Jacques R. Pauwels, Le mythe de la bonne guerre. Les États-Unis et la Deuxième Guerre mondiale, Bruxelles, Aden, 2005, 333 pages, 22 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Jacques R. Pauwels est un historien canadien d’origine belge. Son livre est traduit de l’anglais. Comme il l’explique clairement dans son introduction, ce livre n’est pas une monographie supplémentaire sur le thème retenu. Par conséquent, il ne vise pas à étendre notre connaissance du phénomène étudié, mais à en proposer plutôt une nouvelle lecture. Pas d’archives originales ou de documents nouveaux analysés, mais un angle qui prolonge celui développé par les historiens révisionnistes américains. Par révisionniste, il faut entendre cette catégorie d’historiens nord-américains (inconnus en France car non traduits) qui proposent une approche radicalement critique du rôle de leur pays dans la lutte contre le nazisme, et par conséquent dans la Seconde Guerre mondiale. Pour faire court, la thèse développée dans ce livre peut se résumer ainsi. L’ennemi des États-Unis dans l’entre-deux-guerres, ce ne sont ni l’Italie mussolinienne, ni l’Allemagne nazie, ni le Japon impérial, mais l’URSS. Toute la politique intérieure et extérieure des États-Unis est tournée contre l’Union soviétique. Ce n’est que contraint et forcé que les États-Unis font de l’URSS un pays allié dans la lutte contre le nazisme (les développements sur l’Italie et le Japon ne sont qu’adventices dans la démonstration). A travers les vingt-deux chapitres que compte le livre, trois temps peuvent être repérés. Premier moment, des années 1920 à la Seconde Guerre mondiale. Pour les États-Unis, le nazisme n’est pas un problème. Comme l’exprime un historien cité, le nazisme (à l’instar du fascisme mussolinien) n’est qu’une forme possible du capitalisme. De ce point de vue, les élites économiques américaines ont accueilli sans aucun trouble particulier l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Les grandes entreprises américaines continuent à faire des affaires avec l’Allemagne nazie, que ce soit par le commerce extérieur ou par les filiales allemandes des multinationales américaines. Selon Pauwels l’effort de guerre nazi n’aurait même pas été possible sans l’apport décisif d’entreprises comme ITT ou Standard Oil. On connaît par ailleurs le rôle capital que la filiale allemande d’IBM a joué dans le fichage des juifs, préalable à leur extermination. Coca Cola, Kodak, Du Pont, Exxon, Ford, Union Carbide et tout le fleuron industriel étatsunien ont développé fortement leurs investissements après l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Bref, « l’élite au pouvoir aux États-Unis (…) appréciait le fascisme pour la (…) raison qu’il favorisait les affaires » (p. 45). Second temps, la guerre. Après l’opération Barbarossa, la première réaction des États-Unis est de penser que les Russes allaient capituler. Washington projetait la création de régimes non communistes dans les territoires soviétiques échappant à l’occupation allemande. Des contacts sont pris avec Kerenski afin qu’il en prenne la direction. Ce scénario s’effondre rapidement. Mais méfiant, les Américains n’acceptent de livrer des armes à l’URSS qu’à une condition, le paiement à la livraison. C’est plus tard qu’un système de crédit-bail similaire à celui mis en place avec l’Angleterre est créé. Notons d’ailleurs que cette aide étatsunienne n’a pas joué le rôle qu’on lui attribue généralement, puisqu’elle ne correspond qu’à 4 à 5% de la production de guerre totale de l’URSS. De surcroît, cette aide n’est devenue significative qu’en 1942, c’est-à-dire après que l’avance de la Wehrmacht ait été brisée. Pourtant, l’argument avancé par l’auteur pour expliquer l’entrée en guerre des États-Unis contre les nazis apparaît assez faible. En effet, selon Pauwels, si ils choisissent (tardivement) d’entrer en guerre contre l’Allemagne nazie, c’est pour préserver les profits pharamineux des grandes entreprises de l’économie de guerre. La victoire allemande sur l’URSS aurait en effet ruiné tout espoir d’un remboursement des crédits-bails accordés aussi bien à l’Angleterre qu’à l’URSS. Toujours est-il que du point de vue économique, toujours en suivant le raisonnement proposé, c’est grâce à la guerre que les États-Unis sont sortis du cauchemar de la Grande dépression. Cet argument sert en quelque sorte de ligne de développement tout au long du livre, puisqu’il vaut toujours actuellement. C’est ainsi, on y reviendra, que l’auteur explique la guerre actuelle en Irak. L’économie étasunienne est fondamentalement depuis la Seconde Guerre mondiale une économie de guerre, qui a besoin en permanence du conflit ou en tous les cas de sa menace (par exemple, la guerre froide) pour fonctionner. Les États-Unis ne font rien pour hâter la fin de la guerre, tant que les affaires générées par l’économie de guerre fonctionnent de manière satisfaisante. Il démontre ainsi que dès 1942 un débarquement militaire en France ou en Europe de l’Ouest était stratégiquement possible. Cela vaut un développement sur la tentative de débarquement à Dieppe en août 1942, condamné à l’échec et pour cela réalisé par des troupes canadiennes. Au lieu d’un débarquement, les forces anglo-américaines choisirent la stratégie des bombardements massifs, lesquels eurent des résultats très discutables puisque jusqu’à la fin la production industrielle allemande ne fut jamais atteinte et que les populations éprouvèrent une haine des Alliés. Pauwels rappelle au passage ce que les recherches historiques, à défaut de l’opinion publique large, admettent, à savoir que c’est sur le front de l’Est que la guerre fut gagnée. 