Ben Bova, Où cours-tu mon adversaire ? (Foeman, where do you flee ?), Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin, collection « Dyschroniques » n° 6, 2013 (édition originale en 1969, première édition en français en 1973), 128 pages, 8 €.

Un billet de Jean-Guillaume Lanuque (VI)

La nouvelle de Ben Bova, auteur vétéran de la science-fiction étatsunienne relativement peu traduit en français, fut originellement publiée en 1969, et pour la première fois en France dans les pages de la revue Galaxie en 1973. Le sujet est a priori fort classique. Dans un avenir indéterminé, plusieurs expéditions spatiales sont envoyées simultanément vers des étoiles relativement proches autour desquelles orbitent des planètes similaires à la Terre. Il faut dire que sur Titan, le satellite de Saturne, ont été découverts des constructions urbaines d’origine inconnue, dont les mécanismes sont encore en activité. La quête de ces expéditions est donc également d’essayer de découvrir l’espèce extra-terrestre qui a pu bâtir ces édifices. Le récit suit l’équipage du Carl Sagan, envoyé vers le système de Sirius, et qui y découvre une planète brûlée par son étoile. Pourtant, sur cet astre a priori hostile, pratiquement dépourvu de végétation et d’une vie animale grouillante, des créatures humanoïdes sont détectées… L’anthropologue de l’expédition, Lee, décide alors de se mêler à eux afin de déterminer leur nature exacte ; il finit ainsi par se demander s’il ne pourrait pas s’agir de descendants dégénérés de cette race extra-terrestre qui aurait autrefois affronté une première civilisation terrestre…

Avec cette histoire, Ben Bova se situe sur des thématiques largement explorées par une Ursula Le Guin, avec ce souci d’une connaissance ethnologique de l’autre, une empathie pour l’altérité (limitée ici par le caractère humanoïde de ces êtres), qui s’accompagne d’un dévoilement progressif de la véritable nature des choses. De ce rameau desséché d’une humanité en voie d’extinction, on retire finalement peu de choses, une illustration de la finitude des civilisations en même temps qu’une critique des guerres auto-destructrices, un thème constant pendant toute la durée de la guerre froide, avec en arrière-plan un léger vernis d’histoire mystérieuse et fantasmatique.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.