DE L’ULTRA GAUCHE ET DE SA (ME)CONNAISSANCE A propos de : Jacques Leclercq, Ultras-gauches. Autonomes, émeutiers et insurrectionnels. 1968-2013, Paris, L’Harmattan, 2013, 316 pages, 29,50 €.

Un billet de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

On connaissait Jacques Leclercq pour son travail érudit sur l’extrême droite et ses connexions avec la droite, exposé dans pas moins de trois ouvrages[1]. Cette fois, il décide de s’intéresser à la frange la plus radicale de l’extrême gauche, les ultra gauches[2].

I – Introduire

Dès la 4e de couverture et la brève introduction, on devine un auteur peu familier avec les contours théoriques, idéologiques et politiques de ce courant, situé par lui « à gauche de l’extrême gauche », un positionnement plutôt flou. La définition du terme qu’il donne à la fin de l’ouvrage (p. 267) ne fait que renforcer cette impression. La problématique centrale de Jacques Leclercq nous semble donc, d’emblée, manquer cruellement de rigueur, incorporant à la fois des libertaires (les CNT), des maoïstes, les autonomes et les communistes de gauche, voire de simples émeutiers, qui sont loin d’appartenir tous à l’ultra gauche[3]. Sans oublier, du côté des publications, L’Idiot international, Tout !, ou de nombreux textes d’épigones de l’Internationale situationniste ! Rien que leurs positionnements respectifs sur la question de la violence apparaissent d’ailleurs bien différents, ce qui rend d’autant plus discutable leur juxtaposition. Par ailleurs, sur cette question, on sent bien un auteur tiraillé entre deux tendances contradictoires : proposer des documents (extraits) permettant de ne pas assimiler tous les militants d’ultra gauche à des terroristes (intention louable), mais démontrer qu’il existe, malgré tout, au sein de cette famille politique, une tentation forte de la violence[4]. Ce qui est évidemment exact, mais sans mise en perspective historique, ne subsiste qu’une ambiguïté propice aux amalgames, justement ce qui devait être évité au départ. Passons également sur certaines  remarques tant péjoratives que convenues, comme la tendance à scissionner – ce qui serait caractéristique de toutes les avant-gardes politiques et esthétiques – ou le caractère abscons de certains textes … Il est également regrettable que l’origine des revues, brochures et autres tracts ou affiches recensés ne soit jamais présenté : s’agit-il de documents personnels de l’auteur, récoltés dans les manifestations depuis les années 1970 ?[5] Auquel cas, un tel travail doit être valorisé. Proviennent-ils de fonds de militants déposés dans des centres d’archives ? Mais alors lesquels, et pourquoi ne pas le signaler ?

II – L’ouvrage se divise en chapitres qui se veulent thématiques, à travers lesquels on distingue toutefois des idées forces. On retrouve en particulier une certaine pratique indifférenciée de la violence (évoquée plus haut), l’émergence du mouvement autonome[6] (chapitre VII) en réaction à une révolution qui se fait cruellement attendre, sa soif d’action, son urgence de changement, sa révolte totale et sans concessions[7], sa défiance à l’égard des hiérarchies de tout ordre (syndicats et organisations trotskystes majoritaires sont particulièrement vilipendés) et du militantisme traditionnel, son éloge de l’auto-organisation, jusqu’à un certain nihilisme[8], sans pour autant s’épargner une certaine autocritique[9]. Autant de caractéristiques qui s’incarnent dans des incendies de CES[10], des perturbations des défilés du 1er mai (p. 62), mais aussi dans les interventions musclées lors des manifestations contre le CIP et le CPE ou l’éloge des émeutes de 2005. Sont présentés également tout ce qui touche aux dernières années du franquisme, avec les actions des GARI et du MIL, ainsi qu’aux diverses expressions du communisme de conseil (ce qu’on appelle le conseillisme) ou de la critique contre la « société spectaculaire et marchande » véhiculée par nombre de brochures inspirées de la théorie situationniste (chapitre VI).

