Pièces et main d’œuvre, Sous le soleil de l’innovation rien que du nouveau ! Suivi de Innovation scientifreak : la biologie de synthèse, Montreuil, L’Echappée, collection « Négatif », 2013, 208 pages, 12 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le collectif Pièces et main d’œuvre poursuit sa critique radicale et sans concession de ce qu’il perçoit comme l’« idole technologique » de notre présent, que l’on peut découvrir via les autres titres de leur catalogue (voir en particulier Aujourd’hui le nanomonde ou A la recherche du nouvel ennemi, chroniqués sur notre ancien site) et sur leur site Internet (www.piecesetmaindoeuvre.com). Ici, c’est l’innovation, cet autre nom du progrès, qui semble être leur cible privilégiée. En réalité, c’est la situation emblématique de Grenoble, terre d’origine du collectif, qui est interrogée, passée au crible d’une analyse historique qui vise à dévoiler la progressive construction du fameux complexe militaro-industriel et de la technocratie qui lui est pour ainsi dire consubstantielle.

Trois figures sont ici emblématiques : Aristide Bergès, entrepreneur qui s’investit particulièrement dans l’industrie de guerre avec la Première Guerre mondiale ; René Gosse, universitaire totalement immergé dans les structures scientifiques et éducatives nationales, éléments du complexe naissant ; Louis Néel, enfin et surtout, qui permit l’installation d’un centre du CEA à Grenoble et incarne cette « science militaro-industrielle », ou « Big science », ici dénoncée : « Ces obscures affaires de gros sous, de transactions bureaucratiques, de sourds rapports de force entre mandarins de la physique, de la science, et leurs homologues politiques et administratifs, ne sont pas des détails. Dans ces menées complexes et rebutantes se cache le secret de succès attribués d’ordinaire au seul mérite scientifique » (p. 113). La figure de proue de cet ensemble est actuellement Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, dont Frédéric Gaillard (auteur de L’Industrie de la contrainte dans la même collection), dans le texte complémentaire de l’ouvrage, dissèque le rapport qu’elle rédigea en 2010 sur la biologie de synthèse, pierre supplémentaire apportée à ce constat qui résume bien un des axes de la réflexion des éditons L’Echappée : « Chaque avancée technologique prétend résoudre les problèmes créés par la vague précédente, et ce faisant répand à son tour une nouvelle génération de calamités » (p. 178).

Avec ce nouveau pamphlet, Pièces et main d’œuvre confirme la solidité de son argumentation contre la technoscience, mais donne également l’impression d’accentuer sa posture de « splendide isolement ». Les jugements définitifs, négligeant sans doute par trop les potentialités d’évolution, ciblent en effet aussi bien ce qui serait le réel « danger fasciste » d’aujourd’hui – le capitalisme vert – que pratiquement toutes les forces de gauche et d’extrême gauche, syndicales et politiques, accusées en bloc de faire le jeu de la technophilie. Même les révolutions française et russe sont implicitement considérées comme inutiles face au rouleau compresseur des révolutions industrielles. Ce qui pose, encore et toujours, la question de l’alternative à construire, et surtout avec qui : les caractéristiques que Pièces et main d’œuvre partage avec une partie de la mouvance dite ultra gauche mériteraient à ce titre d’être interrogées plus en profondeur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.