Franck Gaudichaud (dir.), Amériques latines : émancipations en construction, Syllepse, collection « Les cahiers de l’émancipation », 2013, 130 pages, 8 €

Compte rendu de Fanny Gallot et Hugo Harari-Kermadec

Le projet de l’ouvrage Amériques latines : émancipations en construction, coordonné par Franck Gaudichaud, est de « nous aider à nous réarmer sur le plan des idées » pour « (re)penser comment transformer le monde » (p. 28). Rapport aux institutions, à l’État, au pouvoir ; place accordée à la lutte de classes, aux luttes écologiques ou indigènes : c’est l’ensemble de ces questions stratégiques cruciales qui se trouve ici posée. Le livre rassemble donc « dix utopies concrètes » reflétant « la diversité de ces expérimentations, certaines ‘‘par en bas’’, directement issues du mouvement social, d’autres davantage liées à des formes de démocratie participative et en lien avec certaines institutions » (p. 15-16) allant de la Commune de Oaxaca (Pauline Rosen-Cros) au conseils communaux dans les quartiers populaires de Caracas (Mila Ivanovic), en passant par une initiative pour une société post-pétrolière et du « bien vivre » en Equateur (Matthieu Le Quang).

Hervé Do Alto analyse l’expérience bolivienne au prisme de l’indianisme. Avec les mouvements sociaux victorieux et l’élection d’Evo Morales en 2005, « l’ethnicité s’impose indéniablement comme une thématique structurante du champs politique » (p. 41). A y regarder de près, il apparaît que ce n’est pas Morales qui portait cette question indigène, mais que c’est plutôt l’irruption d’un contexte de légitimation de cette question qui a renforcé la position du dirigeant du MAS. Après huit années de présidence, une distinction forte apparaît entre une politique en faveur des paysans et un agenda indianiste. Le conflit autour du projet de route traversant le parc national du Tipnis cristallise ces tensions en opposant les communautés indigènes habitant le parc aux les cultivateurs de coca qui espèrent se développer grâce à la route. Cette très belle analyse permet de réaffirmer « que les hiérarchies ethniques et sociales ne font sens que lorsqu’elles s’insèrent dans un univers de sens et de pratiques délimités : si les paysans ne sont pas des ‘‘indigènes’’ aux yeux d’organisations telles que la Cidob [Confédération des peuples indigènes de l’Orient bolivien], leur ‘‘indianité’’ ne fait pourtant aucun doute pour des interlocuteurs urbains et/ou blancs » (p. 48).

Le chapitre de Flora Bajard et Julien Terrié traite de la Commune du 17 avril, l’occupation de terres à Fortaleza, la quatrième ville du Brésil par 400 familles des Mouvements des conseils populaires (MCP) et des travailleurs ruraux sans terre (MST). Cette première occupation en zone urbaine préfigure la nouvelle stratégie du MST qui se tourne vers la ville et vise la mise en œuvre conjointe du droit au logement et du droit au travail. En s’appuyant sur la riche expérience du MST, la commune se structure matériellement et symboliquement en vue de concrétiser « le projet d’émancipation de chacune en tant que sujet, mais aussi le devenir collectif, qui consiste à retrouver une visibilité et une reconnaissance sociales ». Ainsi, les místicas (des célébrations mêlant religion et création) « permettent,  sous forme métaphorique et symbolique, de matérialiser les aspirations de tous, et de créer un ‘‘tout’’ consolidant le collectif et une conscience de classe en construction » (p. 65-66).

Anna Bednik analyse l’expérience de l’Association des producteurs pour le développement communautaire de la Ciénaga Grande du Bas-Sinú (Asprocig) en Colombie. Face aux projets successifs de développement capitaliste mêlés aux intérêts mafieux des cartels, les habitants de cet écosystème de delta marécageux s’adaptent et résistent à la croisée de l’écologie, de la lutte des classes et de la défense des droits démocratiques et indigènes. L’association fédère plus de 1000 familles dans un projet d’agro-écologie associant la production individuelle aux exploitations collectives, suivant les échelles adaptées aux différentes productions agricoles. L’association assure également l’échange des excédents et des connaissances dans un environnement en mutation permanente. Anna Bednik retient de cette expérience l’oxymore d’une puissance d’agir libérée grâce à l’attachement des habitants « à leur milieu modifié et à leur territoire réduit, à leur identité maltraitée et à leur fleuve mutilé, aux autres et à eux-mêmes. Leur expérience a été avant tout de (re)créer et de faire vivre ces liens » (p. 93).

Richard Neuville revient sur « Quatre décennies de lutte des « sans terre urbains » en Uruguay », soulignant l’importance et l’aspect novateur du mouvement coopérativiste de la FUCVAM qui, sous la forme d’une propriété collective permet aux usagères et usagers de bénéficier d’un toit contre le paiement d’une redevance mensuelle à la coopérative. Ces coopératives sont le produit de mobilisations collectives dont la dernière vague, en 2006, a conduit à l’occupation d’un « terrain de l’entreprise publique des chemins de fer abandonné depuis quarante ans » (p. 120), ce qui a permis l’installation de quarante coopératives. Aujourd’hui, la politique de José « Pepe » Mujica ne tient pas ses promesses en matière de logement et promeut bien davantage l’accession à la propriété individuelle ce qui, bien sûr, évince les plus bas salaires.

Enfin, Jules Falquet aborde « Les femmes contre la violence masculine, néolibérale et guerrière au Mexique ». Elle s’attarde d’abord sur le contexte économique et social du Mexique et explique que les politiques d’ajustement structurel des années 1980 puis sur le traité de libre échange signé en 1994 avec les États-Unis et le Canada ont « détruit l’économie rurale et les communautés indiennes du pays » (p.126). Aujourd’hui, le pays est « plongé dans un véritable bain de sang par la « guerre contre le narcotrafic » » (p.126) et ce sont les femmes qui en payent le prix fort avec les « féminicides » qui de Ciudad Juarez se sont répandus dans tout le pays. Pour autant, l’auteure souhaite surtout montrer que les femmes ont repris l’initiative en organisant un Tribunal Permanent des Peuples pour « mettre en mots publiquement la violence et l’injustice. » (p.130)

L’ensemble des expériences rassemblées dans ce livre militant, publié dans une collection « ancré dans la gauche radicale »[1], invite à sortir des réponses rapides et toutes faites pour comprendre les mouvements sociaux non seulement  de ce sous-continent toujours en ébullition, mais aussi d’autres continents, qui ouvrent aujourd’hui de nouvelles pistes stratégiques permettant de repenser l’émancipation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.