Etienne Helmer, Epicure ou l’économie du bonheur, Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin, collection « Les précurseurs de la décroissance », 2013, 96 pages, 8 €

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cette nouvelle collection1 des éditions du Passager clandestin se veut à la fois, dans une optique proche de celle de la « Contre-histoire de la philosophie » de Michel Onfray2, dévoilement d’une « nouvelle histoire des idées » et apport d’éléments qui permettraient de légitimer encore davantage l’idéologie de la décroissance en lui apportant une inscription dans la longue durée.

D’emblée, l’objectif pose problème, ce dont est d’ailleurs parfaitement conscient Etienne Helmer. La notion de croissance économique est en effet extrêmement éloignée des esprits antiques, de leur vision cyclique plutôt que linéaire, et de la déconsidération fondamentale liée au travail. Cela n’empêche pas l’auteur, tout au long des deux tiers de ce petit opuscule (le dernier tiers reproduisant de larges extraits de textes épicuriens), d’essayer d’isoler des linéaments d’une éthique décroissante dans la pensée du philosophe du Jardin et de ses épigones. Avec une autre difficulté majeure : la dimension lacunaire des sources dont nous disposons rend fragile toute conclusion définitive. A ce titre, il est dommage qu’Etienne Helmer ne s’appuie que de manière partielle sur Lucrèce, pourtant le disciple le plus brillant d’Epicure, distillateur d’une pensée à la sombre luminosité3, lui préférant Diogène d’Oenoanda (du IIe siècle) et Philodème de Gadara (contemporain de Lucrèce).

Quel lien Etienne Helmer établit-il entre épicurisme antique et décroissance contemporaine ? Essentiellement l’idée d’ascèse. Délaissant la physique matérialiste, il met en valeur la fameuse ataraxie, ou plénitude des plaisirs en repos, opposés aux plaisirs en mouvement, susceptibles de se métamorphoser en douleurs, que sont la richesse, la gloire et le pouvoir. Mais lorsqu’il valorise l’ouverture démocratique de l’épicurisme, qui se veut accessible au plus grand nombre en insistant sur ce que chacun peut déduire des sensations, Etienne Helmer se heurte à une ambiguïté : celle des divergences apparentes entre Diogène d’Oenoanda et Philodème de Gadara. Là où le premier envisage une société future égalitaire, sans esclaves et sans richesses excessives4, le second légitime la richesse et valorise pour le philosophe l’enseignement qui doit lui permettre de gagner sa vie, en laissant le travail manuel aux mains des esclaves.

On saisit avec cet exemple toute la fragilité qu’il y a à rechercher des « précurseurs de la décroissance » aussi anciens. Sans oublier le retrait de la vie politique préconisé par Epicure, qu’Etienne Helmer n’élude pas, mais qu’il évoque essentiellement dans une conclusion inaboutie sur la question (p. 53-54).

1 Un autre titre est également paru, Jacques Ellul contre le totalitarisme technicien, rédigé par Serge Latouche.

2 Voir la critique de son premier tome, consacré aux Sagesses antiques et donc à Epicure et Lucrèce, sur notre ancien site.

3 De La Nature des choses, Etienne Helmer retient principalement la réflexion sur l’humanité primitive, fascinante de justesse sur bien des points, et l’idée d’une ambivalence de la technique.

4 « Tout sera, en effet, rempli de justice et d’affection mutuelle, et il n’y aura plus besoin de fortifications ni de lois, ni de tout ce que nous machinons pour nous protéger les uns des autres. En ce qui concerne, d’autre part, les besoins qui sont satisfaits par l’agriculture, étant donné que nous n’aurons pas, [alors, d’esclaves], nous sèmerons et labourerons nous-mêmes, et nous cultiverons les plantes, nous détournerons les fleuves [une remarque assez peu « écologique », NDA] et prendrons soin des [récoltes], […] », p. 36-37 (les premiers crochets correspondent à une interpolation). 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.