Olivier Forlin, Le fascisme. Historiographie et enjeux mémoriels, Paris, La Découverte, 2013, 405 pages, 26 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Le sous-titre importe plus que le titre. Plus qu’une nouvelle synthèse sur le fascisme, Olivier Forlin écrit ici une histoire de son interprétation et des polémiques qui l’émaillent. A cet égard, l’ouvrage mérite une lecture in extenso comme un retour sur certains chapitres, afin d’éclairer des positions et des analyses contemporaines tant le fascisme, objet conceptuellement flou car mot valise du discours politique, continue à susciter les interprétations les plus diverses.

Charpenté en treize chapitres, l’ouvrage s’ouvre sur le fascisme italien dans son itinéraire historique, puis se poursuit par une chronologie classique de ses interprétations des années Trente puis de l’après-guerre. Le chapitre 4 – le fascisme objet d’histoire – marque la césure des années soixante : temps d’historicisation du fascisme quant auparavant philosophes et politistes seuls l’interprétaient – massivement à l’aune du marxisme –, celles-ci fraient la voie à un pluriel. Il y aurait des fascismes donc des interprétations divergentes. Le fascisme n’est plus seulement l’objet des chercheurs de « gauche », il est aussi affaire des intellectuels de « droite » qui, par ce pluriel trouvent à le démarquer dès les années cinquante du nazisme au prix d’une lecture obviée dont la clé de voûte tient à l’absence d’un Nuremberg italien… En toute logique, la comparaison avec le communisme s’entrevoit, et bientôt Ernst Nolte publie sa somme, Le fascisme dans son époque[1]. Mais le fascisme est aussi l’objet d’investigation renouvelée par les clés de l’histoire sociale, de l’histoire des représentations, des idées à partir des années soixante-dix : les travaux de Robert Soucy, Georges Lachmann Mosse, Zeev Sternhell pour ne citer qu’eux, renouvellent largement son approche, fut-ce dans la controverse.

Celle-ci, Olivier Forlin en pointe toutes les aspérités par autant de chapitres : « Le fascisme, un phénomène révolutionnaire ? » (chapitre 7), « Fascisme et totalitarisme » (chapitre 8). Les termes sont connus, mais ces questions sont rarement synthétisées au prisme du fascisme et bien davantage au titre notamment de la clé totalitaire qui permet la comparaison avec le communisme[2]. On s’attardera, ne serait-ce que par l’actualité du fascisme français et de la question antifasciste, sur le chapitre 10 de l’ouvrage (les controverses sur le fascisme français) en notant que dans la réception des travaux de Sternhell, l’un des principaux points de friction tient à la linéarité que son ouvrage La droite révolutionnaire donne à la séquence critique du marxisme / révisionnisme / fascisme. Il faut alors entendre que le point nodal de cette levée de bouclier des historiens français tient au second terme. On ne saurait mieux situer alors les interprétations du fascisme en leur époque, celle du tournant des années soixante-dix et de la restauration des années quatre-vingt[3].

Un ouvrage à lire, et relire donc.


[1]              Ernst Nolte, Le Fascisme dans son époque, 3 vol., L’Action françaiseLe Fascisme italienLe National-socialisme, Paris, Julliard, 1970.

[2]     Sur ce point, voir Enzo Traverso. Le Totalitarisme, le XXe siècle en débat, Paris, Seuil (Point), 2000, p. 1 à 110.

[3]     Sur ce point, voir le volume 13 de Dissidences, à paraître cet automne 2013, La décennie 70 en France. Inflexion, retournement, restauration politique ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.