III– Néanmoins, se pose un réel problème, qui concerne deux accrocs majeurs à la méthode historique. Tout d’abord, à ce qui fait (ou devrait faire) l’intérêt de l’ouvrage, la publication d’une masse impressionnante de documents, tracts, affiches, textes issus de diverses publications… Non seulement la plupart de ces documents sont proposés avec des coupes plus ou moins importantes, certes signalées, mais non explicitées, mais ils sont en outre juxtaposés les uns à la suite des autres, sans remise en contexte systématique (pour la France, mais aussi l’Allemagne et l’Italie) et sans analyses détaillées[11] ; les dates manquent également à de nombreuses reprises, alors qu’elles figurent clairement sur les originaux[12], tout comme d’éventuelles hypothèses qui permettraient d’y pallier. De même, des reproductions de certaines publications sont incluses, mais sous un angle uniquement illustratif. L’impression qui en ressort est celle d’un collage totalement confus, difficile à suivre pour un non initié, alors qu’un des objectifs de Jacques Leclercq est de « permettre au lecteur de se forger son opinion » (p. 7). Enfin, il est également très perturbant de rencontrer une telle accumulation d’erreurs factuelles ou de contresens historiques dans ce qui est présenté comme un « outil indispensable » pour accéder à la connaissance de ce courant (p. 7). Nous nous bornons ici à en extraire quelques exemples (relevé non exhaustif, donc), à propos de deux tendances précises, que l’un de nous deux connaît plutôt bien[13], l’Internationale situationniste et les groupes qui s’en réclament, ainsi que la mouvance ultra gauche peu ou prou bordiguiste. Nous laissons donc de côté les « maoïstes », également malmenés pourtant[14], ainsi que les autres courants politiques.

L’Internationale situationniste (IS), d’abord. En annexe, dans les quelques définitions de termes, à « situationnisme », on peut lire que ce groupe « provient du courant conseilliste, donc du marxisme et des thèses d’Anton Pannekoek et de Rosa Luxembourg » et qu’il réunit, dès 1957, « des artistes, surréalistes, poètes, lettristes, donc un fort courant culturel, qui côtoie des communistes conseillistes » (p. 266). Deux courtes phrases, mais déjà quatre erreurs ! Poursuivons. Dans la liste des groupes et structures des années 1970, à IS, on lit : « Groupe créé en juillet 1957-1958 [sic] par divers courants surréalistes et des artistes, dont l’Internationale lettriste, le Mouvement pour un Bauhaus imaginiste, le Comité psychogéographique de Londres, le Mouvement Cobra (Copenhague-Bruxelles-Amsterdam), l’Internationale des artistes expérimentaux » (p. 197). De nouveau cinq erreurs ! Réparons-les. La réunion de fondation se tient en réalité les 27 et 28 juillet 1957, en Italie, dans le village de Cosio d’Arroscia (Alpes de Ligurie) où l’un des participants possède une maison. Il n’y a aucun poète (au sens courant du terme), pas plus que de surréaliste ou lettriste au sens historique que ces termes recouvrent, puisqu’une part des futurs créateurs de l’IS a élaboré une critique de ces deux avant-gardes devenues agonisantes car « décomposées », selon leurs termes. L’Internationale lettriste a justement rompu avec le lettrisme « officiel » d’Isidore Isou pour cette raison, en 1952. Il n’y a absolument aucun communiste conseilliste parmi les huit artistes qui fondent l’IS, la découverte de ce courant communiste anti-léniniste n’intervient qu’en 1960-1961, lors du passage de Guy Debord à Socialisme ou Barbarie. Enfin, il manque l’adjectif « international » au Mouvement pour un Bauhaus imaginiste et il ne peut y avoir de représentants du mouvement Cobra, celui-ci étant dissous depuis 1951, pas plus que d’une Internationale des artistes expérimentaux, qui est l’autre nom pour désigner Cobra ! Le célèbre texte De la misère en milieu étudiant (novembre 1966), rédigé en majeure partie par des membres de l’IS (surtout Mustapha Kayati) et approuvé par des étudiants strasbourgeois en contact avec Debord et ses camarades, est attribué par Jacques Leclercq à une fantomatique « Assemblée générale des étudiants » (p. 9). Quant à ces étudiants sympathisants avec les thèses situationnistes, ils se font élire tout à fait légalement à la direction de l’Association fédérative générale des étudiants de Strasbourg (AFGES-UNEF) et non en utilisant la force, avec moult défenestrations ! (p. 197). Enfin, à notre connaissance, il n’y a jamais eu quatorze anciens membres de l’IS qui créent, en 1974, un groupe nommé Antinationale situationniste, avec un journal du même nom. Il doit s’agir d’un pastiche, non reconnu comme tel par l’auteur.

