Eric Sadin, L’Humanité augmentée. L’administration numérique du monde, Montreuil, L’Echappée, collection « Pour en finir avec », 2013, 192 pages, 12 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Il arrive, de temps à autre, que le collectif Pièces et main d’œuvre, cheville ouvrière de la collection « Pour en finir avec », s’ouvre à des auteurs extérieurs pour traiter de problématiques dans lesquelles ils se sont spécialisés, technoscience et informatisation de la société en particulier. Eric Sadin est de ceux-là, qui conclut ici une trilogie censément impartiale consacrée aux mutations technologiques du monde contemporain, après Surveillance globale et La Société de l’anticipation, parus chez d’autres éditeurs. Si sa prose se fait moins acérée, plus posée et moins militante, elle succombe malheureusement trop souvent à une théorisation excessive, proche d’un certain discours jargonnant.

Surplombé par la figure quasi prophétique de Jacques Ellul, L’Humanité augmentée débute par l’analyse d’un extrait du film de Stanley Kubrick, 2001. L’Odyssée de l’espace, sorti en 1968. L’ordinateur du vaisseau envoyé vers Jupiter, HAL 90001, sert en effet à Eric Sadin de totalité symbolique, incarnation de l’autonomie croissante accordée aux programmes informatiques depuis leur essor après la Seconde Guerre mondiale, qui ouvre sur la « gestion électronique » croissante de nos sociétés. Selon l’auteur, c’est en effet à une véritable révolution civilisationnelle que nous sommes désormais confrontés, conduisant à une mutation telle de l’espèce humaine qu’il crée pour en parler le néologisme d’« anthrobologie » (p. 30). Ce faisant, Eric Sadin met l’accent sur certains principes de cette informatisation, en particulier ceux de la distance qu’elle instaure vis-à-vis du réel, contrairement à la simple mécanique2, et du prisme mathématique qui la vertèbre, selon lequel tout est chiffrable ; on saisit bien tout ce que cette vision tronquée du monde entretient comme proximité avec l’idéologie du dernier capitalisme en date, celle du néo-libéralisme.

La chronologie des faits est également reconstituée. L’essor de l’informatique est en effet concomitant, dans les années 1930 et 1940, de l’objectif d’une administration plus efficace des populations, ainsi que d’une meilleure efficience militaire (visée améliorée de la DCA, décryptage des codes ennemis plus opérant). Mais c’est à compter des années 1970 et 1980, selon Eric Sadin, qu’un tournant majeur est pris. C’est en effet le moment où l’électronique gagne en mobilité, en individualisation et en miniaturisation : le walkman puis le téléphone portable annonceraient ainsi le smartphone, véritable saut qualitatif3. Parallèlement, à partir de la même décennie 80, l’informatique gagne en capacité d’interprétation, ce qui amène d’ailleurs l’entreprise IBM à abandonner la fabrication d’ordinateurs pour se positionner sur le créneau porteur de l’élaboration d’architectures informatiques de contrôle (« Une ambition démiurgique à vouloir réduire l’intégralité des points de la Terre à une base de données universelle et sans fond caractérise exactement notre moment technico-historique », p. 87).

On atteint ici à la question des limites démocratiques de ce processus conquérant, avec des data centers sécurisés et une réalité augmentée sérieusement « orientée »4. De ce qu’il diagnostique comme une hybridation croissante entre humains et machines, Eric Sadin dénonce le « néo-fétichisme » et le « totémisme » qui la valorise, situant l’inflexion d’une critique de la technologie aliénante à une foi dans l’informatique libératrice au mitan des années 1970, en Californie, ce qui mériterait d’être approfondi. Quant à la nature de cet « être » informatique, il préfère parler de « rationalité robotisée » plutôt que d’intelligence artificielle, même si des travaux sont actuellement en cours afin de moraliser certains programmes informatiques5

La conclusion met en garde contre l’approfondissement de la fin de l’anthropocentrisme, courant tout au long du XXe siècle, et qui est gros de la suppression de la liberté humaine, de la politique et du hasard. Une analyse qui souffre toutefois de l’absence de prise en compte de la question des inégalités sociales, négligeant le fait qu’une grande partie de l’humanité est exclue de ces transformations (la soi-disant « fracture numérique »), et qu’il n’est absolument pas certain que l’homme connecté en permanence soit l’avenir que promet le capitalisme à la totalité de l’humanité.

1En évoquant la nouvelle d’Arthur C. Clarke, page 41, « La Sentinelle », ayant plus tard été transformé en scénario pour le film 2001, Eric Sadin semble par contre négliger le fait qu’aucun équivalent d’HAL 9000 n’y figure.

2« Ce qui caractérise le traitement robotisé, c’est la génération, entre un ordre et son exécution, de flux immatériels, s’imposant dorénavant comme une strate indissociable de notre capacité d’action. (…) L’électronique suppose des procédés tendanciellement insensibles, s’enveloppant d’une marque de mystère qui aura très tôt contribué à l’affecter d’une « part magique » » (p. 45).

3« Émergence d’une humanité non plus seulement interconnectée, hypermobile, faisant de l’accès une valeur capitale, mais désormais hybridée à des systèmes qui orientent et décident de comportements collectifs et individuels, sous des modalités encore discrètes mais déjà prégnantes, appelées à être étendues à de nombreux champs de la société. » (p. 66-67).

4« Configuration ambivalente qui se situe à l’intérieur de ce composé incertain, qui associe certes une appréhension étendue et inédite des choses, néanmoins la plupart signalées en vue de la consommation de services et de biens. » (p. 95).

5Curieusement, alors qu’Eric Sadin semble amateur de science-fiction, il n’évoque absolument pas l’hypothèse de la Singularité énoncée par l’écrivain étatsunien Vernor Vinge, c’est-à-dire d’une prise de conscience d’une entité à part entière que pourrait devenir, à un moment quantitatif donné, le système informatique mondial. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *