La science-fiction comme sentinelle : préface

Un billet de Jean-Guillaume Lanuque

A plusieurs reprises, sur ce blog, nous avons abordé la science-fiction, par le biais d’analyses critiques de certains romans, appartenant généralement à la première période du genre en France (du XIXe siècle à l’immédiat après Seconde Guerre mondiale), ou de recensions d’études universitaires (voir notre chronique du travail de thèse de Natacha Vas-Deyres1). Toujours, nous avons cherché à privilégier la dimension la plus socio-politique de ce genre littéraire, celle qui porte un regard acéré sur le présent et les germes d’avenir dont il est gros, tant cette tendance de la littérature a repoussé les limites de l’imaginaire, offrant une liberté prometteuse. Ce n’est certainement pas un hasard, d’ailleurs, si nombre de militants de gauche et d’extrême gauche ont écrit des romans d’anticipation. Citons Louise Michel (Le Monde nouveau), Han Ryner (L’Homme-fourmi), Edward Bellamy (C’était demain), William Morris (Nouvelles de nulle-part), H. G. Wells (La Machine à explorer le temps), Jack London (Le Talon de fer), Alexandre Bogdanov (L’Etoile rouge) ou George Orwell (1984).

Mais c’est au-delà des seules frontières des engagements partisans que la science-fiction se fait sentinelle du devenir sociétal, ouvrant sur des horizons politiques rêvés ou cauchemardesques. Pour n’en rester qu’à la France, après des années 68 qui furent celles de l’apogée d’une science-fiction critique et engagée, volontiers sombre et apocalyptique2, et une longue décennie 80 qui en marqua le repli relatif, le milieu des années 90 vit l’essor de nouvelles générations d’auteurs concomitants de l’émergence de l’altermondialisme et d’un renouveau critique sur le capitalisme néo-libéral. Citons, sans souci d’exhaustivité, Ayerdhal (Parleur), Johan Heliot (La Lune seule le sait), Ugo Bellagamba (La Cité du soleil) ou Maïa Mazaurette (Rien ne nous survivra), sans oublier Jean-Pierre Goux (Ombres et lumières) ou les romans de chez Interkeltia (collection « SF Utopia »). Les éditions libertaires lancent même en 2005 une collection entièrement dédiée à la science-fiction, « Nos Futurs », qui après avoir publié six titres inédits est en sommeil depuis déjà cinq ans.

Cette année, ce sont les éditions du Passager clandestin, que l’on connaissait essentiellement pour leurs rééditions de textes plus ou moins connus du mouvement ouvrier, leur publications d’esprit libertaire ou en phase avec les divers terrains de lutte de l’extrême gauche actuelle, qui ont décidé de lancer leur propre collection de science-fiction. Intitulée « Dyschroniques », elle arbore comme bannière ce terme, qualifiant initialement le déficit d’adaptation à son époque, pour le retourner et en faire le symbole de tous ceux qui refusent le conformisme et écrivent à contre-courant de leur époque. On peut également y voir un écho d’un autre terme, celui de dystopie, envers de l’utopie, qui fit florès au XXe siècle. Huit titres sont parus à ce jour, et leur particularité est d’être en général d’un format plutôt court (nouvelle ou novella), privilégiant le patrimoine littéraire anglo-saxon (seuls deux titres sont européens) et la période allant du début des Trente Glorieuses jusqu’à la fin des années 70, ayant tous en commun d’avoir entrevu des tendances négatives de l’évolution de nos sociétés.

Pour nous pencher en détails sur ce programme éditorial, nous avons choisi de livrer une analyse approfondie de tous ces courts ouvrages, chacune constituant un épisode de ce que nous avons pensé comme un feuilleton critique, s’ouvrant et se concluant par des considérations plus générales, avec en complément un entretien mené par le biais d’Internet avec les éditions Le Passager clandestin (Nicolas Bayart, Dominique Bellec, Frédérique Giacomoni et Philippe Lécuyer).

1 Natacha Vas-Deyres, Ces Français qui ont écrit demain. Utopie, anticipation et science-fiction au XXe siècle : http://dissidences.hypotheses.org/2799

2 Voir notre article « Mai 68 et la science-fiction française : naissance d’une littérature révolutionnaire ? », in Dissidences, volume 4, avril 2008, p. 132 à 149. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.