John Peter Nettl, Rosa Luxemburg, Paris, Spartacus, 2012, 566 pages, 28 €

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Une fois de plus, les éditions Spartacus font œuvre salutaire en publiant cette éditions abrégée (substantielle si l’on songe que le volume compte plus de 550 pages quand même) de cette biographie de référence. Il y a quarante ans, feu les éditions Maspero publiaient, en deux volumes de plus de 900 pages au total, la traduction française1 de l’édition complète, parue en 1966 en anglais. Mort accidentellement en 1968, John Peter Nettl avait eu le temps d’achever une version abrégée de son livre, parue en anglais et allemand. C’est cette version que publie aujourd’hui Spartacus. Au moment où une édition complète des œuvres de Rosa Luxemburg est en cours de publication par le collectif d’édition Smolny et les éditions Agone2, on ne peut que saluer l’énorme travail éditorial fourni par un petit éditeur comme Spartacus.

Seize chapitres permettent d’évoquer le parcours et l’évolution de la pensée de Rosa Luxemburg, de ses premières années en Pologne à ses études en Suisse, puis son installation définitive en Allemagne et son rôle dans l’aile gauche de la social-démocratie allemande et internationale, puisqu’elle siège dans les instances de la IIe Internationale. Le lecteur ne devrait plus ignorer quoi que ce soit de sa vie à l’issue de cette lecture, même s’il existe une excellente biographie de Rosa Luxemburg, hélas non traduite en français, d’Annelies Laschistza, Im Lebensrauch, trotz alledem- Rosa Luxemburg, Aufbau-Taschenbuch Verlag, 2000, présentée comme « le récit le plus minutieux de son existence » (note 11, p. 10). Mais l’intérêt premier du livre de Nettl ne réside pas tant dans l’évocation précise des différents aspects de la vie de la révolutionnaire, mais plutôt dans la minutieuse contextualisation de son activité et de sa pensée. En effet, Rosa Luxemburg a évolué dans un espace politique particulièrement complexe, situé entre la social-démocratie polonaise, la social-démocratie allemande qui devint son centre d’activité et la social-démocratie russe. D’ailleurs, John Peter Nettl est si conscient du méticuleux travail auquel il doit s’atteler pour faire comprendre le sens et la profondeur de la pensée de Rosa Luxemburg qu’il ne fait pas commencer son livre (chapitre 1) par l’évocation de sa jeunesse, mais par une réflexion sur la nécessité d’une biographie maintenant (c’est-à-dire au moment où il écrit, en 1968). En effet, Rosa Luxemburg est perçue, dans la tradition marxiste, comme celle qui défend la démocratie – que l’on opposait violemment à la figure des bolcheviques et singulièrement de Lénine3 – et qui se fait également l’apôtre de la spontanéité révolutionnaire. Bien au-delà cet aspect, John Peter Nettl se propose de redécouvrir l’originalité de la pensée de Rosa Luxemburg, qu’il envisage dans une perspective éthique, au sens où elle rompait radicalement avec le matérialisme étroitement économiste de la IIe Internationale : « elle voyait dans la révolution sociale et dans l’activité socialiste révolutionnaire non la seule vérification des lois du matérialisme dialectique, mais la libération et le progrès de l’humanité (…) L’idée directrice de Rosa Luxemburg n’était pas la démocratie, la liberté individuelle ou la spontanéité, mais la participation : le frottement qui produit l’énergie révolutionnaire, qui à son tour, fait mûrir la conscience de classe et la révolution » (p. 31). Notons un autre aspect, particulièrement stimulant pour comprendre le personnage de Rosa Luxemburg, figurant dans ces notes introductives (fort riches sur la psychologie de la dirigeante, son rapport à l’argent, son style de vie, ses goûts esthétiques classiques et sa faible attirance pour la modernité et l’avant-garde littéraire, musicale ou picturale), qui lui fut souvent reproché, son assurance politique. John Peter Nettl montre ainsi que ce trait relève moins de la psychologie de Rosa Luxemburg que de son ancrage proprement politique dans l’animation du groupe dirigeant de la SDKPIL (la social-démocratie polonaise) entre 1893 et 1906, sans doute le plus brillant groupe dirigeant ouvrier en Europe, devançant les bolcheviques4. C’est