90% des pertes allemandes durant toute la guerre sont le fait des Soviétiques. Pour chaque soldat américain tué ce sont 53 soldats soviétiques qui le sont. Il est impossible dans le cadre de ce compte rendu de rentrer dans le détail des multiples décalages qu’apporte Pauwels dans notre compréhension des différents aspects de cette guerre. Retenons trois aspects, le traitement réservé aux territoires libérés par l’armée anglo-américaine, avec le cas de l’Italie ; la discussion sur Yalta et le partage du monde ; la capitulation finale des forces allemandes. En Italie, les forces alliées ont pesé de tout leur poids pour réintégrer dans le jeu politique (et économique) les anciennes couches sociales, celles-là même qui furent le soutien le plus marqué du fascisme, au détriment des forces antifascistes. La chute du fascisme en Europe ne devait en aucun cas signifier la mise sur pied de régimes progressistes, mais le retour au statu quo ante. Ce sera la même attitude qui prévaudra en France, notamment ou en Grèce (cas à peine évoqué).C’est cette attitude profondément conservatrice qui, nous explique Pauwels, a conduit finalement Staline à se conduire de manière similaire dans les pays libérés par l’Armée rouge. On retrouve là une attitude, qui parcourt tout le livre, de sympathie à l’égard des positions soviétiques. Yalta et le partage du monde seraient donc d’inspiration américaine. Ce sont les Alliés, face à l’avance inexorable des troupes russes en Allemagne, qui formulèrent expressément la demande de Yalta. Laquelle conférence peut être considérée comme un succès pour les Alliés, au vu de ses résultats (en particulier le découpage de l’Allemagne) au regard des réalités militaires. « Les accords de Yalta n’accordèrent donc pas à l’Union soviétique le monopole de l’influence en Europe de l’Est, c’est à dire le genre d’influence exclusive dont les Américains et les Britanniques jouissaient déjà, avec l’approbation silencieuse de Staline, en Europe de l’Ouest. Seule une « influence prépondérante » en Europe de l’Est fut accordées à l’URSS » (p. 151). L’attitude « réaliste » de Staline à Yalta trouverait son origine dans la menace d’une potentialité de paix séparée des Alliés avec les nazis et se justifierait par « la survie du socialisme » (p. 153). On conviendra que l’interprétation renverse le point de vue communément admis, tout en manifestant une approche de type realpolitik empreinte de philosoviétisme. L’attitude des forces alliées au moment des combats finaux constitue la troisième illustration de la démonstration de l’auteur. Loin de chercher à détruire les forces allemandes, les troupes alliées firent tout leur possible pour préserver la structure de l’armée allemande. C’est ainsi que des bataillons allemands entiers furent autorisés par les troupes alliées à se glisser derrière les lignes américaines pour éviter l’emprisonnement par les soviétiques. Selon certaines indications, près de la moitié de troupes de la Wehrmacht se battant sur le front de l’Est échappèrent à la capture par l’Armée rouge. Cette possibilité ne relève naturellement pas de bons sentiments mais de l’éventualité de conserver une structure armée allemande face aux communistes, certains généraux envisageant la poursuite d’une croisade anti-soviétique, avec l’aide des restes de l’armée hitlérienne. Cette option étant très clairement affirmée avec la disparition de Roosevelt et la succession de Truman, ainsi d’ailleurs que l’évolution de la guerre en Asie. Les cinq derniers chapitres de ce livre passionnant concernent les années d’après-guerre. Le point de vue se décentre fortement de l’Europe vers l’Asie et envisage la question de la bombe atomique, qui apparaît moins dirigée contre les Japonais que contre les Soviétiques. Son usage à Hiroshima visait moins à faire plier le Japon qu’à éviter l’intervention de l’URSS dans la guerre américano-japonaise. Le Japon n’abdiquant pas, les Soviétiques, comme prévu déclarent la guerre au Japon le 8 août 1945. Le lendemain, la seconde bombe atomique était lancée sur Nagasaki. Les Américains ne souhaitaient absolument pas l’intervention soviétique dans leur territoire d’Extrême-Orient ! Les ultimes chapitres portent sur l’absence de dénazification en profondeur de l’Allemagne par les forces alliées, sur l’usage des prisonniers de guerre par les filiales allemandes des entreprises américaines et sur la manière dont les profits de ces dernières ont été préservés durant la guerre ou encore sur le fait, troublant, qu’aucune de ces filiales n’ait subi de bombardements majeurs. Après 1945, l’économie américaine fonctionne dans une guerre permanente. Finalement, conclut Jacques Pauwels, la destruction du système soviétique que les nazis n’ont pas réussi durant la Seconde Guerre mondiale, va être réalisée par la guerre froide et la course aux armements permanent qu’elle génère. Offrant une relecture d’événements qui nous sont familiers, ce livre se lit avec un grand intérêt. Il est cependant dommage que l’auteur ne se montre pas aussi critique à l’égard de l’Union soviétique et du stalinisme, qu’il a tendance à magnifier comme système alternatif.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.