Philippe Pelletier, Anarchisme vent debout ! Idées reçues sur le mouvement libertaire, Paris, Le Cavalier bleu, collection « Idées reçues », 2013, 254 pages, 22 €

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Philippe Pelletier livre pour la collection Idées reçues du Cavalier bleu ce stimulant petit opus. Il n’en est pas à son coup d’essai puisqu’en géographe (Université de Lyon II), il a proposé déjà trois ouvrages sur Elisée Reclus, l’anarchisme : Elisée Reclus, géographie et anarchie (Editions libertaires, 2009), Géographie et anarchie. Reclus, Kropotkine, Metchnikoff (Editions Libertaires, 2013), Elisée Reclus, théorie géographique et théorie anarchiste (Edition Place d’armes, 2013). Pour ce petit volume du Cavalier bleu, l’anarchisme se saisit « vent debout », s’opposant point par point, plus que s’arc-boutant, aux myriades de représentations erronées de ce courant, puisque « l’anarchisme est propice aux idées reçues » (p. 237).

L’introduction, par un jeu sur les définitions – le mot surgit en 1694 dans le Dictionnaire de l’Académie française – rend compte de la polysémie et de la positivité du terme, à l’encontre du sens commun qui identifie l’anarchisme au chaos, au nihilisme. Par touches d’ailleurs, au cours des pages, l’auteur semble davantage s’arrimer à la typologie conçue par Gaetano Manfredonia autour de trois idéal-type anarchistes – l’insurrectionnalisme, le syndicalisme et l’éducationnisme-réalisateur – plutôt qu’à une traditionnelle (et obsolète) déclinaison en courant (individualisme, communisme-libertaire, anarcho-syndicalisme). Au fil d’idées reçues qu’il s’agit tout autant d’éclairer (elles furent forgées par les adversaires politiques de l’anarchisme) que de réfuter, corriger, l’ouvrage offre donc une solide introduction au panorama historique et actuel de l’anarchisme.

Quatre temps rythment l’exposé. L’idée sous tensions (le pluriel importe) revisite un certain nombre d’idées reçues, dont « ni dieu, ni maître », ou l’existence d’un anarchisme de droite. On retiendra notamment ce passage, consacré à récuser l’affirmation passe-partout, l’anarchie c’est le chaos. « L’anarchie – qui repose sur des règles librement consenties – ne se confond donc pas avec anomie et chaos » (p. 46) : elle est historiquement dans l’AIT (Association internationale des travailleurs), le principe d’autorité sans État et, que ce soit lors de l’épisode de la propagande par le fait ou maintenant, elle ne vise pas à la destruction simple de l’ordre social mais considère que ces phases radicales de destruction sont nécessaires pour l’établissement d’une nouvelle forme d’organisation. Exit donc les réductions nihilistes contemporaines de l’anarchisme, et Philippe Pelletier d’ouvrir alors un second volet de la réflexion, celui des moyens confrontés à la théorie. Le menu est copieux, interrogeant le lien au terrorisme, travaillant en profondeur la relation des hackers à l’anarchisme et, question séminale pour Dissidences, le rapport de l’anarchisme à l’extrême-gauche1. L’analyse alors s’articule autour de la rupture de mai 68 et la réduction qu’elle engendre de l’anarchisme au gauchisme (p. 119). On opine alors à la conclusion : « Déstabilisant dans ses idées, souvent provocateur dans sa dynamique, exigeant avec lui-même, l’anarchisme ne cultive pas l’agitation pour l’agitation. Il n’attend pas non plus le Grand Soir l’arme au pied. Si la révolution est l’une des composantes originelles, sinon intrinsèques, ce qui constitue un point commun avec le gauchisme, elle ne résume pas toute sa démarche. Aux côtés des stratégies insurrectionnalistes, ou même en dehors d’elles, les anarchistes pratiquent aussi le syndicalisme au quotidien ainsi que l’éducationnisme-réalisateur dans une perspective de rupture. Il ne faut pas confondre ces modes d’action avec le réformisme » (p. 125). L’État est là pivot de cette différence. Le Mouvement dans la société complète logiquement cette exploration. Marginalité, nihilisme, bohème des anarchistes, lien au féminisme, à la désorganisation ou à leur supposé sectarisme sont disséqués. Le chapitre le plus stimulant est alors sans doute celui consacré aux Indignés dans leur rapport à l’anarchisme ; leur choix de la non-violence contre le système à l’opposé des zapatistes contemporains. L’ouvrage se clôt alors sur le projet émancipateur, son caractère utopique, son rapport au pouvoir. Logiques diachronique, synchronique et spatiale d’expositions s’entremêlent alors pour restituer toute la richesse et la polysémie de l’anarchisme. Alors, en conclusion, on comprend que si « l’anarchisme est propice aux idées reçues », cette lecture en les réfutant invite à entrer davantage dans la connaissance du mouvement libertaire. Une bibliographie vaut alors boussole.

A lire, et compulser au gré des en-têtes de chapitre donc, afin de répliquer au simplisme (ou au dogmatisme) des représentations toutes faites sur l’une des composantes essentielles de l’histoire intellectuelle, politique, culturelle et sociale des gauches.

1 Le volume 14 de la revue papier (prévu pour 2014) et les compléments du numéro de printemps 2014 de la revue électronique seront consacrés à cette question.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.