d’ailleurs cette place à l’intersection de traditions politiques variées qui explique son rapport non national à la politique. Si Rosa Luxemburg passa la plus grande partie de sa vie en Allemagne, elle se sentait non pas liée à l’Allemagne, mais au SPD ou plus exactement au socialisme (c’est d’ailleurs ce qui permet de comprendre aussi son rapport à la judéité). De ce point de vue, le texte présenté, en annexe, sur la question nationale est tout à fait éclairant sur la place qu’elle accordait à la nation. On le voit, et sans rentrer dans les multiples notations ou évocations de ce premier chapitre, le propos tenu se révèle d’une extrême richesse. Pour donner une idée de la façon dont John Peter Nettl entend orienter et contextualiser son récit, on se limitera aux premières phrases du chapitre II, « Les premières années en Pologne, 1871-1890 » : « Cette histoire se déroule dans la partie orientale de l’Europe, entre Berlin et Saint-Pétersbourg. Il nous faut commence à l’Est par le meurtre du tsar Alexandre II…. » (p. 49). Laissons au lecteur le plaisir ardent de plonger dans ce texte riche et très suggestif. Ici ou là, le propos se décentre de la biographie pour aborder l’apport propre de Rosa Luxemburg aux débats politiques. C’est le cas par exemple du chapitre 9 qui fournit une belle synthèse de la querelle révisionniste, de la question de la grève de masse ou encore des théories de l’impérialisme. La concision du propos déployé ici par John Peter Nettl est un bel exemple d’une approche didactique au sens le plus noble du terme. Le chapitre XI évoque ensuite un aspect très peu connu, hormis de quelques spécialistes, qui concerne les relations et débats entre la social-démocratie russe et la polonaise entre 1907 et 1914, occasion de découvrir l’ampleur des questions théoriques qui se sont déployées dans cet espace à cette période. Les quatre derniers chapitres (XIII à XVI) sont les plus fondamentaux. Ils portent sur l’attitude face à la guerre, l’analyse du processus révolutionnaire russe, le début de la révolution allemande des conseils et la fondation du KPD (Parti communiste allemand). S’il n’est toujours pas possible de détailler chacune de ces parties, elles contiennent une somme vertigineuse d’informations et d’analyses sur ces quelques années trépidantes et cruciales pour le sort du socialisme mondial et allemand singulièrement. À l’encontre des analystes qui opposent Rosa Luxemburg à Lénine, John Peter Nettl, dans une attentive lecture de sa brochure sur la révolution russe, montre clairement qu’il serait vain d’opposer ces deux révolutionnaires. Clairement, Rosa Luxemburg ne rejette pas la révolution conduite par les bolcheviques, mais engage un dialogue exigeant et critique avec les révolutionnaires d’Octobre. Comme l’exprime l’auteur : « Ceux que réjouit la critique des fondements même de la révolution bolchevique feront mieux de s’adresser ailleurs » (p. 468). De cette lecture, l’on sort convaincu de la place décisive qu’occupe Rosa Luxemburg dans la théorie socialiste, voire même au-delà, tant elle offre « un ensemble de conceptions où se combinent d’une manière inégalée une adhésion totale à la dialectique matérialiste et une insistance sans concessions sur les aspects humanistes et émancipateurs de la démocratie révolutionnaire » (p. 534). Reste à se plonger dans ses textes, dont l’édition en cours permet une appropriation aisée.

1John Peter Nettl, La vie et l’œuvre de Rosa Luxemburg, Paris, François Maspero, collection « Bibliothèque socialiste », 2 volumes, 1972, 966 pages.

2Le premier volume, Introduction à l’économie politique, est paru en 2009, le second, À l’école du socialisme, en 2012 et le troisième, Le socialisme en France, vient de paraître (octobre 2013) : http://www.atheles.org/agone/rosaluxemburg/

3Tradition qui ne s’est pas éteinte et qui tend même à virer à la caricature dans le livre de David Mulhmann, Réconcilier marxisme et démocratie, Paris, Seuil, 2010, que l’auteur propose lui-même de sous-titrer « Du bon usage de Rosa Luxemburg ».

4Lire p. 38-39 l’évocation de cette direction révolutionnaire dont les ultimes survivants sont exécutés par Staline en 1938.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *