André et Dori Prudhommeaux, Catalogne libertaire, 1936-1937, suivi de Que sont la CNT et la FAI ?, Toulouse, Cahiers du Coquelicot, n° 3, 2012, 105 pages, 10 €

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Il s’agit d’une énième réédition de deux brochures de ce couple de libertaires, partis début août 36 en Espagne, qui publient un journal, L’Espagne antifasciste. Lequel journal, financé par la CNT, voit ses fonds coupés, du fait des critiques multiples qui sont publiées sur la participation ministérielle des anarchistes au gouvernement républicain. La première brochure porte sur la question de l’armement du peuple dans la révolution espagnole. Elle comporte de nombreux extraits de l’Espagne antifasciste et quelques documents en appendice. De loin, c’est le texte le plus intéressant, car il rapporte les positions exprimées par les courants libertaires contre la militarisation des milices, souhaitée aussi bien par le gouvernement républicain que par les forces communistes. Il s’agit d’un document très clair et percutant sur la primauté accordée par le courant libertaire à l’énergie politique du peuple en armes sur ce qu’il considérait comme une régression militariste, qui finit par triompher. Sur de nombreux aspects, les Pruhommeaux fournissent des arguments tout à fait intéressants, comme la question de la solde, de l’élection des dirigeants militaires, du rôle de la répartition de l’armement, sur le refus d’un commandement unique, sur l’opposition entre la politisation des milices et la dépolitisation de l’armée… Publiée au tout début 37, cette brochure esquisse cependant un certain nombre de questions comme l’intervention armée allemande et italienne, la nécessité d’un armement lourd (alors que seuls des fusils de qualité sont réclamés), ou encore un certain degré nécessaire de centralisation du commandement militaire refusé par les anarchistes. Si les Prudhommaux soulignent le sursaut révolutionnaire qui s’est emparé des masses à Madrid une fois le gouvernement évacué à Valence, ils en omettent pourtant la stricte question militaire. Toute l’énergie populaire n’a pas pu empêcher la capitale de subir un bombardement aérien sans capacité de riposte à la hauteur. La mise en avant de la conscience révolutionnaire pour gagner la guerre est sans doute juste, mais manque néanmoins de réalisme. Quant à la seconde brochure, Que sont les CNT et la FAI ? , il s’agit d’une brochure de présentation assez hagiographique de ces deux organisations libertaires. Le ton totalement acritique de la présentation qui en est faite ne permet en aucun cas au lecteur de comprendre comment ce « cœur du prolétariat espagnol » a pu renoncer à sa politique, se faire vaincre et accepter, au final, que ses dirigeants adoptent celle du Parti communiste espagnol, aligné sur Moscou. Il n’en reste pas moins que cette réédition est tout à fait intéressante, car elle plonge le lecteur dans les documents de l’époque, montrant l’ampleur du processus révolutionnaire en cours. La chute est moins souriante, certes, mais les potentialités existaient bien, ce que confirment ces textes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.