Simon Luck, Stéphanie Dechezelles (dir.), Voix de la rue ou voie des urnes. Mouvements sociaux et partis politiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection « Res Publica », 2011, 212 pages, 16 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Encadré par une introduction générale et un épilogue, dix chapitres se proposent d’explorer les liens qui existent entre les partis politiques et les mouvements sociaux. Il s’agit donc d’un ensemble, en trois parties, de mises en perspective variées qui sont proposées dans cet ouvrage. L’idée centrale qui les unit est qu’il est préférable, plutôt que d’opposer les engagements dans ces deux sphères, d’essayer de comprendre comment s’organisent les transactions entre ces deux univers. La voie des urnes ne s’oppose donc pas nécessairement à la voix de la rue, et réciproquement, comme l’indique le titre du recueil. La première partie, « Interdépendances et instrumentalisations », rassemble trois contributions assez dissemblables. La première, de Frédéric Sawicki est la plus conceptuelle, visant à présenter les enjeux des interdépendances entre partis et mouvements sociaux. Elle s’accompagne de deux textes, le premier sur la manière dont le Parti socialiste (PS) et l’Union pour un mouvement populaire (UMP) gèrent leurs relations avec les mobilisations, la seconde sur le SPD (Parti social-démocrate d’Allemagne) face au mouvement étudiant, relation particulièrement heurtée. La deuxième partie s’intitule « Des mouvements au parti : les transformations organisationnelles et leurs résistances ». On passe de la Pologne post -communiste (le mouvement Samoobrona) à l’Amérique du sud (le cas du Parti des travailleurs à Brasilia) et centrale (Mexique). La contribution qui retient le plus l’attention est celle de Simon Luck, consacrée au mouvement anarchiste français (en fait à la seule Fédération anarchiste). L’auteur essaie de dépasser le positionnement antiparlementaire de cette organisation, pour montrer que l’on peut tout à fait utiliser le cadre convenu et les outils d’analyse des partis politiques pour comprendre le rôle et la fonction de la FA. Malgré qu’elle s’y refuse, la FA peut s’analyser comme un parti politique, dans la mesure où cette organisation s’est institutionnalisée grâce à un long travail de définition de règles organisant son fonctionnement. Enfin, la troisième partie de l’ouvrage aborde cette question des relations entre partis et mouvement par le biais des individus et des carrières militantes. Lilian Mathieu livre l’article programmatique sur les tensions et reconversions entre ces deux univers, tandis que deux articles sont plus descriptifs. Le premier porte sur l’entrée des femmes en politique au Togo et au Bénin, le second analyse la réactivation des mobilisations syndicales dans le Chili contemporain, manière d’illustrer la vivacité toujours présente du communisme dans ce pays, après les dures années de dictature de la Junte. Si ce livre suggère de nombreuses pistes de réflexion, il aurait néanmoins gagné à être resserré dans son propos et surtout dans les exemples qu’il mobilise. C’est souvent la limite des livres collectifs, à laquelle cet ouvrage n’échappe pas.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.