Vladimir Maïakovski, Ecoutez si on allume les étoiles…, Clamecy, 2013, Le temps des cerises, 259 pages, 14 €

Un compte rendu de Frédéric Thomas

La préface de Francis Combes, quelque peu complaisante avec le stalinisme, ne justifie pas le choix de poèmes (dont plusieurs inédits) qui est fait ici, et qui s’étalent de 1913 à la mort du poète. Ce recueil, prenant pour titre l’un des plus beaux poèmes de Maïakovski, n’en offre pas moins, agrémenté de collages et de photos (dont les belles couvertures de la revue LEF et les étonnantes affiches Rosta auxquelles il collabora), un large regard panoramique sur l’œuvre de l’auteur du Nuage en pantalon. Il permet en outre de rappeler que les fameux « vers en escalier » auxquels son nom est associé n’apparaissent que relativement tard, au début des années 1920. Enfin, une série de thèmes se dégagent et traversent tous ses écrits de toutes ces années.

Maïakovski s’est montré ironique et moqueur dans ses poèmes à propos de la bureaucratie et de la « réunionite », même si, certainement, jusqu’au bout, il aura apporté son soutien à la révolution bolchevique. La poésie était pour lui un travail par lequel il voulait enjamber

« les petits recueils lyriques

pour parler comme un vivant

à des vivants » (p. 250).

De même, en allait-il pour l’amour qui recouvrait un lyrisme plus abrupt, moins éthéré :

« Pour nous

l’amour

n’est pas le paradis.

Pour nous

l’amour

c’est le bruit

que fait le moteur refroidi

du cœur

qui se remet en marche » (p. 213-214).

Le socle commun à l’amour, la poésie et la révolution résidait sûrement pour Maïakovski dans la pelisse du temps, dévorée « par les mites du quotidien » (p. 158). Le quotidien marque en effet la mesure des changements à réaliser et des obstacles sur lesquels ils viennent buter. Le vecteur enfin du bouleversement à opérer :

« Le communisme

ce n’est pas seulement

la terre,

la sueur des usines.

C’est chez toi, aussi,

à table

dans les relations,

la famille,

les comportements » (p. 156).

C’est sous l’angle de cette aspiration, qu’il faut aussi lire son poème en hommage au grand poète Essenine, à la suite de son suicide… quelques années avant que Maïakovski lui-même ne se suicide :

« La tâche est grande

on y suffit à peine.

Il faut d’abord

refaire la vie,

une fois refaite

on pourra la chanter.

Notre temps, pour la plume,

n’est pas très facile » (p. 179).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.