Christine Belsoeur, Une vie ouvrière. Un demi-siècle de parcours militant, Paris, L’Harmattan, collection « Graveurs de mémoire », 2011, 269 pages, 24,50 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce livre retrace le parcours de la dirigeante syndicale CFDT Yvonne Delemotte, qui accède en 2002 à la Commission exécutive confédérale, au moment où François Chérèque devient secrétaire général. Il représente également une contribution de première importance à l’histoire et à la dynamique de la gauche CFDT, incarnée par la fédération Hacuitex, et de son alignement final sur le recentrage de la centrale. Christine Belsoeur, l’auteure, également militante CFDT et ancienne assistante d’Yvonne Delemotte, est ici sa biographe. Loin de toute tentation hagiographique, sa plume apparaît au contraire comme faite de retenue, de distanciation critique, nourrie de nombreuses références. Le récit suit un classique ordre chronologique et se déploie en trois grandes parties. Les quatre premiers chapitres sont consacrés à la présentation du contexte économique (place du textile) et aux années de formation. Yvonne Delemotte provient, trait singulier, d’une famille laïque et socialiste, étrangère au milieu catholique. C’est beaucoup plus tard qu’elle rencontre des militants du MLO (Mouvement de libération ouvrière). Son milieu est marqué par le paternalisme des patrons du textile. Ses parents bénéficient même d’un prêt personnel pour l’achat de leur maison. Sa vie professionnelle commence à 14 ans à la Redoute. A 16 ans, elle tombe enceinte et la voilà fille-mère. Cette incartade provoque l’interruption des études de sa sœur, qui part à l’usine. Ses parents pensent en effet que ça ne sert à rien de poursuivre l’école si c’est pour tomber enceinte à 16 ans ! La seconde partie porte sur la découverte du monde syndical et politique. En 1967, Yvonne Delemotte trouve un nouvel employeur et adhère à la CFDT, sa nouvelle entreprise étant d’une taille beaucoup plus importante que les précédentes, et est donc dotée d’une implantation syndicale. 1968 constitue évidemment un tournant, même si Yvonne Delemotte passe le plus clair de son temps à la maison, durant un mois de Mai qui n’a pas grand-chose à voir avec celui des étudiants. C’est au retour des vacances qu’elle est démarchée par les responsables de la section syndicale pour être candidate aux élections du Comité d’entreprise. Quelques années plus tard, elle prend également sa carte au PSU. C’est au sein de ce parti qu’elle rencontre des militants d’un des courants de la gauche, la GOP (Gauche ouvrière et paysanne), influencée par le maoïsme. A 25 ans, c’est une militante aguerrie qui cumule les mandats, aussi bien dans son entreprise que dans la branche textile et son syndicat Hacuitex (Habillement, cuir, textile). Cette fédération se situe très clairement à la gauche de la CFDT. Elle est par exemple hostile aux Assistes du socialisme, ou une importante partie du PSU, emmenée par Michel Rocard, rejoint le Parti socialiste. Hacuitex se situe sur une ligne autogestionnaire et combative, mettant le rapport de force et la grève au premier plan. Au cours des années 70, elle est directement en prise avec plusieurs conflits dans le textile, qui commence à subir une crise rampante. Cela l’amène à exercer des responsabilités nationales dans sa fédération. Totalement dévouée à son organisation, Yvonne Delemotte n’a pas de vie privée. L éducation de son fils s’en ressent. De ce point de vue, la construction du propos par la narratrice est tout à fait intéressante, car Christine Belsoeur n’ignore pas les dimensions privées de son personnage. On lira donc avec intérêt les passages consacrés à l’éducation du fils. La dernière partie, la plus politique, porte sur l’exercice des responsabilités nationales, puisqu’elle devient secrétaire générale d’Hacuitex. De nombreux développements sont proposés sur les pratiques syndicales mises en œuvre (un seul exemple : les oppositions entre la fédération et ses syndicat sur la question du rendement, de la polyvalence ou encore de la flexibilité). De très substantiels aperçus sont également fournis sur l’évolution politique de cette fédération, qui, contrainte par la crise croissante de son secteur industriel, finit par accepter le recentrage de la centrale. Le congrès confédéral de Bordeaux (1985) constitue l’ultime épisode de la bataille interne. Un contre-texte est présenté, mais il est minoritaire. L’opposition d’Hacuitex s’épuise et la fédération rejoint la majorité confédérale. Sans jamais adhérer totalement à cette majorité, les prises de position d’Yvonne Delemotte et de sa fédération confirment l’orientation de la CFDT vers toujours plus de pragmatisme. Yvonne Delemotte s’oppose ainsi frontalement au regroupement Tous ensemble, rassemblement des opposants, qu’elle considère comme une fraction politique, tout en essayant pourtant de jouer les intermédiaires avec la direction confédérale. Elle soutient, de manière critique, l’approbation du plan Juppé en 1995, et en 2002 elle est élue à la Commission exécutive. Malgré cette entrée dans la direction, elle est tenue éloignée des sphères décisionnelles. C’est ainsi que la seule ouvrière de la direction CFDT est affectée à la direction de l’espace Belleville, lequel organise les expositions dans le hall de la CFDT … Son parcours se termine par la création en 2006 de sa propre entreprise de conseil dans le logement social, tandis qu’Hacuitex, exsangue, est intégrée en 2007 dans la fédération des services.

Pour tous ceux que le syndicalisme hexagonal passionne, on ne saurait trop conseiller la lecture de cet ouvrage, dont certaines dimensions ne peuvent être développées ici, comme le rapport de cette déclassée à la culture – question sur laquelle Christine Belsoeur fournit de très intéressants aspects – ou sur les mœurs et pratiques au sein du mouvement syndical. De ce point de vue, cette biographie peut se lire aussi comme une contribution à la sociologie des intellectuels organiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.