Peter Gingold, Jamais résignés ! Parcours d’un résistant du XXe siècle, Paris, L’Harmattan, collection « Graveurs de Mémoire », 2013, 183 pages, 23 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cette autobiographie d’un militant communiste allemand, mort en 2006, possède le souffle des grandes aventures épiques. Sauf qu’ici, tout est réel. Écrit à la demande de sa nouvelle compagne peu de temps avant sa mort, ce témoignage, préfacé par son frère (lui-même auteur des Mémoires d’un indésirable, L’Harmattan, 2004), constitue une pièce maîtresse de tout un pan méconnu de la lutte antinazie. Né en Allemagne dans une famille juive, Peter Gingold adhère au communisme à son adolescence, à la fin de la République de Weimar. C’est par le biais de son affiliation syndicale qu’il découvre, grâce au bibliothécaire de la maison des syndicats, une littérature qui emporte son adhésion. Pourtant, au départ, comme il l’évoque avec humour, c’est la mixité des adhérents qui l’attire… Commence alors pour lui un très long engagement avec le mouvement communiste, qui ne s’achève qu’avec sa mort. Les premiers pas de cet engagement l’amènent ainsi à participer à Francfort à un débat contradictoire entre les jeunesses communistes et les jeunesses hitlériennes. Expérience qui n’aura pas de lendemain tant le jeune débatteur communiste suscite le doute dans l’esprit des adolescents hitlériens. Durant l’été 1933, sa famille décide d’émigrer en France. Mais lui, convaincu de la nécessité de la poursuite du combat clandestin, décide de rester en Allemagne. Rapidement arrêté, il est relâché, bien que juif, à condition de rejoindre sa famille outre-Rhin. Le pouvoir nazi n’a encore que quelques semaines d’existence et les conditions de répression, bien que fortement accrues depuis l’incendie du Reichstag, demeurent encore assez lâches. A Paris, il rejoint sa famille, vivant dans les conditions précaires de l’immigration allemande. Employé comme commis au Pariser Tageblatt, le quotidien de l’immigration antifasciste, il fréquente le gotha de l’émigration antifasciste, Bertolt Brecht, Lion Feuchtwanger, Stephan Hermlin, Arthur London ou encore Willy Brandt. Ce dernier fera partie, avec quelques autres, de l’aventure de la formation de la FDJ (Freie Deutsche Jugend), la Jeunesse libre allemande. Au déclenchement de la guerre d’Espagne, il est volontaire pour rejoindre la brigade des combattants allemands, mais les responsables communistes refusent sa candidature, préférant bénéficier des renseignements qu’il peut fournir à partir de sa fonction au Pariser Tageblatt. S’il est surpris par le pacte germano-soviétique, l’argumentation déployée par les responsables communistes – la nécessité pour l’URSS de gagner du temps – le convainc rapidement. Avec le déclenchement de la guerre, il devient l’un des responsables du TA (Travail allemand), organisé par la MOI en direction des troupes d’occupation. Rédaction de tracts, contacts avec des soldats, éditions de journaux pour les soldats, son activité totalement clandestine dure jusqu’au 4 janvier 1943. Sa famille subit la répression, un de ses frères se fait arrêter à sa place, ainsi que sa sœur. L’un et l’autre disparaîtront à Auschwitz. Sa propre femme et ses deux enfants sont également menacés. Il doit accompagner ses enfants à l’adresse que lui fournit la résistance, mais il est arrêté, conséquence de la trahison d’un prétendu déserteur alsacien. En fait, il parvient à échapper au suivi policier, mais retourne chercher les documents qu’il avait laissés dans sa chambre, ne respectant pas les strictes consignes de sécurité et tombe dans une souricière à Dijon. Il est remis à la Gestapo, puis à la SS, pour interrogatoire approfondi (tortures). Par un extraordinaire subterfuge, auquel seuls les films de fiction nous avaient habitués, il parvient à échapper aux mains de ses geôliers le 23 avril 1943. Il poursuit alors son action au