Daniel Cordier, Alias Caracalla, Paris, Gallimard, collection « Folio », 2011, 1144 pages, 10,50 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Pourquoi la lecture des mémoires de Daniel Cordier, qui fut le secrétaire de Jean Moulin, suscite-t-elle tant d’intérêt et même, chez certains, tant d’émoi ? La facture, la fluidité du style y sont sans doute pour quelque chose, rendant aisée la lecture des mille cent et quelques pages. Mais bien d’autres raisons, évidemment, font de ce livre un document incontournable pour qui veut connaître ces années 1940-43. On saisit mieux tout d’abord l’entrée en résistance d’un très jeune homme de province – ses parents sont établis à Pau –, d’un milieu bourgeois et d’extrême droite. Lycéen, Daniel Cordier organise un cercle de l’Action française. Avec ses camarades, il vend le journal à la criée. Il assiste, hébété, à la débâcle de l’armée française puis, « anti-boche » primaire, il fait confiance jusqu’à la mi-juin au Maréchal Pétain pour poursuivre le combat. Quelle ne fut pas sa surprise quand il apprit que ce dernier décide qu’il faut cesser le combat ! Dès le 17 juin donc, encouragé par ses parents, en compagnie de 16 camarades de Pau, aussi jeunes que lui, il s’embarque à Bayonne, pour l’Afrique du Nord pense-t-il, mais au dernier moment le bateau se dirige vers l’Angleterre où il arrive quelques jours plus tard. Les jeunes gens n’ont pas entendu l’Appel du 18 juin, mais ils apprennent assez vite l’existence du Général de Gaulle. Parvenir jusqu’à lui ne sera pas chose aisée, mais ils arrivent enfin dans l’immeuble où sont logés les premiers volontaires de la France libre, tous des gamins et à une énorme majorité originaires de Bretagne. Arrivé en Angleterre, Cordier, conquis par la combativité et la cordialité des Anglais, voit s’évanouir un de ses préjugés tenaces … la haine des Anglais. Ne sont-ils pas pour les royalistes responsables de la mort de Jeanne d’Arc ! C’est le début d’une remise en question, un à un, des préjugés et idées criminelles de son courant politique originel.

Il raconte la formation reçue à Londres. Il s’agit de faire de ces jeunes gens à peine sortis de l’adolescence des guerriers. Tous les exercices sont supportés avec patience et les progrès rapides des jeunes recrues étonnent les officiers français qui les encadrent. Ils voient de Gaulle épisodiquement, à l’occasion du 14 juillet ou du 11 novembre, et peu à peu l’adhésion au « grand homme » croît. La présence à Londres d’une famille amie des parents de Daniel Cordier l’aide à supporter l’éloignement de Pau et l’absence de Domino, la jeune fille qu’il considérait comme sa fiancée. Quelle ne sera pas sa désillusion quand il apprendra deux ans plus tard qu’elle s’est mariée. Mais les solides amitiés nouées au sein de la France libre et la volonté de chasser les Allemands, les Boches disait-il, chassent vite la mélancolie. Au bout de quelques mois de formation intense – les Anglais ayant suppléé les FFL pour les formations les plus techniques – Daniel Cordier est prêt. Il maîtrise le saut en parachute, il sait décrypter et envoyer les messages codés et est capable de manier les explosifs. Brûlant d’entrer dans la résistance active, il demande au BCRA de l’envoyer en mission en France, où il est parachuté, après une première tentative avortée. Destiné à être secrétaire de Georges Bidault à Lyon, il est « détourné » par Rex/Jean Moulin qui manque cruellement de collaborateurs.

Le récit de la première rencontre entre les deux hommes est un moment d’anthologie. Sans aucune retenue, le jeune Cordier narre ses exploits de militant d’extrême droite à Pau à un Jean Moulin médusé qui, malgré tout, garde Cordier à son service. La « conversion » de ce dernier est progressive, jalonnée de moments marquants, comme par exemple la découverte brutale, à Paris, d’un vieux Juif et de son petit-fils porteurs de l’étoile jaune. Comment peut-on ainsi humilier des êtres humains ? Et là ce sont ses préjugés antisémites qui tombent ! Mais c’est surtout Jean Moulin qui se charge de son éducation, politique autant qu’artistique – après la guerre Daniel Cordier devient marchand d’art – non sans virulence parfois, quand Jean Moulin lui interdit de répandre des calomnies à l’endroit de Pierre Cot. Quand on ne sait pas, on se tait ! Aux côtés de Moulin pendant près d’un an, jusqu’à l’arrestation de celui-ci à Caluire, Daniel Cordier déploie une activité étonnante de secrétaire/homme à tout faire de Jean Moulin, dont il ne connaîtra la vraie identité qu’à la Libération. Il rencontrera presque tous les dirigeants de la résistance, Henry Frénay de Combat, encore fortement marqué par son idéologie d’extrême droite ou Emmanuel d’Astier de la Vigerie, dont le dilettantisme ne séduit pas Daniel Cordier. Que de temps passé à concilier des egos démesurés ! Plus rarement sont croisés les dirigeants de la résistance communiste. Jean Moulin consacrera une bonne partie de son énergie à rapprocher les divers groupes épars de la résistance. Il aura beaucoup travaillé, lui le républicain, le radical qui a tenté, sous la direction de Pierre Cot, d’armer le camp républicain espagnol à l’époque du Front populaire, à imposer la figure du Général de Gaulle, un homme venu du rivage de l’extrême droite et du catholicisme traditionaliste. Union la plus large face au danger nazi pour Moulin ou à l’ennemi « boche » pour le jeune Daniel Cordier. C’est le choix que firent ces hommes, au prix de leur vie pour certains. Y avait-il un autre moyen de lutter contre Hitler, en échappant au chauvinisme ? C’est la voie étroite qu’ont suivie certains militants révolutionnaires, certains trotskystes notamment, mais aussi des communistes1, en organisant un travail en direction des soldats allemands, souvent aussi au prix de leur vie2.

1Le TA (Travail allemand) est organisé par la MOI en direction des troupes d’occupation : lire les souvenirs de Peter Gingold, chroniqués sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/3735 

2Un téléfilm d’après ce livre, Alias Caracalla. Au cœur de la Résistance (180 mn) d’Alain Tasma, avec Éric Caravaca dans le rôle de Daniel Cordier et Jules Sadoughi dans celui de Rex/Jean Moulin, est sorti sur FR3, les 25 et 26 mai 2013, à 20 h 45.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.