Jacques Sauvageot (dir.), Le PSU, des idées pour un socialisme du XXIe siècle ?, Rennes, PUR, 2012, 410 pages, 18 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Après la publication par les PUR, en 2009, d’une série d’études universitaires sur ce parti, Le PSU vu d’en bas1, voici les Actes d’un Colloque tenu à Cerisy les 15-16 mai 20112. Le parti pris est différent. Comme l’indique le sous-titre, plusieurs anciens militants d’envergure (Michel Rocard, Jacques Sauvageot, Bernard Ravenel, Gus Massiah, Emmanuel Terray, Alain Lipietz, Michel Mousel), confortés par deux chercheuses-militantes, Aurélie Trouvé et Lucile Schmid, trop jeunes pour avoir été de l’aventure du PSU, s’efforcent de prouver que ce « laboratoire d’idées » (Jacques Sauvageot), cette « immense aventure politique, intellectuelle » (Michel Rocard) qu’a été le PSU … a permis de « penser pour le siècle d’après », comme l’écrit Michel Mousel (p. 17). Certes ce dernier pointe le risque d’autosatisfaction, celui de « tomber dans l’auto-célébration du passé » (p. 18), et en effet ce travers est bien mal évité !

Heureusement, après les 200 pages des contributions au Colloque, on trouve, de nouveau sur 200 pages, de nombreux documents, extraits de l’hebdomadaire du parti, Tribune socialiste, ou de sa vue théorique Critique socialiste, qui s’échelonnent de 1961 à 1977. Et pour le chercheur, il est plus utile d’aller directement aux sources que de lire, sauf exception, des contributions souvent superficielles et dithyrambiques. L’une d’entre elles, celle de Bernard Ravenel, « Le Front socialiste, un concept polysémique », mise en parallèle avec la résolution du 1er congrès (14-26 mars 1961) est cependant utile. Elle nous permet de mieux comprendre cette démarche unitaire contre la droite, qui avait pour ambition d’associer syndicats et partis de gauche, d’articuler luttes sociales et luttes politiques, de refuser aux partis le monopole de la conception politique en particulier pour l’élaboration du programme. Mais que de bavardages dans l’intervention de Michel Rocard, que de choses incongrues aussi quand il prétend nous expliquer, au débotté, ce qui s’est passé au Chili en septembre 1973 (p. 159). Si l’on désire quelque chose de plus cohérent, il vaut mieux lire l’extrait de sa brochure de 1966, « Décoloniser la province »3. On peut en effet être d’accord avec Jacques Sauvageot quand il dit que le PSU a été le premier à revendiquer une véritable décentralisation ou avec Hélène Hatzfeld qui note cette remise en cause du jacobinisme ayant permis l’éclosion du slogan « Vivre et travailler au pays ».

Intéressant aussi le débat mené par les militants de la région parisienne, en 1970-71, sur les syndicats4. Les syndicats étant accusés de devenir des structures d’intégration de la classe ouvrière à la société bourgeoise, était-il opportun pour un militant révolutionnaire d’y militer ? Une problématique qui était à l’ordre du jour dans d’autres organisations après mai 68. Pour Alain Lipietz (voir sa contribution p. 161-169), il y eut une tentative de la part des militants les plus à gauche du PSU d’organiser la gauche ouvrière et paysanne qui s’était révélée en mai 68, mais elle s’est heurtée au « réalisme » – réalisme vis-à-vis de l’Union de la gauche – de Michel Rocard, et ces militants quittent le parti pour fonder la GOP (Gauche ouvrière et paysanne). Mais voir une filiation entre les Assemblées régionales ouvriers-paysans (AROP) et Europe-Ecologie Les Verts parce qu’il existe une « Coopérative Europe-Ecologie » nous semble bien hasardeux, sinon aventureux !

Au total une démarche audacieuse et séduisante à l’origine de ce colloque, mais qui ne fera pas date par manque de rigueur et de l’impréparation de beaucoup de contributions. Pour espérer vraiment savoir si on peut s’appuyer sur l’expérience du PSU pour « repenser un projet de gauche », comme le demande Aurélie Trouvé, ou pour frayer le chemin au socialisme du XXIe siècle, selon la demande de Lucile Schmid, d’autres initiatives, moins improvisées, semblent nécessaires.

1Lire notre compte rendu dans notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1214

2Ce livre comporte également un cahier iconographique de XXIV pages, reproduisant photos de congrès et Unes de Tribune socialiste, l’hebdomadaire du parti.

3Celle-ci est reproduite aux pages 263-271.

4Les textes de discussion sur la question sont reproduits aux pages 329-337.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.