sein de la résistance jusqu’au soulèvement de Paris. Le lecteur apprendra, sans doute avec étonnement, que les responsables du TA avaient noué des contacts avec des responsables de l’État-major allemand de Paris, lesquels seront brisés par l’attentat contre Hitler, qui décapite toute opposition au sein de la direction militaire. L’organe politique de la résistance allemande en France, le CALPO1 (Comité Allemagne libre pour l’Ouest), le missionne pour poursuivre le travail de démoralisation des troupes allemandes qui continuent le combat. Mais cette mission tourne rapidement court, les troupes américaines n’envisageant pas ce type de d’action. Il est arrêté et emprisonné avec des prisonniers de l’armée allemande. Finalement libéré, il est envoyé en Italie pour poursuivre ce travail du côté de la Wehrmacht qui a remplacé le gouvernement mussolinien failli. Mais la vitesse de l’évolution du recul allemand ne lui permet pas de remplir correctement sa mission. Une fois la défaite consommée, sur ordre de la direction communiste, il part en Allemagne, après un long transit par Vienne. Il débarque à Berlin, mais dans cette ville coupée en quatre secteurs, il refuse de demeurer dans la partie soviétique, sa famille ayant de nouveau immigré en sens inverse, mais dans la partie ouest de l’Allemagne. C’est dans sa ville de Francfort qu’il poursuit son activité communiste, participant notamment à la fondation de la VVN, l’Association des victimes du nazisme. Il s’agit pour lui de rappeler, dans les prémices de la guerre froide qui va submerger son pays, qu’il existait une résistance interne, composée majoritairement de communistes pour l’immense majorité de ses membres, de sociaux-démocrates pour une petite partie et d’une infime minorité bourgeoise. En 1956, le KPD est interdit et il connaît de nouveau durant quelques mois une existence clandestine. Pour d’obscures raisons de procédure, sa nationalité allemande, ainsi que celle de ses enfants, lui est retirée. Toute sa famille devient apatride. Il faudra une intense compagne politique pour que tous puissent récupérer leur nationalité. Mais les tracasseries contre lui et ses proches ne s’arrêtent pas là puisqu’une de ses filles subit les interdictions professionnelles (les Berufsverbote), qui seront surmontées là encore grâce à une intense mobilisation internationale. Avec sa femme Ettie, il est du très important combat contre l’implantation des Pershing sur le sol allemand au début des années 1980. La chute du système soviétique n’entame en rien sa détermination politique et son allégeance au système stalinien. On ne trouve quasiment aucune critique2 à l’encontre du modèle de la RDA. Les dernières années de sa vie sont consacrées au combat pour la mémoire, l’amenant à parcourir les écoles et multiplier les interventions. L’ultime chapitre est d’ailleurs constitué des questions et réponses les plus fréquentes que les adolescents lui posaient lors de ses interventions. A la question « Comment peut-on encore être communiste ? », il répondait avec l’argument assez traditionnel dans les milieux de l’ex-RDA que si l’URSS n’avait pas écrasé la Wehrmacht, aucun juif n’aurait été sauvé de la destruction. Si le lecteur n’est pas obligé de suivre Peter Gingold dans ses ultimes argumentations en faveur du « socialisme réellement existant », il n’en reste pas moins que ce témoignage constitue une formidable leçon sur un pan d’une histoire trop peu connue, celle de ces Allemands qui ont combattu, au coude à coude avec d’autres nationalités, au sein de la résistance française, au nom de principes auxquels ils sont demeurés fidèles, ceux de l’internationalisme et de la haine du fascisme. Ces mémoires constituent de ce point de vue une salutaire lecture.

1http://fr.wikipedia.org/wiki/Comit%C3%A9_Allemagne_libre_pour_l%E2%80%99Ouest

2Lire notamment p. 140 et suivantes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.