Une brochure post-situationniste, La Raison dans l’histoire est, elle, correctement attribuée au bon groupe (p. 83), groupe hélas amputé d’un adjectif quelques pages plus loin (p. 98), alors que le nom de l’auteur, cette fois-ci, est orthographié correctement [Jimmy Lallement], ce qui n’était pas le cas précédemment. Et la date de parution indiquée (1974) est inexacte : c’est 1975. De la même façon, l’auteur affirme qu’un tract d’un certain Mouvement du 31 février se trouve dans le n° 2 de la revue Négation (juin 73). Outre que ce numéro ne contient aucunement ce tract[15], une affiche-tract (du même texte), « Déchaînons-nous ! », signée du même mouvement est archivée au CIRA[16] de Lausanne comme datant de 1971[17]. Ce groupe qui semble intervenir en milieu lycéen est lié au regroupement conseilliste nommé ICO (Informations et correspondances ouvrières). Également, citant par deux fois (p. 84, p. 199) la brochure La Nouvelle gazette rhénane, (supplément au n° 301), Jacques Leclercq ne l’attribue (Buck Mullighan) ni ne la date (avril 1974), ces indications figurant pourtant page 1. Une connaissance du marxisme et de la littérature d’avant-garde aurait permis à l’auteur de signaler le côté private joke[18] du pseudonyme de l’auteur (Buck Mullighan, sans le « h » toutefois, est le nom d’un personnage du roman Ulysse de James Joyce) et du soi-disant supplément (qui fait référence au fait que le dernier numéro, en 1849, du journal fondé par Marx et Engels à Cologne, la Neue Rheinische Zeitung (Nouvelle Gazette rhénane en français) était le n° 301). La revue Invariance est qualifiée de « courant », né en 1967, dont la seconde partie (?) est publiée de 1967 à 1975 (p. 197). En réalité, quelques militants, dont Jacques Camatte et Roger Dangeville, quittent fin 1966 le Parti communiste international (dit bordiguiste), qu’ils accusent de délaisser la théorie pour un activisme « léninisant ». J. Camatte crée alors Invariance dont le premier numéro sort en janvier 1968, et R. Dangeville lance Le Fil du temps, dès 1967[19], titre inspiré de la rubrique tenue par A. Bordiga dans la presse de son parti. Ce n’est donc absolument pas une « revue périodique du PCI-programme communiste » (p. 189)[20]. Arrêtons là.

IV – Ultras-gauches est également complété par une conclusion qui dresse une liste des morts liés aux mouvements. Cette liste amalgame sans aucun discernement des militants tués lors de leurs activités (Pierre Overney par exemple) ou ceux qui se suicident (mais alors, il y a de nouveau, des oublis) avec les victimes d’Action directe, comme le général Audran. L’auteur cite même Richard Durn, l’auteur de la tuerie du conseil municipal de Nanterre (mars 2002), au prétexte qu’il aurait fréquenté, un moment, « les milieux anarchistes et autonomes » (p. 263). Plusieurs annexes terminent le livre, dont une interview intéressante des quatre emprisonnés d’Action directe. Autre complément de taille, une liste des organisations concernées, classées par décennie (ce qui rend les redites inévitables), l’élément qui se rapproche le plus des précédents dictionnaires de Jacques Leclercq. Mais ce qui est le plus étrange, c’est que certaines de celles dont des documents ont été publiés sont absentes[21], tandis que d’autres n’ont droit qu’à des informations squelettiques, partielles (Action directe n’est présentée que via ses actions, sans un mot sur son discours) ou erronées. Enfin, si l’énumération alphabétique ne remplace pas l’élaboration d’une typologie fine, rien n’empêche la relecture d’un manuscrit, ce qui aurait permis d’éviter des phrases sans verbe ou de ce type : « polémiquer avec ses consorts » (p. 87), « art de la pastiche » (p. 51), actions « assorties par des attaques » (p. 71), « d’autres revues, tels » (p. 203) etc.

V – Conclure.

