Gaston William Adam de Pawlowski, Voyage au pays de la quatrième dimension, Paris, éditions Images modernes, 2004, préface de Jean Clair, réédition chez Ombres éditions, 2013, (édition originale en 1912), 325 pages.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Avec ce roman, le seul d’anticipation de son auteur, à la palette particulièrement large –, docteur en droit, il fut aussi reporter sportif et écrivain satirique, participant aux débuts du Canard enchaîné –, on découvre un des livres les plus ambitieux de cette première science-fiction française. Cette tentative isolée n’en est pas moins un coup de maître, et l’humour n’y a au départ pas vraiment droit de cité.

En fait, Voyage au pays de la quatrième dimension, en ses premières (et dernières) pages, se rapproche davantage de la vulgarisation scientifique que du roman. Le narrateur évoque bien ses souvenirs, mais les éléments concrets de sa vie sont quasiment transparents, au profit de développements parfois ardus, qui préfigurent en partie ce qui allait devenir le courant hard science de la science-fiction. La quatrième dimension dont il nous entretient n’est pas le temps, tel que décrit dans La Machine à explorer le temps de H. G. Wells. Non, elle s’apparenterait plutôt à un hypermonde, une transposition du monde des idées de Platon, à la fois immobile et total, permettant d’embrasser la totalité de l’univers. Les premières incartades dans ce monde plus large, où ni l’espace ni le temps n’ont cours, semblent comme anticiper sur les visions du surréalisme. Le narrateur évoque en effet un escalier horizontal, capable de vous hisser plus bas que vous n’étiez parti ; une maison plate, dont les deux accès donnent sur deux quartiers éloignés de Paris ; une diligence qui serait présente en tous les points du parcours qu’elle suivrait ; un déplacement dans la quatrième dimension qui – l’image est de l’auteur –, au lieu d’écarter les atomes de l’eau comme l’étrave d’un bateau, consisterait à transmuer les atomes environnants en soi…

La découverte de cet hypermonde donne aussi l’occasion à cet auteur de brosser un tableau de l’histoire à venir, qui occupe l’essentiel du livre. Là encore, Gaston de Pawlowski n’a pas peur de surprendre, son audace allant jusqu’à faire de simples métaphores des réalités tangibles. Ainsi, il voit son époque contemporaine comme celle de l’émergence d’une créature monde, un Léviathan dont nous ne serions que des corpuscules, et dont l’unicité expliquerait les progrès de l’esprit collectif (et même, osons le dire, du collectivisme). Mais c’est un triste pressentiment, non dénué d’une certaine nostalgie du passé, car cet âge collectif, que l’on peut voir comme une anticipation de nos sociétés technologiques, standardisées, que Gaston de Pawlowski analyse pour sa part comme la concrétisation de l’image qu’il se fait du communisme, avec ses « hommes-cellules », s’accompagne d’un abandon de la morale, de l’effacement de l’individualisme. Sont ainsi critiqués Sade et Darwin, défenseurs supposés de la primauté des lois naturelles sur la morale sociale. A cet âge du Léviathan succède une ère de dictature scientifique, où l’on voit des tentatives de communication avec Mars prises en charge par le secteur privé, ou l’apparition de parasites industriels avec les ferropucerons (proches des ferromagnétaux de Rosny aîné) et de dérèglements végétaux lié à leur industrialisation, le tout anticipant sur certains effets de la pollution ou de la manipulation du vivant. On assiste même à l’essor de véritables robots, les homuncules, avant leur destruction imposée du fait de leur humanisation croissante… C’est aussi là que l’humour est le plus présent, particulièrement avec la division de l’être humain en deux, le bouleversement des sens (la vue par les oreilles !), la création de surhommes totalement difformes et impuissants (augurant en partie de l’homo numericus actuel), le passage des rêves de deux à trois dimensions devenant autant de dangers mortels, ou l’amour ressenti pour une usine…

A travers le récit du narrateur, Gaston de Pawlowski met le doigt sur les limites de la science, ses errements, tout en restant fidèle au départ à une vision plutôt matérialiste de la réalité ; la science est simplement incapable pour l’heure de comprendre la totalité du réel, ainsi des phénomènes paranormaux, qui s’expliqueraient rationnellement par cette quatrième dimension encore largement inconnue. Puis progressivement, on comprend que Gaston de Pawlowski, à l’instar d’un Rosny aîné, rêve d’une humanité réconciliée, capable de combiner matérialisme et idéalisme, ce dernier ayant clairement sa préférence : c’est ainsi au songe de Platon que l’on revient, la vision d’un Blanqui (L’Eternité par les astres, chroniqué sur notre blog) constituant pour Gaston de Pawlowski un repoussoir matérialiste, aboutissement extrême de cette philosophie et de son impuissance supposée. Avec la quatrième dimension, celle de la conscience, c’est une nouvelle transfiguration qui nous est promise, à « l’âge de l’oiseau d’or », gage d’éternité et d’acceptation implicite du réel qui passe par l’amour universel. Voyage au pays de la quatrième dimension, s’il peut s’inscrire dans la continuité d’un Flatland, va donc encore plus loin dans l’audace, et laisse dans l’esprit de son lecteur la profession de foi d’un idéaliste romantique, à l’imagination fertile.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.