Denis Pelletier, Jean-Louis Schlegel (dir.), A la gauche du Christ. Les Chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours, Paris, Seuil, 2012, 615 pages, 27 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Fermement encadrés par les coordinateurs (Denis Pelletier pour la période 1944-62 et Jean-Louis Schlegel pour les périodes 1962-81 et 1981-2012 nous livrent de substantielles introductions), la douzaine de spécialistes convoqués, universitaires chevronnés, auteurs de thèses remarquées (Frank Georgi sur la CFDT par exemple) nous permettent de suivre sur la longue période ceux qu’on appelle « les Chrétiens de gauche ».

Les protestants, dont l’étude est confiée à Patrick Cabanel, ne sont pas oubliés. Tôt préoccupés par la question sociale, un certain nombre d’entre eux se sont structurés dès avant 1900 autour de l’économiste Charles Gide, oncle de l’écrivain. Les surgeons de cette sensibilité sont rares mais brillants, de l’avocat André Philip, premier député explicitement socialiste et chrétien en 1936 – en 1940 il refuse de voter les pleins pouvoirs à Pétain et entre dans la Résistance – au Pasteur André Trocmé qui contribua au sauvetage des enfants juifs sur le plateau de Chambon-sur-Lignon. Cette gauche protestante, avide d’action sur le terrain, a encore son « bras armé », la Cimade1.

Les préoccupations sociales sont anciennes aussi chez les catholiques : l’Encyclique Rerum Novarum date de 1891. Par des œuvres charitables, le patronage, des hommes souvent de droite voire d’extrême droite veulent réparer le tissu social mis à mal par le développement du capitalisme et du libéralisme. De même, les fondements doctrinaux de la CFTC (Confédération française des travailleurs chrétiens), née en 1919, favorable à l’organisation professionnelle corporative, sont étrangers à la tradition ouvrière française. Elle est d’ailleurs tenue à l’écart du Front populaire, ainsi pour les ouvriers seule la CGT signera les Accords Matignon. Après la publication du livre La France, pays de mission ?, en 1943 (ses auteurs sont deux aumôniers de la JOC (Jeunesse ouvrière chrétienne) récemment créée), le Cardinal Suhard et les évêques qui ont fait allégeance à Vichy soutiennent les premiers prêtres ouvriers. « Un mur sépare l’Église de la masse. Ce mur, il faut l’abattre », écrivait Suhard. L’Église se préoccupe donc des familles ouvrières. Le Mouvement populaire des familles (MPF) organise l’entraide, qu’elle veut substituer à la bienfaisance : coopératives de consommateurs, lavoirs collectifs, jardins ouvriers, Castors ( associations d’auto-construction, objets de thèses récentes, en 2007 et 2008). L’action catholique multiforme – les catholiques furent aussi actifs dans les campagnes, avec la JAC et le MRJC (Mouvement rural de la jeunesse chrétienne) par lequel sont passés Bernard Lambert, le créateur des Paysans-Travailleurs, mais aussi les actuels ministres socialistes Jean-Marc Ayrault ou Stéphane Le Foll – avait clairement pour but de « refaire Chrétiens » ceux à qui elle s’adressait (Bruno Duriez).

Mais ce plan échoue. Se mêler aux autres hommes permet aux prêtres-ouvriers de partager la vie ouvrière dans toutes ses dimensions, par exemple d’adhérer à la CGT, plutôt qu’à la CFTC car cela aurait été commettre un acte de séparatisme. Malgré les condamnations répétées de Rome, la rencontre se fait avec le marxisme, au PCF et au PSU. Le MPF devenu MLP (Mouvement de libération du peuple), une organisation « crypto-communiste », voire « crypto-stalinienne » selon certains, unie avec Jeune République dans l’UGS (Union de la gauche socialiste) est une des trois composantes fondatrices du PSU en 1960. En 1969, il y avait environ 45 prêtres et pasteurs adhérents au PSU. Toujours en 1969, lors de l’élection législative partielle qui suit l’élection de Georges Pompidou à la Présidence de la République, c’est l’abbé Jean-Baptiste Delpirou qui défendit les couleurs du PSU dans cette circonscription du Cantal.

Confrontés à la guerre d’Algérie, des chrétiens de cette sensibilité s’engagent précocement contre l’usage généralisé de la torture, quelques-uns même choisissant de soutenir activement le FLN. Ainsi un prêtre, l’abbé Alfred Berenguer fut même membre du FLN. Il y eut par la suite un tiers-mondisme chrétien important, humaniste (le dominicain Lebret, fondateur de la revue Économie et Humanisme) ou radical (la revue franciscaine Frères du Monde, critique de la Coopération, puis maoïste au milieu des années 1970, avant de disparaître). Cette frange de la chrétienté ne reste pas inerte face à Mai 68. Favorable à la contestation, elle vit dans ces événements une « chance sérieuse pour l’avènement d’une société plus humaine » (voir la contribution de Yann Raison du Cleuziou, « A la fois prêts et surpris : les Chrétiens en mai 68 »). L’Église-institution est remise en cause, elle est disqualifiée comme l’État, l’École, la Justice, la famille, le PCF. Officiellement, 225 prêtres auraient quitté le sacerdoce entre 1968 et 1972, et chez les protestants, par exemple, le Temple de Montreuil est transformé en lieu communautaire, puis en centre socio-culturel autogéré.

Avec 1968, un modèle apparaît épuisé, celui de l’évangélisation par le témoignage et la solidarité avec le milieu de vie. L’idée de mission est perçue comme un prosélytisme insupportable. On assiste au renversement du schéma initial, ce sont les questions et les revendications de l’extérieur qui sont apportées dans l’Église (Claude Prudhomme). C’en est fini du « thélogico-politique », désormais réservé aux intégristes. Il n’y a plus aujourd’hui de gauche chrétienne importante, visible, ses hommes et sa tradition se sont fondus dans la gauche socialiste. Les groupes qui continuent à se revendiquer de cette tradition sont modestes, mais tenaces, comme la revue Golias, fondée en 1985 à Lyon par Charles Terras. Elle veut « faire connaître les tares de l’institution de l’intérieur », sorte de Canard enchaîné de l’Église qui décerne aux évêques « mitres » ou « bonnets d’âne ».

1La Cimade (Comité inter mouvements auprès des évacués), fondée en 1939, est une association de solidarité active avec les migrants, les réfugiés et les demandeurs d’asile.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.