Mack Reynolds, Le Mercenaire (Mercenary), Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin, collection « Dyschroniques » n° 4, 2013 (édition originale en 1962, première édition en français en 1980), 128 pages, 8 €

Un billet de Jean-Guillaume Lanuque (IV)

Contrairement aux précédents auteurs publiés dans la collection « Dyschroniques », Dallas McCord alias Mack Reynolds, auteur étatsunien né en 1917 et décédé en 1983, est à la fois nettement moins connu et moins productif. Il se distingue toutefois par un ancrage politique plus affirmé, son père, Verne L. Reynolds, ayant été par deux fois (1928, 1932) le candidat du Socialist Labor Party of America (un des deux partis socialistes des États-Unis) pour les élections présidentielles. Lui-même est clairement marqué par les idées socialistes, ce qui transparaît parfaitement dans cette nouvelle transformée plus tard en roman. Publiée initialement en 1962, elle est diffusée en France pour la première fois en 1980, dans une anthologie de Joe Haldeman, La 3e guerre mondiale n’aura pas lieu.

L’action du texte « Le Mercenaire » se déroule dans un XXIe siècle où la guerre froide s’est transmuée en équilibre apparemment stable. Aux États-Unis, la guerre s’exerce désormais entre entreprises et syndicats, ou les uns contre les autres, en une application brute de la guerre de classes (avec ses véritables violences physiques contre le mouvement ouvrier) et de la guerre économique. Dans ce contexte, Joe Mauser, vétéran de ces affrontements, s’engage du côté de l’entreprise de transports Aspirotube, donnée perdante face à son rival Aéroglisseur. Si la plongée dans l’action est immédiate, le dénouement de l’intrigue est à la fois rapide et peu surprenant. Désireux de grimper les échelons de la hiérarchie sociale, Mauser parvient à contourner les limites imposées à ces conflits économiques, l’interdiction d’utiliser des armements et du matériel postérieurs à 1900 (une influence possible du poids de la guerre de sécession dans les mentalités collectives), mais sans pour autant atteindre son objectif strictement individualiste en raison d’un changement à la tête de l’entreprise Aspirotube.

Le plus intéressant réside bien sûr dans le tableau de cette société étatsunienne, dans laquelle on reconnaît à la fois les caractéristiques de celle contemporaine de l’écriture du récit et certains germes qui ne demandaient alors qu’à se développer. La structure sociale est bien composée de classes distinctes, mais elles sont ici d’une rigidité quasiment parfaite. Inférieurs, Intermédiaires et Supérieurs ont au moins le mérite de la clarté dans leurs dénominations respectives, ces trois catégories principales étant elles-mêmes subdivisées en Sections, spécialisées dans une branche professionnelle précise. Suivant en cela l’idée de reproduction sociale, mise en évidence à la même époque par Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron en France dans Les Héritiers, Mack Reynolds précise que ces classes sont pratiquement devenues des castes héréditaires. Un des seuls moyens pour espérer améliorer son positionnement hiérarchique réside dans l’engagement au sein de l’armée, ombre portée possible de la démocratisation partielle véhiculée par l’armée étatsunienne durant la Seconde Guerre mondiale1.

L’autre élément essentiel de cette critique sociale, c’est la prédominance écrasante des loisirs, en une réplique de l’Antiquité romaine et de la fameuse formule de Juvénal, panem et circenses (on y retrouve un succédané des saturnales, tout comme l’attrait sexuel suscité par les gladiateurs des temps modernes). Les masses populaires sont en effet aliénées par des tranquillisants (les tranks), dans le même temps où l’armée opère des expériences autour du LSD ; la télévision a acquis une place monopolistique dans les distractions, en particulier via la retransmission des affrontements évoqués, en une remarquable prescience du voyeurisme et de la démagogie des programmes télévisuels récents. Le travail est désormais réduit à la portion congrue, du fait de l’automatisation grandissante des processus de production, et chacun a droit à un minimum vital lié à la possession d’un seuil d’actions.

Ce « capitalisme du peuple », Mack Reynolds n’hésite pas à le renvoyer dos à dos avec le système soviétique, en pleine réactivation de la tension Est-Ouest2. Les élections, selon lui, ne servent qu’à la galerie, le système du bi-partisme supprimant toute réelle possibilité de choix démocratique. « Là-bas, ils disent que le prolétariat est propriétaire des moyens de production. Très bien. Mais ils sont en réalité contrôlés par les membres du Parti qui soignent bien leurs intérêts. Leurs cadres du Parti et nos Supérieurs à nous, c’est pareil » (p. 55). Toutefois, cette réflexion sur un système capitaliste parvenu en bout de course, en une période de déclin qui justifie d’autant plus le rapprochement avec la Rome antique, s’accompagne d’un certain pessimisme, sensible dans le constat de la passivité du peuple et l’impossibilité pour ce dernier, aliéné trop en profondeur, de prendre les commandes de la société…

1 Voir les mémoires d’Howard Zinn, L’impossible neutralité. Autobiographie d’un historien et militant, Marseille, Agone, collection « MémoireSociale », 2006 (1994 pour l’édition originale).

2 En se faisant au passage des illusions sur un supposé communisme inca, p. 86. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.