le défaut de ne pas vouloir s’abstraire des préoccupations économiques. Si la démocratie qui règne reste fidèle au modèle de la délégation, ici les meilleurs étant désignés par leurs pairs, l’eugénisme qui s’impose est autrement plus aristocratique, puisque seuls les génies ont le droit de procréer. L’amour idéal est d’ailleurs platonique, ce qui achève de faire de ce Fragment d’histoire future un texte à la fois baroque et scientifique.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.