Théo Rival, Syndicalistes et libertaires. Une histoire de l’Union des travailleurs communistes libertaires (1974-1991), Paris, Éditions Alternative libertaire, 2013, 286 pages, 12 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce livre constitue l’édition d’un Master soutenu en 2011 à l’Université Paris, sous la direction de Michel Pigenet, dans le cadre du Centre d’histoire sociale. Il est centré sur l’activité syndicale de ce courant qui déboucha sur la création de l’UTCL (Union des travailleurs communistes libertaires). La riche documentation, jointe au livre, permet d’appréhender d’autres dimensions de cette organisation, comme le féminisme, l’antimilitarisme, l’anticolonialisme ou encore l’antiracisme. En effet, non content de fournir une analyse sur l’activité syndicale, ce livre propose de riches compléments : un aperçu iconographique de l’ORA (Organisation révolutionnaire anarchiste), le texte de bilan adopté par l’UTCL lors de sa dissolution en 1991 et sa transformation en Alternative libertaire, un entretien avec Patrice Spadoni et Thierry Renard sur le militantisme vibrionnant de l’ORA et enfin, un vaste entretien croisé avec douze anciens membres de l’UTCL. Cette riche partie documentaire occupe presque la moitié du volume de l’ouvrage. C’est dire son apport et l’intérêt pour la compréhension de ce courant, y compris dans son rapport aux autres organisations d’extrême gauche ou anarchistes. Le propos se déploie en quatre chapitres, qui suivent un ordre chronologique. Dans un premier temps, l’auteur propose un récit de l’émergence de l’UTCL, en trois temps. Après 68, le courant communiste libertaire se structure au sein de l’ORA, dans laquelle les fondateurs de l’UTCL font leur apprentissage militant en tant que lycéen ou étudiant. Mais, en 1976, des divergences se manifestent au sein du congrès de l’ORA sur l’appréciation du syndicalisme. Alors que la majorité des membres développent une analyse anti-syndicale, un courant se détache, qui donne naissance à l’UTCL. Durant deux ans, de 1974 à 1976, cette sensibilité s’était cristallisée au sein de l’ORA. En 1976, c’est la création formelle de l’UTCL (moins de cent militants et militantes), qui déploie son activité au sein de la CFDT. Puis l’investissement syndical intensif de ses animateurs à partir du début des années 80 laisse une UTCL fonctionner plutôt comme un réseau que comme un parti constitué jusqu’en 1991. De fait, l’UTCL apparaît comme une organisation structurée par des cadres syndicaux de la CFDT. Les jeunes activistes de l’ORA ont en effet vieilli et s’implantent dans les entreprises, dans quatre secteurs essentiellement : la Poste, le rail, l’éducation et le secteur aérien. Cette action libertaire en entreprise constitue l’objet du second chapitre. On regrettera d’ailleurs au passage que la participation des militants de l’UTCL à la revue d’opposition syndicale Collectif ne soit pas traitée. D’autres aspects sont par contre bien exposés, la lutte contre la hiérarchie, la place de la démocratie ouvrière et en particulier le rôle des AG, ou encore les débats suscités par l’acceptation des responsabilités syndicales. Le chapitre trois développe plus particulièrement deux illustrations de ce sujet. La première porte sur un événement bien oublié, la marche pour l’unité du 1er mai 1980, qui débouchera en fait sur la multiplication des marches pour l’unité… et l’affrontement avec les conceptions portées par la LCR. Mais c’est évidemment sur le second aspect, la fondation de SUD-PTT, que le lecteur apprendra de nombreux points sur la démarche retenue face à la « chasse aux sorcières » à laquelle la direction recentrée de la CFDT s’adonnera. La dernière partie revient sur les aspects plus stratégiques de cette histoire, essayant d’offrir une théorie des pratiques du syndicalisme révolutionnaire que les militants de l’UTCL ont essayé de mettre en œuvre. Ces pratiques s’ordonnent, selon l’auteur, autour de la constitution d’une figure, celle de « l’animateur autogestionnaire de lutte ». Cette figure singulière de propagateur de l’action collective aurait d’ailleurs méritée de plus amples développements. Plus discutable apparaît la conclusion de cette étude qui prend partie en faveur de la stratégie de construction de syndicats autonomes – sans même s’interroger sur le caractère minoritaire de ce type de syndicalisme – dont Sud-PTT constitue le parangon selon l’auteur : « Sans aboutir à la confédéralisation qui a pu être évoquée lors de la création de SUD au PTT, le sigle est néanmoins devenu, dans l’après-Décembre 95, synonyme de syndicalisme de lutte et de transformation sociale » (p. 141). Certes, il faut reconnaître, au crédit de la thèse déployée, que ce caractère secondaire n’a pas grand-chose à voir avec ce qui peut être qualifié de marginalité groupusculaire, pour la CNT par exemple. On se prend à rêver à la richesses des aperçus de cet ouvrage quand on se rappelle qu’il ne s’agit « que » d’un travail de Master. Néanmoins, aux moins deux limites peuvent être pointées, dans l’optique d’un prolongement de cette recherche. La première remarque porte sur la méthodologie et plus particulièrement sur les sources. Lesquelles sont de deux ordres, celles, internes, de l’UTCL et celles, externes, de la CFDT. Ces archives, jusque là inexplorées, sont évidemment d’un apport considérable. Néanmoins, d’autres sources, en particulier celles de la LCR (Ligue communiste révolutionnaire), et, dans une moindre mesure de la Fédération anarchiste (FA), auraient permis à l’auteur de faire reposer ses analyses sur une documentation plus substantielle1. Le second point porte sur les faiblesses du questionnement de Théo Rival. Certes, son récit apparaît d’une rare richesse documentaire, mais il manque parfois de recul. Ainsi, l’existence de revues comme Résister, Collectif ou Renouveau syndical 68-CFDT Espoir (toujours éditée, sous le titre de A contre courant) est noté (p. 128), mais leur rôle comme carrefour et plaque d’échange au sein de l’extrême gauche n’est pas interrogé. On l’aura compris, ce premier opus sur l’histoire du principal courant communiste libertaire mérite un prolongement, que la documentation rassemblée en fin de volume laisse entrevoir. Espérons que le lecteur n’aura pas trop longtemps à patienter. En attendant, cet ouvrage représente un excellent prologue.

1Lire par exemple les pages 112-113 qui reposent sur une seule parole et apparaissent assez unilatérales.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *