Yang Yuping, Baudelaire et la Révolution culturelle chinoise, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, collection « page ouverte », 2013, 336 pages, 21,50 €

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce livre entend démontrer que l’auteur des Fleurs du Mal a cristallisé la curiosité et la passion de jeunes lecteurs et poètes chinois durant la Révolution culturelle. Il revient sur la réception (partielle) de Baudelaire, les enjeux de ses traductions, le champ littéraire de l’Empire du milieu et le contexte politique qui les sur-détermine. C’est à un voyage semi-clandestin, au sein de « l’écriture potentielle », que nous invite l’auteur. Le lecteur y découvre de jeunes étudiants (Shi Zhi, Duo Duo, Bei Dao…), pour la plupart issus de l’élite, qui ont lu Baudelaire avec le regard amer et blessé de la terreur de la Révolution culturelle, à laquelle ils ont le plus souvent cru au début et parfois même participé. Nombre d’entre eux d’ailleurs connurent un destin tragique.

Yang Yuping situe cette littérature souterraine – qui, si elle « ne s’oppose pas nécessairement à l’idéologie officielle, [elle] s’en écarte nettement » – en la confrontant à l’isolement de la Chine au tournant des années 1970. L’attrait des littératures occidentales modernes est alors « fonction du contraste par lequel elles tranchent avec le discours officiel et de la condamnation dont elles font l’objet » (p. 76-77). En outre, il met en avant le fait que la lecture de Baudelaire fonctionne en ces années « comme une allégorie politique » (p. 106). Cependant, l’auteur tend parfois à réduire la richesse et la contradiction de la poésie de Baudelaire à l’interprétation très située qu’en font alors ces jeunes poètes chinois, qui veulent y voir un refuge ou un remède contre la poésie politique lyrique. Dès lors, la lecture insiste sur « l’art pur » ou l’art pour l’art, son satanisme ou le caractère décadent de Baudelaire, qui sont loin de faire l’unanimité parmi les critiques de l’auteur du Spleen (on ne citera ici en exemple que des chercheurs aussi différents que Steve Murphy, Lectures des Fleurs du Mal, Paris, 2002, et Dolf Oehler, Le spleen contre l’oubli, juin 1848 : Baudelaire, Flaubert, Heine, Herzen, Paris, 1996).

Si le sujet est foncièrement original, plus encore pour des lecteurs francophone, rares sont cependant les poèmes chinois cités qui font impression – ceux de Bei Dao et les poèmes d’amour de Duo Duo en font partie ; soit qu’ils paraissent comme des imitations ou des exercices de style de Baudelaire, soit qu’ils nous demeurent trop éloignés. Enfin, Yang Yuping n’éclaire pas le lecteur sur le paradoxal héritage de ces poètes « maudits », qui sont aujourd’hui largement publiés, diffusés et lus dans leur pays.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.