Marion Zimmer Bradley, La Vague montante (The Climbing wave), Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin, collection « Dyschroniques » n° 8, 2013 (édition originale en 1955, première édition en français en 1957), 144 pages, 8 €.

Un billet de Jean-Guillaume Lanuque (VIII)

C’est surtout le cycle des Brumes d’Avalon, relecture de la geste arthurienne à travers les yeux de ses femmes, qui a fait connaître Marion Zimmer Bradley (1930-1999) au grand public. Mais elle fut avant tout une romancière de science-fiction particulièrement prolixe, dont l’œuvre maîtresse est La Romance de Ténébreuse, récit sur la longue durée de l’évolution des humains échoués sur La Planète aux vents de folieLa Vague montante Marée montante dans sa première traduction, le titre étant repris d’un vers de L’Odyssée est une des toutes premières nouvelles de Marion Zimmer Bradley, publiée en 1955 outre-Atlantique et pour la première fois en France dans la revue Fiction (1957) en trois livraisons ; elle est par la suite reprise à trois occasions dans des recueils, avant son actuelle réédition par Le Passager clandestin.

Il s’agit d’une histoire a priori classique, dans les derniers feux de ce qu’on appelle couramment « l’âge d’or de la science-fiction » anglo-saxonne, qui court de la fin des années 1930 à la fin des années 1950. Un vaisseau spatial, le Homeward, est en vue de la Terre après un long voyage depuis Terre II, une planète colonisée dans la constellation du Centaure par une première expédition. L’objectif est en effet de renouer le contact avec la planète mère, et d’y annoncer la réussite de l’essaimage de l’humanité dans l’univers. Quelle n’est donc pas la surprise de l’équipage lorsqu’il découvre, alors que cinq siècles se sont écoulés sur la Terre, conséquence des vitesses relativistes utilisés, que la civilisation technologique n’existe plus ! En lieu et place, ils découvrent des Terriens répartis en villages de petite taille, au mode de vie simple et champêtre, que le retour d’une lointaine expédition spatiale laisse indifférents. Le plus choqué, c’est Brian Kearns, pilote spatial expérimenté dont la rigidité réglementaire n’a d’égale que la foi dans un progrès linéaire. Il reste ainsi hermétique à la nouvelle philosophie de vie qui prévaut sur Terre, au point de s’aveugler sur bien de ses aspects, jusqu’à ce que la grossesse d’une de ses coéquipières tourne mal, débouchant sur une révélation finale qui le fait enfin basculer.

La Vague montante, dont le point de départ n’est pas sans évoquer la nouvelle de A. E. Van Vogt Destination Centaure (1944), est une nouvelle réflexion sur le progrès et les limites de la société industrielle. L’humanité des alentours du XXVIe siècle a en effet gagné en maturité, et a infléchi son évolution, comme elle aurait pu le faire, selon l’auteure, lors de la Renaissance, si le Nouveau Monde n’avait pas été découvert1. L’émergence de cette prise de conscience est liée à un problème qui allait faire couler beaucoup d’encre dans les décennies suivantes, celui de l’explosion démographique, qui poussa l’humanité à se replier sur l’essentiel. Face aux individus du XXe siècle, qualifiés de « barbares » et de « névrosés », Hard Frobisher, principal interlocuteur des astronautes, figure de grand-père bienveillant incarnant à lui seul la sagesse tranquille, défend une manière de vivre qui n’est pas sans se rapprocher du socialisme pastoral de William Morris dans Nouvelles de nulle-part : communautés rurales à échelle humaine, autosuffisantes pour l’essentiel, n’usant pas de l’argent mais fonctionnant sur un mode quasiment anarchiste. Seul bémol de cette société utopique, un statut inférieur dévolu aux femmes, là où les explorateurs spatiaux privilégiaient une égalité de fait, que l’on peut voir comme la simple transposition de la situation féminine aux États-Unis au moment de la rédaction de la nouvelle. Il y a comme une nostalgie pour le passé pionnier des États-Unis dans La Vague montante, ou peut-être une certaine perméabilité aux réflexions d’un Thoreau, mais le cœur du propos est bien dans la critique de la technoscience, d’une société dans laquelle l’humain devient objet et non sujet, se privant d’une possible harmonie avec autrui et avec la nature, en d’autres mots d’une dénonciation du capitalisme triomphant. La science est ici utilisée avec économie et discernement, sans jamais prendre le pas sur le libre-arbitre individuel ni sur ce qui est perçu comme une authenticité, celle d’une vie simple, « équilibré[e] » (p. 127), voire austère, refusant toute fuite inconsidérée en avant2.

1Une hypothèse uchronique que l’on peut trouver pour le moins discutable, l’essor de l’humanisme étant indéfectiblement lié aux Grandes Découvertes…

2« Ce n’est pas la science que nous n’aimons pas, c’est l’usage qu’on en fait en la considérant comme une fin en soi, et non comme un moyen. » (p. 99). 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.