David North, Défense de Léon Trotsky (In Defense of Leon Trotsky), Paris, Books on Demand, 2012 (édition originale en 2010), 226 pages, 19 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cette publication de David North, militant trotskyste étatsunien, secrétaire national du Parti de l’égalité socialiste1 et animateur du World Socialist Web Site2, s’inscrit dans la contre-offensive – limitée – suscitée par les biographies de Ian Thatcher, Geoffrey Swain et Robert Service, dont seule la dernière a été traduite en français3. Il s’agit en réalité d’un assemblage de divers textes, dont la traduction aurait nécessité une deuxième lecture afin d’éliminer certaines formules rendues trop littéralement (l’usage des majuscules est également quelque peu abusif).

La première partie rassemble deux conférences données par David North devant un public militant. Celle de 2001 intitulée « Vers une reconsidération de la place de Trotsky dans l’histoire du vingtième siècle », est une apologie du révolutionnaire, sur le plan littéraire mais surtout politique, David North n’hésitant pas à le juger supérieur à Lénine de par son appréhension mondiale des processus révolutionnaires dans sa théorie de la révolution permanente. La conférence de 2008, « Léon Trotsky, l’historiographie soviétique et le destin du marxisme classique », aborde l’historiographie étatsunienne et britannique de Trotsky, globalement négligé, et de Staline, privilégié au risque d’une valorisation excessive. Apparaît là la tendance de David North à privilégier la biographie d’Isaac Deutscher comparativement à celle de Pierre Broué, chroniquement survolée. Quant aux causes d’une telle différence de traitement entre les deux hommes, David North y voit surtout, probablement à juste titre, l’influence du contexte conservateur général dans les pays industrialisés depuis les années 1980 et l’arrivée au pouvoir de Margaret Thatcher et Ronald Reagan, ainsi que le quasi abandon du marxisme par les intellectuels. On restera plus dubitatif sur son espoir volontariste d’un essor prochain des études sur Trotsky et le trotskysme, fondé sur son appréciation des conséquences de la crise actuelle, un optimisme un peu trop mécaniste.

Mais la composante la plus intéressante de Défense de Léon Trotsky tient à ses deuxième et troisième parties. Ce sont d’abord les historiens Geoffrey Swain et Ian Thatcher qui sont visés, accusés, sous couvert de vouloir briser les mythes qui entourent Trotsky, de dévaluer son importance réelle. En outre, toujours selon David North, le travail de Geoffrey Swain manque d’analyses du substrat social, privilégiant plutôt les conflits de personnes et les jugements moraux, tout comme il est dépourvu d’éclairages sur des épisodes pourtant majeurs (l’arrivée au pouvoir du nazisme, la IVe Internationale…). Quant à Ian Thatcher, il va jusqu’à minimiser l’importance de Trotsky dans la révolution de 1905 (omettant allègrement certains témoignages), et les quelques exemples choisis par David North démontrent bien la méconnaissance de cet historien à propos de plusieurs écrits de Trotsky. Au passage, David North met en exergue un livre plutôt délaissé, Les Questions du mode de vie. Dernière cible de David North, et non des moindres, Robert Service, dont l’entreprise de dénigrement systématique est clairement dénoncée, avec des éclairages localisés mais démonstratifs d’un travail guidé par le soupçon, la mauvaise foi et la superficialité (les écrits de Trotsky sont négligés au profit d’éléments plus triviaux, et David North insiste également sur le délai de deux années qui a suffi à Robert Service pour écrire sa biographie)4. Plusieurs conférences données après ce dernier article complètent l’acte d’accusation contre l’universitaire d’Oxford, dont on retiendra en particulier l’accent mis par celui-ci sur un Staline plus réaliste et « intellectuel » (sic) face à un Trotsky plus dangereux.

Sur les motivations de ces trois auteurs britanniques, l’idée d’une attaque préventive contre un futur retour des idées de Trotsky sur le devant de la scène politique s’impose comme nettement moins pertinente que l’influence d’une pensée postmoderne pour laquelle toutes les thèses se valent, au détriment d’une vérité par trop autoritaire ; la volonté pour bien des historiens de s’imposer dans le champ académique en se distinguant à tout prix de leurs prédécesseurs et de laisser leur marque par le biais de « coups » commerciaux opportunistes mérite également d’être soulignée. Le livre se conclut par deux annexes, l’article critique de Bertrand M. Patenaude sur la biographie de Robert Service (saluant également la réponse de David North) parue dans l’American Historical Review5, et la lettre adressée par plusieurs historiens allemands à l’éditeur de Robert Service, Suhrkamp, par trop centrée sur cette question tangente d’un antisémitisme « soft » de Robert Service.

1 Cette organisation semble être la plus importante du Comité international de la Quatrième Internationale, qui se veut l’héritier du Comité international de 1953, constitué à l’origine contre l’orientation impulsée par Pablo à la IVe Internationale, et qui aurait été successivement trahi par le SWP, l’OCI et le WRP britannique. De ce qui transparaît légèrement à travers l’ouvrage, leurs positions semblent se caractériser par un relatif catastrophisme (« Le système capitaliste mondial se dirige vers un effondrement généralisé à l’échelle de celui de la période 1914-1945 », p. 93) et une vision des partis ouvriers traditionnels comme « partis bourgeois de droite » (p. 94).

3 Voir la critique détaillée de ce livre rédigée par Christian Beuvain et moi-même : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1908

4 « Pour Robert Service, Trotsky n’est pas un dieu à adorer [accusation que lui-même lançait contre Deutscher et Broué], mais un démon à exorciser » (p. 175).

5The American Historical Review, vol. 116, n° 3, juin 2011, p. 900-902.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.