Toulouse-la-rose, Estompes jargonnaises, derniers poèmes pour la déroute – pensées, donc, Paris, éditions l’une & l’autre, 2013, 73 pages, 7, 50 €

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ces pages écrites « à la santé de l’éphémère » (p. 44) se tiennent le plus souvent sur un fil, dans un fragile équilibre entre la dérision commode – où tout se vaut, où tout revient au même – et le cynisme triomphant d’une condamnation générale de toute poésie. Certes, il s’agit bien d’un jeu avec les mots, mais celui-ci ne se réduit pas à l’exercice de style – aussi brillant soit-il. La drôlerie n’empêche pas la gravité ; l’humour la pudeur. Du moins dans les poèmes les plus efficaces, tant les tours tendent à s’user rapidement et le rituel à glisser vers la répétition. Mais les pages les plus drôles, qui sont souvent aussi les plus belles, adoptent la posture du tireur touché, où sous le jeu se devine l’enjeu ; celui de parler de ce monde, de cette vie-ci, sans rien céder. Et c’est alors presque une morale qui se dessine entre les lignes, à l’heure de la déroute ou de la « note salée », quand l’air devient irrespirable et que, justement, la poésie ne respire plus : « elle conspire » (p. 14). Les sentences désopilantes – « il faut se lever de bonne heure. Mais se lever de bonne heure, n’est-ce pas se coucher devant l’ennemi ? » (p. 12) – et les longues phrases drôlement ampoulées invitent à sourire… et souvent, mine de rien, à réfléchir : « Violer la loi, cette garce notoire, faut-il le rappeler, n’est pas la solution miracle à la crise d’hystérie collectiviste traversée par un gouvernement aux ordres des choses entendues, ici ou là, avec cette arrogance journalistique qui nous fait tant de faux tableaux de la situation critique » (p. 17).

Il faut dire que Toulouse-la-rose est également l’auteur de plusieurs essais sur Guy Debord et l’Internationale situationniste (dont Debord contre Debord, Nautilus, 2010), dans lesquels il marque ses affinités – outre l’alcool s’entend – avec le principal théoricien du mouvement, tout en œuvrant à une opération salutaire de décapage de l’esprit de sérieux et du fétichisme qui sévit dans le milieu post-situ. En ce sens, ces poèmes – « pensées, donc » – participent à leur manière d’une stratégie parallèle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.