Marc Berdet, Fantasmagories du capital. L’invention de la ville-marchandise, Paris, Zones, 2013, 265 pages, 22 €

Compte rendu de Frédéric Thomas

Cet essai interroge le concept – central par exemple chez Walter Benjamin – de fantasmagorie à travers l’histoire (de la fin du 18ème siècle à nos jours), la littérature (Le Moine de Lewis, Baudelaire et les surréalistes) et, surtout, l’urbanisme. Sont alors étudiés les Passages parisiens et l’œuvre de Haussmann à Paris au 19ème siècle, le Crystal Palace à la même époque à Londres, le développement puis l’expansion des parcs Disney et des shopping mall aux États-Unis et ailleurs dans la seconde moitié du 20ème siècle.

Le Palais-Royal, bâti en 1628 à Paris, serait ainsi, selon l’auteur, un « Las Vegas avant la lettre » (p. 38), servant paradoxalement « de modèle à l’architecture « harmonienne » » (p. 48) pour Fourrier et ses adeptes. Il constituerait en outre un prédécesseur des Passages dont le Bon Marché, fondé en 1838, représente une phase de transition « entre la simple boutique et les grands magasins » (p. 64). Le dénominateur commun de ces diverses unités urbanistiques est de préparer la logique synthétique de privatisation de l’espace public, d’homogénéisation sociale et de production de fantasmagories, qui va tendre à se systématiser par la suite. Les pages concernant le Crystal Palace sont en ce sens éclairantes. L’exposition des objets, la mise en scène générale, corrigent et/ou recadrent l’analyse contemporaine par Marx et Engels de marchandises, qui seraient fétichisées par leur prix. En réalité, selon l’auteur – suivant en cela Benjamin –, la bourgeoisie produit une image-écran (p. 64), qui esthétise ou occulte les rapports sociaux de la production marchande, refoule « aussi bien la valeur d’usage que les logiques d’échange » et fait disparaître dans « un spectacle déconnecté des processus modernes » (p. 90) tout à la fois et dans le même mouvement, l’ouvrier, le colonisé et l’exploitation, afin de mettre en avant le fantasme d’objets « purs » et intacts s’offrant sans médiation aux consommateurs.

Un stade supérieur est atteint dans les fantasmagories post-modernes, fondée selon Marc Berdet par les parcs Disney, qui restructurent l’espace en fonction d’oppositions mythiques (la nature, le feu, le passé légendaire – Far West, monde de pirates, Orient enchanteur… – et le futur heureux, etc.). L’objectif de ce « monde de rêves » reste toujours le même : « il s’agit de vendre des marchandises, mais en les faisant passer pour ce qu’elles ne sont pas » (p. 176). Une place conséquente est consacrée au développement des mall, ces centres commerciaux gigantesques. Le parallèle que l’auteur fait entre les parcs Disney et les mall, dans leurs rapports à la nature et à l’histoire – ils vendent un rapport primitif à la nature (p. 200), liant celle-ci à un passé mythique et à un non-lieu pacifié et heureux – est d’ailleurs des plus stimulants. Au passage, le lecteur y apprend que ceux-ci s’inspirent de l’architecture d’un bâtiment commercial réalisé en 1956 par Victor Gruen (1903-1980), un Autrichien exilé, qui a voulu se baser sur Vienne-la-rouge qu’il admirait… avant de regretter que son idée ait été systématisée (on passe de 4.000 mall en 1963 à 22.000 en 1980 ; les plus grands se trouvent aujourd’hui en Chine, aux Philippines, à Dubaï), mais dégagée de sa « philosophie sociale ».

La triple expropriation – de l’espace public, des ouvriers et du processus marchand – déjà à l’œuvre lors du Crystal Palace, s’est encore intensifiée dans les mall. Et l’auteur de citer, à l’appui de sa thèse, cette déclaration édifiante de la directrice des relations publiques du Greengate Mall, en Pennsylvanie : « nous voulons simplement que rien n’interfère avec la liberté du consommateur de ne pas être ennuyé et de s’amuser » (p. 207). Et de donner également comme exemple, lui aussi caricatural, le West Edmonton Mall où « des mannequins qui interprètent des scènes de mendiants loqueteux, de drogués lascifs et de prostituées obscènes » (p. 210) ont été placés dans l’allée principale…

Ce livre, qui offre en outre de nombreuses illustrations et quelques schémas, évoque, en passant, « l’exacte antithèse des fantasmagories du capital » (p. 248) que représentent la Commune de Paris et le soulèvement de la place Tahrir en Égypte, marquant la tentative d’une « réappropriation politique, économique et symbolique de l’espace urbain » (p. 141). Si le rôle de Blanqui semble surévalué par l’auteur et qu’il est dommage que ne soient pas vraiment discuté les analyses situationnistes sur la ville-marchandise, cet ouvrage demeure foncièrement original et très stimulant à lire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.