Edouard Martin, Ne lâchons rien. Contre l’économie cannibale, Paris, Le Cherche Midi, 2013, 123 pages, 11,5 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Il est très probable que la popularité d’Edouard Martin ne soit guère plus durable que le livre qu’il vient de publier. Écrit sur la base d’entretiens réalisé avec ce dirigeant CFDT de l’usine Mittal de Florange, qui vient de fermer, cet ouvrage raconte, sur le vif, les conditions de la lutte contre une fermeture qui avait été refusée par le candidat François Hollande, lors de sa campagne électorale, avant qu’il ne soit élu président. L’intérêt premier de ce récit repose sur l’évocation du parcours d’un jeune immigré espagnol (Martinez de son nom original), venu rejoindre son père, travailleur dans la métallurgie lorraine, au début des années 1970. Bien qu’il rêve de devenir éducateur spécialisé ou de partir en Afrique du sud (mais il ne peut se payer le prix du voyage), Eduardo, devenu Edouard, rejoint finalement l’usine, comme son père. Il se syndique à la CGT, avant de rompre avec cette centrale pour cause de collusion avec le PCF, ce qu’il ne supporte pas. Il rejoint vite la CFDT, qu’il représentera tout au long du conflit. Mais, avant d’être le leader de ce mouvement, il assume durant plusieurs années des responsabilités de permanent à Paris, à la Fédération de la métallurgie. Suite à des problèmes de santé, il revient dans son entreprise d’origine, mais à un poste de chargé de communication, tout en assurant chez Arcelor une fonction de représentant au comité d’entreprise européen. Il est donc aux premières loges pour comprendre ce qui se joue dans le rachat d’Arcelor par Mittal. Il s’agit clairement, pour le producteur indien, dans un contexte de surproduction de l’acier au niveau mondial, d’éliminer un concurrent, en le rachetant, avec des promesses de redéploiement et des aides massives des fonds publics. Avant son élection (en 2007), Nicolas Sarkozy vient promettre devant l’usine qu’il s’engageait à maintenir l’emploi à Gandrange. Les promesses ne sont pas tenues, ce qui suscite de très fortes mobilisations. Le scénario se renouvelle avec le candidat Hollande, qui en 2011, à Florange cette fois-ci, promet une nouvelle fois, suscitant un fol espoir parmi les salariés de Mittal. Cette fois-ci, c’est un président, socialiste, qui reniera ses promesses. Edouard Martin dresse un portrait très flatteur d’Arnaud Montebourg (« je salue son courage », p. 94), qui apparaît, sous sa plume, comme autant « trahi » par Jean-Marc Ayrault (« Jean-Marc Ayrault est un traître », p. 104) que ne le sont les salariés de Mittal. Le syndicaliste avoue clairement son admiration pour Arnaud Montebourg qui « me donne une vraie poignée de main, chaleureuse » (p. 112), tout en exprimant son peu d’enthousiasme pour Olivier Besancenot ou Jean-Luc Mélenchon, venus soutenir les salariés. On comprend alors qu’il n’hésite pas à manifester un certain patriotisme d’organisation, se sentant parfaitement à l’aise avec la CFDT, malgré les déclarations de Laurent Berger, son nouveau dirigeant, qui a soutenu, publiquement, la fermeture du site de Florange. S’il exprime pour conclure un fort pessimisme pour l’action syndicale européenne, en revanche il voit son avenir se prolonger par une carrière politique. Il envisage en effet d’être candidat aux prochaines municipales, régionales ou européennes. Un livre de pure circonstance, malgré son caractère de témoignage.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.