Nils Lätt, Milicien et ouvrier agricole dans une collectivité en Espagne : Fabara, proche de la province catalane, traduction Anita Ljungqvist, présentation de Renato Simoni et Marianne Enckell, Toulouse, Les Cahiers du Coquelicot, 2013, 71 pages, 8,50 €

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cet opuscule constitue la traduction d’une brochure publiée en suédois par un militant membre du SAC (le syndicat anarcho-syndicaliste), en 1938. Il s’agit du témoignage sur son engagement dans la révolution espagnole. Marin de métier, il décide dès la fin de l’année 36 de partir combattre en Espagne. Son récit se déroule en trois temps. Tout d’abord, il combat sur le front d’Aragon dans la colonne dirigée par Durutti. Puis, gravement blessé (il perd un œil), il est hospitalisé dans la région de Barcelone, au moment du soulèvement de mai 37 d’une partie des libertaires contre l’emprise des communistes. Enfin, malgré son désir, ne pouvant plus combattre, il est affecté comme travailleur dans une collectivité agricole aragonaise. Son récit est clairement destiné au public ouvrier suédois, ainsi qu’en témoignent à plusieurs reprises des anecdotes sur la différence entre le sud et le Nord, par exemple sur la nourriture ou l’organisation de la vie sociale. Agrémenté de photographies, cette modeste brochure est enrichie de nombreux ajouts de notes par Marianne Enckell et Renato Simoni. On y apprend notamment que 520 volontaires suédois ont combattu en Espagne. Plusieurs d’entre eux ont publié des témoignages, demeurés inédits en français à ce jour (il existe des versions allemandes). Nils Lätt lui-même, actif au sein du SAC jusqu’à la fin de sa vie, en 1988, a d’ailleurs publié post-mortem, en 1993, un livre de mémoires, dont on ne peut que souhaiter qu’il puisse être rapidement accessible au public français. Bien que ce témoignage n’apporte guère d’éléments nouveaux sur ce qui s’est passé, il possède la fraîcheur d’un témoin oculaire, et évoque de manière directe et vivante un épisode crucial de l’histoire du mouvement révolutionnaire au XXe siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.