Jean-Michel De Waele, Daniel-Louis Seiler (dir.), Les partis de la gauche anticapitaliste en Europe, Paris, Economica, collection « Politiques comparées », 2012, 322 pages, 29 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Il faut saluer la parution de cet ouvrage. En effet, si la bibliographie sur l’extrême gauche française est appréciable, en revanche, les aspects comparatifs sont déjà anciens1. Il existe certes une littérature anglo-saxonne sur le sujet, mais moins accessible (voir en particulier, Daniel Bensaïd, Alda Sousa, Alan Thornett, et alii, New Parties of the Left. Experiences from Europe, London, IMG Publications, 2011). Dans leur introduction, Jean-Michel de Waele et Daniel-Louis Seiler expliquent comment ils définissent cette gauche anticapitaliste. Trois critères sont retenus : se situer à gauche de la social-démocratie, s’opposer au libéralisme et enfin, participer aux processus électoraux (ce qui élimine les courants libertaires, entre autres). Deux parties, d’inégale importance, structurent le propos. Dans un premier temps, sont réunis trois articles portant sur la méthode de l’analyse comparative. D.-L. Seiler livre tout d’abord un essai de typologie de cette gauche anticapitaliste. Esquissant une approche conjuguant à la fois la dimension proprement politique, les dimensions spatiales ainsi que la temporalité, il dessine les trois matrices constituant l’espace de la gauche anticapitaliste. Tim Bale et Richard Dunphy insistent sur l’apparition relativement récente de cette gauche dans les agendas politiques nationaux puisque dans la plupart des pays, ces partis ont d’abord été considérés comme des parias, avant de pouvoir être considérés comme des partenaires, y compris dans des coalitions gouvernementales ou de pouvoirs locaux (Italie, Finlande, France, Chypre etc.) Enfin, Jean-Michel de Waele et Mathieu Vieira concluent cette approche conceptuelle par une tentative de définition de la famille anticapitaliste, recoupant sur de nombreux points les analyses de Daniel-Louis Seiler. Cet ultime chapitre est nourri par de nombreux tableaux fournissant d’intéressants éléments de comparaison sur les résultats électoraux à différents types d’élection. La seconde partie, beaucoup plus étendue, porte sur les analyses de cas, soit onze pays abordés. On regrettera que l’Espagne (IU)) ait été omise dans cet ensemble, au profit de pays comme Chypre (AKEL) ou la Tchéquie (Parti communiste tchèque), dont l’intérêt apparaît nettement moindre. Par ailleurs, en ce qui concerne le Portugal, il semble hautement discutable de réduire la gauche anticapitaliste au seul Parti communiste portugais au détriment du Bloc de gauche. Enfin, trois communications portent sur la France, soit successivement, le Parti communiste français, Lutte ouvrière et la Ligue communiste révolutionnaire. Le cas du Parti ouvrier indépendant, issu du courant trotskyste, aurait également mérité un peu d’attention. Ces manques étant pointés, il faut reconnaître que chacun des chapitres constitue une somme rare d’information pour les pays retenus. Il ne sera pas possible de rentrer dans le détail de chaque chapitre, portant successivement sur la Scandinavie (Finlande, Norvège, Suède, Danemark), les Pays-Bas (le PS néerlandais) et les évolutions du maoïsme, die Linke en Allemagne, produit de la radicalisation d’une fraction de la social-démocratie et de l’évolution d’un ex-parti communiste ; le Parti de la refondation communiste en Italie, le PCP portugais, ultime exemple d’un parti maintenant son identité communiste traditionnelle ; aux deux branches issues du PC grec, le KKE (orthodoxe) et Synaspismos, d’origine eurocommuniste ; du Parti du travail belge, du PC et des différents courants trotskystes en Belgique2, avec une partie assez inédite sur les différentes tentatives de regroupements qui ont été conduites par ces courants. Il faut saluer cette contribution, informée et exprimant une grande sensibilité politique pour son objet, ce qui n’est pas le cas de toutes. Le chapitre de Thierry Choffat sur LO repose sur la documentation disponible sur cette organisation et n’apporte aucun élément nouveau. Il en va de même de la contribution de Didier Bonnemaison sur la transformation de la LCR, lequel courant s’est fondu dans le NPA, qui constitue une bonne synthèse, mais sans grand relief. Le chapitre de Dominque Andolfatto et Fabienne Greffet, consacré au PCF, ébauche des analyses plus fines, où, pour une fois, l’anticommunisme primaire est absent. On le constate, malgré des omissions criantes, des choix contestables (privilégier certains courants au détriment d’autres) et des questionnements (qui ne manqueront pas de se produire) sur les critères retenus, ce livre demeure néanmoins une source précieuse et même unique sur l’objet analysé.

1Lire en particulier le numéro de Grande Europe. La revue sur les pays du continent européen, « Les gauches radicales en Europe », n° 16, janvier 2010, et surtout Christine Pina, L’extrême gauche en Europe, Paris, La Documentation française, 2005, dont Dissidences rendit compte en son temps : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=553 

2Sur ce pays, on consultera avec profit le volume 7 de Dissidences, « La Belgique sauvage. L’extrême gauche en Belgique francophone depuis 1945 », octobre 2009.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.