Alors, quelle est la raison d’être d’un tel livre ? Sans appareil critique conséquent et digne de ce nom, qui expliciterait par exemple l’utilisation, dans de nombreux textes d’inspiration situationniste, d’une terminologie associant les organisations d’extrême gauche à des « gangs » ou l’usage fréquent du « renversement du génitif (…) style insurrectionnel qui, de la philosophie de la misère, tire la misère de la philosophie »[22], il nous paraît peu utile, pour ne pas dire inutile, de publier des documents bruts. Que dire alors d’extraits ? D’autant plus que les historiens savent que le document, par lui-même, ne révèle rien, qui ne puisse et ne doive être éclairé par un questionnement spécifique. Que penser également de la prétention à fournir sur l’ultra gauche un « outil indispensable » (p. 7) alors que les erreurs, les insuffisances et les ambiguïtés de ce travail sont si nombreuses et si flagrantes ? Le plus inquiétant semble être l’ombre menaçante de la suspicion légitime qui peut s’étendre sur les précédents ouvrages de l’auteur. Décidément, l’ultra gauche est fort malmenée, soit par les autorités constituées fin 2008 lors de l’affaire de Tarnac[23], soit par les auteurs qui prétendent la sortir de l’ombre : déjà l’ouvrage de Christophe Bourseiller, Histoire générale de l’ultra-gauche (Denoël, 2003) n’était pas exempt de critiques, malgré l’apport de nombreuses informations. Faut-il ajouter que ce courant, propice à tous les fantasmes, nourrissant une peur irrationnelle des extrêmes susceptible de diverses instrumentalisations (politiciennes, idéologiques, médiatiques), ne se décline le plus souvent que dans le regard de l’autre, que comme construction a posteriori ? Il n’en demeure que plus indispensable la mise en route collective d’un dictionnaire raisonné et critique des gauches extrêmes et ultras, dont les prémices ont été à peine entamées il y a une trentaine d’années par Roland Biard[24], et non poursuivies depuis[25].


[2]     Remarquons et regrettons une orthographe fort peu correcte…

[3]     Rappelons que ce qui désigne historiquement l’ultra gauche regroupe le plus souvent des courants communistes de gauche antiléninistes, antiparlementaires, antisyndicalistes, comme la gauche allemande, la gauche italienne, les conseillistes, tous se réclamant peu ou prou du « communisme de conseils ». Néanmoins, ce terme étant à géométrie variable, s’y agrègent ou peuvent s’y reconnaître les bordiguistes (bien que ces partisans de Bordiga soient léninistes …), certains courants de l’Autonomie ouvrière, des inorganisés ou des personnalités singulières mais offrant un discours idéologique construit, voire la mouvance de Socialisme ou barbarie et les situationnistes. Si l’on veut préciser, le noyau central des analyses de l’ultra gauche repose sur la théorie marxiste classique du prolétariat, qui considère que celui-ci est historiquement contraint d’être communiste (ou n’est rien), qui accorde une place prépondérante au mouvement historique de la valeur et diagnostique la révolution communiste comme achèvement par le prolétariat du cycle du capital.

[4]     Ce qui le conduit à y consacrer, quand même, pas moins de deux chapitres, le II et le VIII. Pour une réflexion plus approfondie sur ce sujet, voir Dissidences volume 1, « Révolution, lutte armée et terrorisme », Paris, L’Harmattan, 2005 ; Christian Beuvain / Jean-Guillaume Lanuque / Jean-Paul Salles, « Violence révolutionnaire », in Antoine Artous / Didier Epsztajn / Patrick Silberstein (dir.), La France des années 1968, Paris, Syllepse, 2008, p. 818 ; Christian Beuvain, « A propos de quelques moments de violence révolutionnaire dans les années 1968 », in Dissidences volume 13, « L’historiographie. La décennie 1970 en France, inflexion, retournement, restauration politique ? », Latresne, Le Bord de l’eau, 2013, p. 85-96.

[5]     Certaines remarques semblent le laisser penser (p. 37 par exemple). De plus, s’il est difficile de retrouver trace de brochures, diffusées quasi confidentiellement, à la Bibliothèque nationale, la question ne se pose même pas pour les tracts ou les affiches manuscrites.

[6]     Sur ce point, les travaux de référence demeurent à ce jour ceux de Sébastien Schifres, La mouvance autonome en France de 1976 à 1984 et Le mouvement autonome en Italie et en France (1973-1984).

[7]     « Par l’union des exclus (prisonniers, ouvriers, jeunes…) l’histoire est en train de produire une bande à Bonnot qui ne peut plus être détruite, le dégoût ineffaçable de la survie et de son prix s’exprime dans les révoltes sans réserve qui voient le jour un peu partout » (p. 137), ou encore « Contrairement à divers gangs militants, nous n’entendons pas améliorer l’ordinaire d’une vie invivable mais supprimer toutes les causes de notre insatisfaction » (p. 146).

