Thierry Pillon, Le corps à l’ouvrage, Paris, Stock, collection « Un ordre d’idées », 2012, 196 pages, 19 €

Compte rendu de Georges Ubbiali

Thierry Pillon est un sociologue, connu pour des publications, de très bonne facture, dans cette discipline (notamment un Traité de sociologie du travail écrit avec François Vatin). Dans cet ouvrage, il se livre à une très sensible analyse de la place du corps dans le monde du travail. Le point de départ de sa réflexion est des plus original. En effet, il se livre à une investigation reposant sur les récits des producteurs eux-mêmes. C’est donc en s’appuyant sur les témoignages d’ouvriers d’usine, de mineurs , d’ouvriers spécialisés, de travailleurs du textile, de salariés de la chimie, de métallurgistes, d’intérimaires, d’hommes et de femmes, de Français ou d’Italiens, de Belges ou de Hongrois qu’il raconte l’univers du travail. Le caractère autobiographique rend le regard extrêmement vivant et direct. Au plus près des sensations ressenties, Thierry Pillon fait vivre au lecteur l’expérience même du corps investi dans l’acte productif, dans la relation à l’espace de travail. Les sens sont immédiatement mobilisés. Que ce soit la chaleur du travail à la forge, le froid de l’atelier, l’alternance du souffle glacial et de l’étouffante brûlure du four dans la locomotive, l’intimité avec la matière, mais aussi les humeurs du corps collectif des travailleurs, Thierry Pillon sait s’appuyer avec délicatesse  sur cette matière riche et intime. Si les situations les plus extrêmes – notamment celle de la mine, le corps enfermé et pressuré dans la taille, toujours à deux doigts de l’accident – apparaissent désormais relever d’une organisation dépassée du travail, il n’en reste pas moins que l’exposition de ce corps du travailleur à la peine, à la blessure ou à l’accident, demeure toujours présent de nos jours. Ce rapport charnel au travail se vit, sous sa plume, à hauteur d’homme, individualisé. C’est là sans doute une des limites de l’ouvrage : ce corps à l’ouvrage se manifeste à travers des individus singuliers, sans que la dimension collective, agonistique[1], ne se manifeste. Si les ouvriers souffrent, rêvent, ou encore expriment la tension, ils ne luttent guère.  Bien sûr, l’expression de la solidarité affleure ici ou là, mais la grève, la manifestation, l’arrêt de travail ne sont guère présents tout au long de ces belles pages. Si le livre se conclut sur l’évocation de la littérature (ainsi François Bon ou Florence Aubenas sont cités), cette dimension proprement littéraire n’est pas incluse dans ce récit, ce que l’on peut regretter. C’est pourquoi il faut souligner d’autant la force d’évocation sensible de ce corps à l’ouvrage, et souhaiter un prolongement de la réflexion, enrichie d’une importante littérature publiée ces dernières années.

 

 


[1]    Qui concerne les conflits.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.