Andrea Cavazzini, Enquête ouvrière et théorie critique, Herstal, Presses universitaires de Liège, 2013, 170 pages, 38 €

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Cet essai étudie le substrat philosophique des enquêtes ouvrières et la manière dont celles-ci ont contribué au « renouvellement théorique et politique de la gauche marxiste italienne au cours des années 1960 » (p. 12). Il nous invite dès lors à un voyage historique et théorique, depuis Hegel, Marx, Lukacs et Weber jusqu’aux Quaderni Rossi (revue qui, au début de la décennie 1960, développe et diffuse l’opéraïsme), en passant par ce qu’on a coutume de nommer en Italie, les « revues du dégel ». Andrea Cavazzini1, chercheur post-doctoral à l’Université de Liège, s’arrête également sur des figures importantes, telles que Raniero Panzieri (1921-1964) ou Danilo Montaldi (1929-1975), qui ont joué un rôle de passeur. De plus, il émet l’hypothèse intéressante d’affinités existantes entre le renouvellement du marxisme qui s’est opéré d’abord en Allemagne puis en Italie : « Les marxistes critiques italiens d’après-guerre se trouvaient dans une position à bien des égards analogue à celle des marxistes critiques germanophones d’avant-guerre » (p. 34). D’où la reprise de la théorie critique au sein de la Nouvelle gauche italienne.

L’accent est mis dans ce livre sur la dimension philosophique – la théorie critique – de l’enquête ouvrière. L’auteur met en évidence le concept de Totalité qui oriente l’analyse du capitalisme et constitue le nœud entre ces diverses ré-élaborations du marxisme. Plus précisément, l’enquête (se) situe (dans) l’antagonisme entre le capitalisme total et une classe ouvrière irréductible à toute totalisation. Et ce d’autant plus que le capitalisme constitue une « fausse totalité » : « elle est fausse en tant que totalité incomplète, incapable à jamais de se totaliser et de s’imposer réflexivement une finalité rationnelle ; mais elle est fausse aussi en tant que totalité du faux, en tant qu’ensemble de formes de vies « fausses », hétéronomes, qui nient l’autonomie et la plénitude du sujet, et que la totalité sociale rassemble comme une seule puissance démoniaque » (p. 57, c’est l’auteur qui souligne). L’insistance sur les contours théoriques de l’enquête militante a pour pendant une étude de sa pratique comparativement peu développée, même si Andrea Cavazzini revient longuement sur le commentaire d’un documentaire de 1962, « Grèves à Turin » (p. 113 et suivantes), qui constitue une expérimentation passionnante.

Au bout du compte, selon l’auteur, l’enquête demeura « une référence diffuse mais extrêmement difficile à fixer » (p. 108). Si elle adopte différentes formes, ce qui la caractérise « est que la capture et la réinscription des paroles et des gestes des « sujets » impliqués dans une situation donnée deviennent le ressort central tant de la connaissance théoriquement réfléchie de ladite situation que de la pratique politique visant sa transformation » (p. 109). Cependant, ces pratiques d’enquêtes étaient étroitement articulées à la « centralité ouvrière », soit à la conception de la classe ouvrière comme centralité et exception (pour reprendre le sous-titre d’un chapitre). Or, celle-ci s’est effacée – Cavazzini va jusqu’à parler de « situation épochale d’éclipse de la subjectivité ouvrière » (p. 151) – pour ne plus laisser qu’une couche sociale « destinataire d’une morale humanitaire » (p. 144) et, plus largement, l’emprise d’un cauchemar dont il est tous les jours plus urgent de se délivrer.

1Andrea Cavazzini est membre du Groupe de recherches matérialistes (GRM) et de l’Association « Louis Althusser ». Il a publié Le sujet et l’étude. Idéologie et savoir dans le discours maoïste, Le Clou dans le fer, 2010.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.