[8]     Un tract de 1994, page 53, fait ainsi l’éloge du casseur et de sa conscience implicite. De même, un texte des Fossoyeurs du vieux monde de 1978 explique que « Le vandale pillard, c’est le pauvre qui commence à se ressentir pauvre » (p. 104).

[9]     Voir le texte signé Matin d’un blues (p. 121).

[10]    Avec cette curiosité qu’est le CLITORIS, le Comité pour la liquidation immédiate du travail obligatoire par le recours à l’indiscipline et au sabotage (p. 50).

[11]    Certains sont par ailleurs reproduits deux fois, ainsi du tract du 1er mai 1978, présent page 63 mais aussi page 65, avec des extraits différents, ou de la critique des GARI visible page 73 et au bas de la page 76, le premier passage étant reproduit, là, plus longuement que le second : des exemples qui s’expliquent par une relecture insuffisamment rigoureuse.

[12]    L’un des auteurs (C. Beuvain) de ce compte rendu possède un certain nombre des textes cités, ce qui permet ce genre d’affirmation. Par exemple, page 200, Le Voyou est présenté comme un « bulletin paraissant au début des années 70 », alors qu’il s’agit d’un journal, « organe de provocation et d’affirmation communiste », dont le n° 1 sort en mars 1973, dirigé par Nicolas Will, du groupe/revue Négation.

[13]    Voir la note précédente.

[14]    Relevons pourtant « le trio Alain Geismar, Serge July et Benny Lévy » (p. 11) crédités du livre portant sur la guerre civile (il s’agit de Vers la guerre civile, 1969) alors que les auteurs sont bien A. Geismar, S. July, le troisième nom étant en réalité celui d’Erlyn Morane, pseudonyme collectif de Herta Alvarez et Evelyne July, ainsi que Pierre Overney, enterré en mars 1971 (p. 45, le 4 mars 1972 en réalité). Le lecteur peut se reporter, pour les analyses, au volume 8 de Dissidences (mai 2010), « Prochinois et maoïsmes en France [et dans les espaces francophones] », ainsi qu’au n° 3 de notre revue électronique, la partie « Outils : Le maoïsme français », dont une chronologie et une bibliographie, sur  http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/sommaire.php?id=49 et pour Pierre Overney à l’article de Fanny Bugnon, « Venger Pierre Overney ? Controverse autour d’un mot d’ordre », dans le volume 13 de Dissidences, à paraître prochainement.

[15]    Ce n° 2 de Négation, de juin 1973, est sous mes yeux (C. Beuvain).

[16]    Il s’agit du Centre international de recherches sur l’anarchisme, fondé à Genève en 1957. Il existe aussi un CIRA à Marseille, créé par René Bianco en 1965.

[18]    Ces références à l’avant-garde artistique ou aux « riches heures » du mouvement ouvrier et révolutionnaire sont monnaie courante chez les situationnistes et ceux qui, peu ou prou, s’en réclament.

[19]    Cette revue comporte 14 numéros, le dernier en 1977.

[21]    Citons parmi d’autres les Indigestes de la République (sic), p. 156.

[22]    Guy Debord, La Société du spectacle, Paris, Buchet/Chastel, 1967, thèse 206, p. 166.

[23]    En novembre 2008, la police arrête Julien Coupat et ses camarades, soupçonnés d’actes de sabotages sur des lignes de TGV. La Ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, et Alain Bauer (ancien syndicaliste de l’UNEF-ID, socialiste rocardien devenu sarkozyste tout en conservant des liens avec des leaders du PS comme Manuel Valls), un de ses conseillers officieux en matière de lutte anti-terroriste, stigmatisent ces militants sous le terme de « terroristes d’ultra gauche ».

[24]    Roland Biard, Dictionnaire de l’extrême gauche de 1945 à nos jours, Paris, Belfond, 1978.

[25]    Le travail de Serge Cosseron chez Larousse en 2007 (Dictionnaire de l’extrême gauche), outre ses erreurs, ses insuffisances et ses interprétations erronées, n’offre aucune focale historique qui prendrait en compte les héritages, les filiations et les passages, articulés sur différentes temporalités, des multiples courants. Il préfère privilégier un présentisme dommageable à la compréhension du phénomène étudié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.