Julie Gothuey, Quidora Morales La Mura, Thomas Pierre, François Oudin, Sabrina Sinigaglia-Amadio, Jérémy Sinigaglia, Enquêter sur le genre. Terrains et pratiques, Nancy, PUN-Éditions universitaires de Lorraine, 2012, 193 pages, 15 €.

Un compte rendu de Maud Navarre

Issu des journées d’études qui se sont tenues les 4 et 5 juin 2009 à l’Université de Lorraine, cet ouvrage a pour objectif de contribuer à la valorisation des études de genre en publiant des recherches de jeunes chercheurs (doctorant-e-s et docteur-e-s) et en proposant une réflexion critique sur les usages actuels du concept dans les sciences humaines. Il se structure en trois parties. Les deux premières présentent les résultats de recherches menées dans le domaine artistique ainsi que dans le milieu professionnel et militant. La troisième partie regroupe des contributions de chercheurs confirmés. Ces derniers expliquent leur positionnement théorique, à travers les diverses études qui les ont conduits à utiliser la notion de genre.

La première partie débute par la contribution originale de Nelly Quemener. Cette dernière analyse plusieurs générations d’humoristes français, à partir du milieu des années 1980, dans le but de saisir les représentations des femmes. On passe ainsi de la féminité vulgaire et stéréotypée, incarnée par Antoine De Caunes et José Garcia dans Nulle Part Ailleurs (Canal +) à partir de la fin des années 1980, à de nouvelles figures féminines à partir du début des années 2000, comme celle de Julie Ferrier ou Florence Foresti. Elles incarnent des formes d’empowerment dans la mesure où ce sont des femmes qui se livrent à la satire des femmes, et non plus des hommes. Cet humour au féminin conduit même à tourner en dérision certains regards d’hommes sur les femmes, par exemple, lorsque Armelle se déguise en Petite Sirène dans le célèbre talk show, T’empêches tout le monde de dormir, afin de caricaturer les fantasmes masculins de Philippe Lucas, l’entraîneur de Laure Manaudou dont les affaires sentimentales étaient particulièrement médiatisées à cette époque. Reguina Hatzipetrou-Andrnikou s’intéresse ensuite au parcours des femmes instrumentistes de musique traditionnelle en Grèce. Elle analyse leur socialisation dans ce milieu masculin. Puis, Irina Kirchberg propose une étude de la natation synchronisée. Elle montre comment les performances sportives des nageuses sont dévalorisées, voire tues, par les commentateurs de cette discipline olympique, au profit des dimensions esthétiques. Les normes de genre conduisent les nageuses à jouer des marqueurs de la féminité à travers leur tenue, par exemple, afin de correspondre aux attentes et à masquer la dimension « masculine » de leurs performances.

La deuxième partie se compose de quatre autres contributions relatives au monde professionnel et militant. Ève Meuret-Campfort revient sur les grèves des ouvrières de l’usine Chantelle dans les années 1980 et 1990. Elle montre que la dimension genrée est absente des registres argumentatifs des ouvrières, ces dernières mobilisant davantage leur appartenance de classe que celle de genre. La principale explication de ce phénomène émane du contexte industriel de l’époque, marqué par des fermetures de chantiers navals. Établir des liens entre les différentes mobilisations est ainsi un moyen pour les femmes en grève d’obtenir le soutien des syndicats locaux et des autres ouvriers mobilisés. Ce sont les spectateurs de ce mouvement qui perçoivent cette lutte à travers son caractère féminin. Suivent ensuite trois autres contributions d’Alban Jacquemart concernant les mobilisations féministes d’hommes, d’Édith Gaillard au sujet des squats anarcho-féministes français et allemands et de Mathieu Caulier qui s’intéresse aux usages politiques du militantisme sacrificiel de femmes dans des ONG mexicaines.

La dernière partie du livre propose une réflexion sur les usages du genre. Laura Leonardi dresse le bilan des études de genre en Italie. Puis Lilian Mathieu revient sur son positionnement théorique – controversé, notons-le – à l’égard de la prostitution. Il montre les limites des approches féministes concernant cet objet d’étude en raison principalement du caractère non-systématisé des enquêtes menées sur le sujet. Pour lui, ces analyses relèvent davantage de l’ordre de la propagande idéologique que d’une démarche scientifique. Virginie Vinel présente ensuite les différents enjeux de ses recherches : concilier une analyse des déterminants structurels des comportements féminins avec la « puissance d’agir » (agency) dont disposent les femmes ; étudier les rapports sociaux de sexe sans durcir les clivages entre masculin et féminin ; mener des analyses microsociales du genre en tenant compte des autres rapports sociaux qui le structurent, notamment ceux d’âge. Au final, l’approche en situation qu’elle développe, avec l’équipe de recherche dont elle fait partie, au sujet de la construction du corps selon le genre et les âges de la vie (jeunesse et vieillesse), permet de saisir les déterminants institutionnels et les stratégies individuelles. Dans le dernier chapitre, Roland Pfefferkorn livre une synthèse des travaux menés aux États-Unis et de leur réception en France.

L’ouvrage se termine par une conclusion organisée autour de trois remarques concernant les études de genre en France : leur récente, mais incontestable, institutionnalisation ; la nécessité de développer ce champ d’étude en parfaite autonomie au regard des positionnements féministes ne reposant pas sur une démarche analytique rigoureuse ; la prise en compte de l’intersectionnalité c’est-à-dire de l’imbrication des rapports sociaux de sexe avec ceux d’âge, de classe, de « race », etc. Ceci représente les conditions sine qua non à la reconnaissance institutionnelle de ce domaine d’étude, le solipsisme risquant de le maintenir dans une position marginale. Si les terrains analysés dans cet ouvrage présentent le mérite d’être relativement inédits, voire marginaux, ils souffrent toutefois d’un déficit d’articulation. Les deux premières parties, sans titre explicite, manquent de mise en lien, tâche forcément ardue, compte tenue du caractère hétéroclite des analyses présentées, mais nécessaire dans un ouvrage collectif. Ce n’est qu’à la lecture de la conclusion que le lecteur peut mieux saisir les logiques qui ont présidé à l’organisation de l’ouvrage. La troisième partie est sans doute la plus aboutie car elle soulève des questions théoriques et épistémologiques concernant le genre. La conclusion y apporte quelques réponses permettant de dessiner les stratégies possibles pour une institutionnalisation définitive des gender studies en France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.