Tomjo, L’Enfer vert. Un projet pavé de bonnes intentions, suivi de Critique de la planification écologique, Montreuil, L’Echappée, collection « Négatif », 2013, 128 pages, 9 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Tomjo est le pseudonyme adopté par un militant lillois se situant dans la mouvance de la critique technologique défendue par le collectif Pièces et main d’œuvre et plus largement par les éditions L’Echappée (voir les nombreuses chroniques de leurs ouvrages sur notre blog ou notre ancien site) ; l’auteur revendique pour sa part distinctement les influences de Jacques Ellul, André Gorz et Bernard Charbonneau (adepte d’une écologie politique personnaliste). Avec ce petit opuscule, édité semble-t-il de manière plus confidentielle une première fois en 2012, Tomjo prend pour cible privilégié les Verts, et l’acte d’accusation se révèle particulièrement étoffé, s’appuyant surtout sur l’exemple local. De par son ancrage géographique, en effet, Tomjo a le mérite de nous offrir des éclairages qui changent de ceux de Pièces et main d’œuvre, généralement centrés sur Grenoble. Ici, on découvre les efforts de la municipalité lilloise ou du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, au sein desquels les Verts sont bien implantés, pour généraliser l’usage des RFID1 dans les transports en commun (« L’argument gestionnaire recoupe le projet policier », p. 13), ou déployant beaucoup d’efforts afin de valoriser une métropole lilloise en concurrence avec les autres.

Le cœur de l’argumentation n’est autre que l’évolution des Verts, passés d’une critique politique à une pratique gestionnaire, ayant donc trahi leurs idéaux en adoptant l’idéologie économique dominante et le productivisme. L’acceptation de grands projets comme le TGV ou le canal Seine-Nord-Europe, la multiplication des modes de transport sans aboutir à une baisse réelle des émissions de CO2, l’idée d’une responsabilité collective indifférenciée du réchauffement climatique ou l’acceptation de la logique comptable sont, selon Tomjo, autant d’arguments confirmant cette intégration politicienne et ce choix d’une gestion technocratique de la société. Un des exemples les plus troublants réside dans l’objectif, pour la métropole lilloise, d’une aire urbaine irriguée par les nouvelles technologies, « ville ubiquitaire » prenant comme modèle la bien peu démocratique Singapour… Mais Tomjo explique l’avènement de ce techno-fascisme (un concept intéressant mais qu’il conviendrait d’affiner, voire de raffiner) par des responsabilités plus larges, ainsi du Club de Rome par exemple.

Pour cette seconde édition, le texte originel est complété par une Critique de la planification écologique, qui vise l’écosocialisme du Front de gauche, accusé d’être industrialiste et favorable au marché via une idéalisation de l’État. Derrière cette critique, on perçoit bien que l’ennemi n’est autre que la centralisation et toute idée de planification2 (même démocratique, la population étant susceptible d’être manipulée). Tomjo fait d’ailleurs remonter cette filiation de la planification étatique aux néo-socialistes et à Vichy, un choix dont on peut induire le caractère volontairement péjoratif, en lien avec l’extrême droite3. Le propos de Tomjo, qui contient sans nul doute des données intéressantes et des réflexions pertinentes, n’en souffre pas moins d’un certain manque de nuances (une vision critique des Verts ne peut se passer, à notre sens, d’une vision plus large, prenant en compte, outre les différentes tendances du mouvement4, son histoire, ses présupposés idéologiques ainsi que ses choix institutionnels d’alliances aux niveaux des villes, régions et de l’État), se laissant aller à des condamnations un peu trop raides5, et témoignant de manière plus générale d’une vision quelque peu monochrome. L’absence de propositions alternatives est par ailleurs un manque toujours problématique.

1Voir Pièces et main d’œuvre, RFID : la police totale. Puces intelligentes et mouchardage électronique, Montreuil, L’Echappée, 2008, chroniqué sur notre ancien site.

2« Si la planification est l’ennemie du hasard, la planification est l’ennemie de la vie » (p. 111).

3François Lehideux, ministre de l’Équipement national sous Vichy, est même qualifié (p. 107) d’« Altermondialiste avant l’heure (…) » (sic).

4Que dire également de cette exagération sur la concomitance entre besoins du système et utilisation des Verts : « Ils sont les meilleurs gestionnaires dont le techno-capitalisme a besoin pour survivre à ses propres méfaits, pour renouveler ses marchandises et son discours. Ils sont peut-être sa dernière chance, l’avant-garde du système qui commence d’ailleurs à le comprendre » (p. 90) (souligné par nous).

5Ainsi de l’utilisation de Rosie The Riveter, icône de la production de guerre étatsunienne, par les féministes, négligeant le principe du détournement… 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.