Dominique Boisvert, Rompre ! Le cri des « indignés », Montréal, Ecosociété, collection « Résilience », 2013, 108 pages, 8 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Dominique Boisvert, un avocat militant québécois, nous offre ici un opuscule condensant l’état de sa réflexion critique sur l’état du monde, nourrie par les premières fissures dans le consensus néo-libéral au milieu des années 1990, et qui s’incarne désormais, après l’altermondialisme, dans le mouvement des Indignés. Ce faisant, Rompre ! Le cri des indignés s’apparente surtout à une chambre d’écho de ce mouvement à la pluralité chronique.

On y retrouve en effet nombre d’invitations à la réflexion, qui sont autant de cibles : l’omniprésence de l’argent et la « marchandisation du monde », les différentes formes d’aliénation, la propriété privée qui engendre guerre et violence (l’inutilité affirmée des dépenses d’armement faisant peu de cas de leur rôle économique bien réel), la non satisfaction des besoins fondamentaux d’une bonne part de l’humanité, la prédominance de la liberté individuelle sur la liberté collective… Une énumération à la Prévert, qui inclut également le PIB (accusé à juste titre de comptabiliser des dépenses négatives), la généralisation du crédit sous toutes ses formes, la pornographie ou l’existence persistante des réfugiés palestiniens. On y retrouve en tout cas des tendances bien actuelles, que ce soit celle de la décroissance (la simplicité volontaire défendue par un Paul Ariès1) ou de la critique des nouvelles technologies (dans la lignée de Nicholas Carr2 plus que de Pièces et main d’œuvre).

Les limites de son essai, dont l’auteur est d’ailleurs parfaitement conscient, tiennent surtout à l’absence de propositions concrètes pour en finir avec ce système économico-politique dénoncé ici de façon largement convenue. Certes, il ouvre quelques pistes, mais ainsi qu’il le défend lui-même, cela consiste surtout à relier entre elles l’ensemble des micro-alternatives qui peuvent exister ici ou là, laissant entendre que tout naturellement, la quantité se muera un jour en qualité. En fait, Dominique Boisvert a fortement tendance à défendre l’idée de reprendre le combat du changement social pratiquement de zéro (la mémoire des luttes est singulièrement partielle, réduite à quelques clichés et semble écarter toute révolution digne de ce nom3), avec un certain penchant pour le relativisme (l’absence de Vérité) ou un hypothétique juste milieu, au-delà d’une plaidoirie pour la nécessaire révolution permanente (mais pas celle de Léon Trotsky !), que l’on peut surtout trouver incantatoire. D’autant que cela s’accompagne d’une défense de l’amour comme valeur cardinale et de la non-violence (sic), ainsi que du nécessaire besoin de transcendance. Sommes-nous face à la marque d’un militantisme moral typiquement nord-américain ?4 Ou plus simplement assistons-nous au résultat de presque trente ans d’enfouissement et de criminalisation des idéologies révolutionnaires se réclamant de l’affrontement avec l’État en vue de son renversement ? A moins que ce ne soit qu’un médiocre mélange des deux approches, l’une confortant l’autre ?

1 Voir entre autres La simplicité volontaire contre le mythe de l’abondance, Paris, Les empêcheurs de penser en rond / La Découverte, 2010, chroniqué dans notre revue électronique.

2 Voir son livre Internet rend-il bête ?, Paris, Robert Laffont, 2011, chroniqué dans notre revue électronique.

3 « (…) abolition de l’esclavage, institution du parlementarisme remplaçant les monarchies de droit divin, droit de vote pour les femmes, lutte pour les droits civiques aux États-Unis, victoire contre l’apartheid en Afrique du Sud, chute du rideau de fer et du mur de Berlin, etc… » (p. 22).

4 L’évolution du capitalisme envisagée semble également empreinte d’un optimisme dont la naïveté a de quoi étonner: « Bref, il est fort probable que le capitalisme, et l’avidité sans retenue qu’il a favorisée, se retrouve face à un mur forçant une remise en question radicale de l’économie elle-même (…) » (p. 68). 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.