Lino Aldani, 37° centigrades (Trentasette centigradi), Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin, collection « Dyschroniques » n° 5, 2013 (édition originale en 1963, première édition en français en 1964), 96 pages, 6 €

Un billet de Jean-Guillaume Lanuque (V)

Lino Aldani (1926-2009), bien qu’ayant été une figure d’importance de la science-fiction en Italie, n’a pas vraiment laissé une marque indélébile au sein du genre français, en dépit de plusieurs traductions. La meilleure preuve en est cette réédition, la première de l’auteur en France depuis 1989 et son recueil La Maison-femme chez Présence du Futur. 37° Centigrades est une nouvelle datant de 1963, et qui fut éditée dans l’hexagone dès l’année suivante, dans un numéro spécial de la revue Fiction consacré à la science-fiction italienne.

L’action se déroule quasiment toute entière à Rome, mais une Rome du XXIe siècle, au sein de laquelle le jeune Nicola Berti peine à trouver sa place. Amoureux de la ravissante Doris, il souffre en effet du poids écrasant imposé par la CGM, la Convention générale médicale. Croyant faire acte de rébellion et de liberté, il décide alors de résilier son appartenance à cette dernière, mais lors d’une partie de campagne avec Doris il se blesser à une clôture en fil barbelé. Dès lors, face à une inflammation qui s’aggrave très rapidement, Nicola ne peut avoir accès à cette médecine efficace qu’il a imprudemment reniée dans l’enthousiasme de la jeunesse… Il faut dire que dans cette société à venir, la médecine est un service extrêmement coûteux, mais qui en contrepartie des versements réguliers dont bénéficie la CGM, assure une couverture totale et immédiate à ses adhérents.

Lino Aldani, ce faisant, anticipe d’une manière frappante le principe de précaution, qui allait s’imposer surtout à compter des années 1990, avec ses inspecteurs de la CGM présents pratiquement partout dans le tissu social, soucieux de vérifier que chaque assuré possède bien sur lui les vêtements protecteurs adéquats, les médicaments préventifs idoines, et qu’il ne prend pas de risque inconsidéré dans sa vie quotidienne, sous peine d’amendes et/ou de contrôles médicaux approfondis (à l’époque de rédaction, l’auteur voit d’ailleurs le seuil de dix cigarettes par jour comme une contrainte déjà extrême !). Plus largement, la focale de Lino Aldani a pour cible la société de consommation, alors en plein essor en Italie et dans le reste du monde occidental. La publicité est omniprésente, comme le spectacle et son opium représenté par des chansons simplettes, et l’obtention d’une voiture est un rêve collectif de première importance. Légers signes d’anticipation technologique, les véhicules se déplacent ici par lévitation. Entrevus brièvement, les songes de Nicola ouvrent sur un retour à la terre et à la ruralité face à une vie urbaine perçue comme étouffante1.

Avec cette nouvelle, c’est plus largement le contrôle technocratique sur les vies de tous que Lino Aldani entend mettre à jour et dénoncer2. Et si son ancrage à gauche est illustré par sa critique d’un capital s’étant reporté sur les médecins, nouveaux bourgeois, on peut également y discerner une mise en garde contre une certaine vision du socialisme, étatique et désireuse d’obtenir le bonheur des masses malgré elles. 37° Centigrades souffre néanmoins d’une taille trop réduite pour que le monde décrit soit suffisamment développé, et pour que l’histoire individuelle soit davantage qu’une évolution linéaire somme toute facilement prévisible.

1 Ayant lui-même expérimenté ce retour à la terre, Lino Aldani y consacre un roman en 1976, Quand les racines, paru deux ans plus tard en France (Paris, Denoël, collection « Présence du futur », 1978).

2 Un recueil de nouvelles paru dans la même décennie, Bonne nuit Sophia (Paris, Denoël, collection « Présence du futur », 1965), contient également un texte intitulé « Technocratie intégrale ».  


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.